Nous suivre Industrie Pharma

Fusion Total Fina Elf/AtoFina : inventaire concluant dans la chimie

Sujets relatifs :


Après plusieurs mois, le groupe de travail sur la chimie créé après l'annonce de la fusion entre TotalFina et Elf Aquitaine et présidé par Jacques Puéchal (président d'Elf Atochem qui a pris sa retraite le 31 mars) a rendu ses travaux. " Un constat très encourageant sur le très fort développement potentiel dans la chimie, lié au fait que la majorité des activités ont une position concurrentielle et des possibilités de croissance ", a affirmé Thierry Desmarest, président de TotalFinaElf. Le nouvel ensemble chimique baptisé AtoFina comprend à la fois des activités d'Elf Atochem et de Petrofina, regroupées sous ce nouveau nom, et des filiales comme Hutchinson ou les peintures qui conservent leurs marques propres. Il détient des positions de leader en pétrochimie (premier producteur européen d'oléfines, deuxième producteur mondial de polypropylène, troisième européen dans le polystyrène...) et dans les spécialités et produits de performance (numéro un mondial en thiochimie, dans les polyamides de spécialités, le PVDF et le PMMA, numéro deux dans les polyesters insaturés, le plating et les fluorés). Certains intermédiaires de spécialités " connaissent des croissance qui peuvent atteindre 10 % " et même " 20 % dans les produits pour l'électronique ", souligne François Cornélis, ancien président de Petrofina et nouveau patron d'AtoFina. " La ligne directrice pour le futur est une croissance sélective basée sur les points forts ", explique Jacques Puéchal et donc sur une " gestion active du portefeuille " et des désinvestissements. Entre 1,3 et 1,4 Mrd € de cessions sont prévues dans le domaine de la chimie sur un total annoncé de 8 Mrds € (dont 4 Mrds € concernent une sortie progressive de Sanofi Synthélabo). Les fongicides d'Ato Agri (CA de 250 M€) sont déjà en vente et d'autres secteurs sont en ligne de mire comme les engrais de Grande Paroisse (CA de 4,7 Mrds F) pour lequel le groupe cherche " un partenaire européen ", ou la chlorochimie. L'objectif affiché par le groupe pour sa chimie est ambitieux : une croissance de 5 % du chiffre d'affaires par an en moyenne, une participation positive au cash flow net du groupe et une augmentation de la rentabilité sur capitaux investis à 14 % d'ici à 2003. " Il reste du chemin à faire ", en comparaison avec les 9 à 10 % de rentabilité atteints l'an dernier, remarque Th. Desmarest. " Mais l'année 1999 était en dessous du milieu du cycle, et un tiers des progrès attendus proviendront de l'amélioration de la conjoncture ", souligne t-il. Le chemin restant devra cependant être accompli grâce aux économies à réaliser. Le groupe table ainsi sur des synergies de 250 M€, dans le domaine de la chimie (entre la pétrochimie d'Elf Atochem et celle de Fina ainsi qu'entre les spécialités d'Elf Atochem et les activités de Total), chiffre auquel il faut ajouter 60 M€ de synergies obtenues grâce à la fusion entre Total et Fina (meilleure intégration entre le raffinage et la pétrochimie, fusion des peintures), soit un total de 310 M€. Les 250 M€ de nouvelles synergies seront obtenues, souligne François Cornelis, nouveau patron du pôle chimie, pour un quart dans l'organisation générale, un quart dans les achats, un quart dans la pétrochimie et un quart dans les adhésifs. Dans ce dernier domaine, le regroupement de Bostik (Total) et d'AtoFindley permettra d'optimiser " les achats, la logistique, les process, la recherche et l'approche clientèle ", souligne F. Cornélis qui ne prévoit pas d'importantes réductions d'effectifs ou de fermetures de sites dans le secteur des adhésifs. Dans les résines, des synergies sont également attendues. Dans les résines de revêtement, l'ensemble tirera en partie sa force d'une intégration amont dans les acryliques et aval avec les peintures. Concernant les résines de structure, des liens sont possibles en amont grâce au styrène. Dans la pétrochimie, dont le centre de direction mondial sera à Bruxelles, les synergies sont multiples. Elles existent entre le raffinage et la pétrochimie et F. Cornélis compte en profiter pour " réorganiser sa puissance d'achat de matières premières entre le naphta, les gaz et les condensats ". Par ailleurs le vapocraqueur d'Elf Atochem à Gonfreville verra ses liens avec la raffinerie de Total renforcés. Les synergies sont aussi présentes au sein même de la pétrochimie, grâce à des complémentarités technologiques et à la taille du nouvel ensemble. F. Cornélis veut tirer avantage de la mondialisation - ainsi dans le polystyrène, Total Fina amène une capacité de 500 000 t/an aux Etats-Unis et Elf Atochem une capacité équivalente en Europe et plus de 100 000 t/an à Singapour - et mise sur des unités de taille et de compétitivité mondiale. La pétrochimie de l'ensemble qui est déjà bien établie en Europe et aux Etats-Unis (grâce au site de LaPorte au Texas de Fina et au futur vapocraqueur commun avec BASF à Port Arthur) pourra désormais " s'étendre en Asie ", souligne F. Cornélis. Au total, le groupe disposera de six vapocraqueurs dont cinq en Europe et envisage des dégoulottages sur tous les sites européens. Des décisions devront en revanche être prises au niveau des technologies, Elf Atochem disposant de sa propre technologie, Petrofina travaillant avec Exxon à Anvers et avec BASF à Port Arthur. Le nouveau patron de la chimie du groupe doit par ailleurs négocier le sort d'Appryl, le joint-venture entre BPAmoco et Elf Atochem dans le domaine du polypropylène. " Chacun reprendra la part qui lui convient le mieux ", indique F. Cornélis, et " reprendra ainsi sa liberté ". Parmi les hypothèses les plus probables, la nouvelle unité de Grangemouth (capacité de 250 000 t/an) pourrait partir chez BP Amoco (qui dispose aussi en Europe de 500 000 t/an de capacité à Geel), celle de Gonfreville, intégrée avec le vapocraqueur d'Elf Atochem et, plus en amont, avec une raffinerie de Total, resterait au sein du nouveau groupe français. Reste à régler le sort de l'unité de polypropylène de Lavéra, dont l'approvionnement en propylène est assuré par Naphtachimie, un joint-venture entre Elf Atochem et BP Amoco.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Le gouvernement philippin a annoncé, le 1er mars, son intention d'engager des poursuites contre des responsables de Sanofi Pasteur pour « négligence grave ayant entraîné la mort » concernant le[…]

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Délais raccourcis pour les essais à design complexe et thérapie innovante

Délais raccourcis pour les essais à design complexe et thérapie innovante

Plus d'articles