Nous suivre Industrie Pharma

Patrick Hibon de Frohen : France, ta pharmacie est en plein marasme

La rédaction

Plus d'une pharmacie d'officine ferme, en France, chaque jour. Dépôt de bilan ou faillite, au mieux redressement judiciaire ou impossibilité de trouver un repreneur, soldent la plupart du temps une fermeture irréversible. Longtemps considérée comme un secteur d'activité à l'abri, la pharmacie d'officine, surtout urbaine, prolongement quasi direct de nos industries productrices, n'est plus épargnée par la réalité économique. Depuis plus d'une décennie, la majorité de l'effort économique sur les dépenses de santé repose sur le médicament, qui pourtant ne représente que 13 % du budget de la Sécurité sociale. On ne peut donc qu'aboutir à cette situation.

Et quand on rajoute les nombreux discrédits portés sur les médicaments par la presse ou par des médecins en mal de notoriété, comment s'étonner de cet état de fait ? Voir récemment un délégué national d'une centrale syndicale, lui-même salarié d'un grand laboratoire pharmaceutique, s'appuyant sur un documentaire suranné, les « Médicamenteurs », datant de près de huit ans, lors d'une conférence-débat, affirmer, je cite, que « l'Industrie Pharmaceutique oriente ses recherches en fonction des profits qu'elle pourra en tirer au détriment de la sécurité des patients et pousse même le vice jusqu'à créer des besoins factices et des maladies ». Voir, au cours de cette soirée, la ligue des droits de l'homme, le délégué syndical-pharma, les réseaux santé faire la course à la dénonciation, au dénigrement systématique de l'industrie pharma et de ses produits pour savoir qui va gagner le prix de l'insulte, est inacceptable et démagogique ! Hurler le plus fort avec les loups est pitoyable ! C'est le temps de « Syndicalimenteurs » nourris à l'idéologie de lutte des classes !

L'industrie pharmaceutique nationale n'est pas constituée uniquement des entreprises du top 10 mondial. Elle est aussi de plus en plus, comme l'avait prédit Druon Note, président fondateur de Laphal Industrie, constituée de sous-traitants, de façonniers, de PME. Et quand les volumes/France sont en régression car les médecins ont pour mission de moins prescrire et que les marges sont de plus en plus réduites, c'est une profession qui, du producteur jusqu'au distributeur, n'est pas épargnée par ce marasme.

Et nous en revenons à ce qui est chez moi un leitmotiv : quel est le système de santé que nous voulons pour notre pays et quels moyens nous nous donnons pour assurer, conserver ce que le monde entier nous envie ? Il est même un argument de campagne pour un des candidats démocrates à l'investiture pour la prochaine présidentielle américaine. Au moment de voir ce modèle être « copié », c'est l'instant choisi pour mettre le nôtre en perdition, en prenant le risque de « réfléchir » à permettre la vente de médicaments par la grande distribution, et d'instaurer, voire d'inciter à l'automédication. Nos gouvernants ne sont, hélas, plus à un paradoxe près, et nous sommes bien timides à défendre nos intérêts qui sont aussi ceux des patients.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19 : l’ANSM limite la vente du paracétamol

Covid-19 : l’ANSM limite la vente du paracétamol

Les patients sans ordonnance et sans symptômes ne pourront acheter qu'une seule boîte de paracétamol.  L’ANSM a décidé de limiter la vente du paracétamol. Désormais, les pharmaciens[…]

 Sanofi va développer un vaccin contre le coronavirus

Sanofi va développer un vaccin contre le coronavirus

Les médicaments génériques en « état d’urgence »

Les médicaments génériques en « état d’urgence »

Fin du libre accès pour plusieurs médicaments d'OTC

Fin du libre accès pour plusieurs médicaments d'OTC

Plus d'articles