Nous suivre Industrie Pharma

France : Merck Génériques se plaint de la fragilisation de la croissance du marché

Sujets relatifs :

,
En 2004, Merck Generics France, filiale de Merck KGaA qui regroupe les entités Merck Génériques, Qualimed et Merck Génériques Maroc, a conforté sa place de numéro un du marché français avec une croissance de ses ventes de 37 % à 316 M ? , tout en maintenant « un résultat opérationnel positif », selon son président Didier Barret, qui s'est refusé à donner plus de détails sur l'évolution de rentabilité de la société. Le dirigeant a néanmoins précisé que celle-ci était « sous forte pression », en raison de la forte compétition du marché français. Par ailleurs, malgré les actions engagées par le gouvernement pour promouvoir le générique et les grands lancements attendus cette année, Didier Barret a déclaré que la croissance du marché des génériques était « fragile », se plaignant d'une stagnation de la part des génériques par rapport au marché pharmaceutique global. En raison notamment de la baisse des prix sur des molécules à fort potentiel, du transfert des prescriptions vers les produits brevetés et de la nouvelle vague de TFR (tarif forfaitaire de responsabilité), attendue pour juillet prochain. Et de réclamer au gouvernement, pour relancer la machine, de renforcer la prescription en DCI par les médecins. Dans le détail, Merck Génériques a vu ses ventes progresser de 35 % à 304 M ? en 2004. Il détient 25,6 % du marché des génériques de ville, qui s'est élevé l'an dernier à 1,1 Mrd ? en hausse de 300 M ? , alors que Qualimed en a capturé 2,2 %. Qualimed, à l'origine spécialisé dans les médicaments hospitaliers, a été reconverti dans les génériques de ville. « Nous pouvons ainsi toucher des pharmaciens que nous n'avons pas atteint avec Merck Génériques, grâce à une approche différente », a souligné Didier Barret, ajoutant que cette stratégie, encore peu développée en France, est plus répandue dans d'autres marchés européens. D'autres génériqueurs présents en France auraient néanmoins des projets pour suivre cette piste. Sur le segment Ville, Merck Génériques et Qualimed, avec une part de marché de 27,8 %, se placent devant Biogaran (21,8 %), Sandoz (11,9 %), Teva Classics (9,2 %), Ratiopharm (5,5 %) et Ranbaxy (5,3 %). Sur le marché hospitalier, la compagnie, avec 33,4 M ? (+20 %) de ventes, est sur la plus haute marche, avec une part de marché 31,2 % en volumes, devant Aguettant (21,2 %), Panpharma (17,2 %), Renaudin (11,7 %). Merck Generics France se targue ainsi d'avoir eu, l'an dernier, « la meilleure croissance en valeur », soit 99 M ? , ce qui représente un tiers de la croissance totale du marché. Grâce au lancement de 21 molécules l'an dernier, dont 18 en ville, avec des médicaments à gros volumes comme l'omeprazole (générique de Losec d'AstraZeneca) ou zolpidem (Stilnox/Ambien de Sanofi-Aventis). Cette année, Merck prévoit 8 lancements, avec des poids lourds comme la simvastatine (Zocor de Merck & Co.) ou la sertraline (Zoloft de Pfizer). Ces huit molécules représentent un potentiel commercial de plus de 700 M ? , dont 243 M ? pour la simvastatine et 100 M ? pour la sertraline. Des chiffres toutefois moins élevés que ceux de Losec, qui enregistrait un chiffre d'affaires annuel d'environ 450 M ? . Les dirigeants de Merck estiment qu'actuellement, les princeps perdent en France de 50 à 60 % de leur marché lors de la commercialisation de génériques. Une situation proche de celle des autres marchés européens, à l'exception du Royaume-Uni, où ce chiffre avoisine les 90 %. Pas d'acquisitions en vue à court terme Toujours au chapitre des perspectives, Merck Génériques compte également sur le développement de sa nouvelle gamme de génériques Conseil ( CPH n°280 ). Didier Barret, interrogé sur de possibles acquisitions, a indiqué que rien de concret n'était prévu pour l'instant. « Nous considérons que la valeur d'achat des entreprises du secteur est actuellement très surévaluée », a-t-il estimé. Par ailleurs, les biogénériques ne semblent pas être une piste de croissance que veut pour l'instant suivre Merck Generics, alors que les génériques à haute valeur ajoutée sont l'un des segments sur lequel compte la compagnie pour se développer. Seules les formes en inhalateurs vont être exploitées pour le moment, avec un lancement prévu cette année dans cette niche.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles