Nous suivre Industrie Pharma

Formes injectables stériles : GSK augmente sa productivité à Notre-Dame de Bondeville

Sujets relatifs :

,
Formes injectables stériles : GSK augmente sa productivité à  Notre-Dame de Bondeville

Le montant de l'investissement est à la hauteur des performances du nouvel outil de production de GlaxoSmithKline. Quelque 45 millions d'euros ont été investis à Notre-Dame de Bondeville (Seine-Maritime) pour une seule et même ligne de remplissage de seringues.
Le montant de l'investissement est à la hauteur des performances du nouvel outil de production de GlaxoSmithKline. Quelque 45 millions d'euros ont été investis à Notre-Dame de Bondeville (Seine-Maritime) pour une seule et même ligne de remplissage de seringues.

Ligne de remplissage à forte cadence, technique de stérilisation par rayonnement bêta, remplissage sous isolateur, ligne de contrôles par caméra hautement automatisée. Voilà quelques-unes des spécificités de la nouvelle ligne de remplissage de seringues de GSK, fraîchement inaugurée sur le site de Notre-Dame de Bondeville (Seine-Maritime). Dénommée Etna, elle a représenté un investissement d'un montant total de 45 millions d'euros. À raison de 24 000 seringues par heure, la ligne devrait produire jusqu'à 85 millions de seringues par an à pleine capacité. Jusqu'à présent, le site disposait de capacités de 150 millions de seringues par an avec cinq lignes dédiées qui fonctionnent à plein régime (7/7 jours et 24/24 heures). La nouvelle ligne Etna mobilise une équipe de 60 personnes, contre 360 sur l'ensemble des cinq anciennes lignes. GSK augmente ainsi ses capacités de production d'anti-coagulants utilisés dans le traitement de la maladie thromboembolique veineuse : la Fraxiparine (nadroparine calcique) qui est une héparine de bas poids moléculaire formulé à partir de composants d'origine biologique, et Arixtra (fondaparinux sodique) qui est un pentasaccharide de synthèse, inhibiteur sélectif du facteur Xa. « Notre outil industriel devenait insuffisant pour satisfaire la demande croissante des patients atteints de maladie thromboembolique veineuse (MTEV) », indique Guiseppe Carloni, directeur du site de Notre-Dame de Bondeville. Par ailleurs, GSK rapatrie sa production de Hongrie jusqu'en Normandie. Production qui représente 20 millions d'unités par an. Et le site de Notre-Dame de Bondeville va travailler dès le mois d'octobre en collaboration avec GSK Biologicals pour le remplissage de seringues et flacons dédiés aux vaccins. En contrepartie, GSK va devoir faire face à la fin d'un gros contrat avec Sanofi, qui vient à terme fin 2009. Un événement qui ne semble pas faire froid aux yeux au groupe britannique. C'est pourtant 14 lignes de remplissages et de conditionnements qui étaient entière


ment dédiées aux produits de Sanofi. « Entre le rapatriement de production, la fin de contrat, la collaboration avec GSK Biologicals, et le changement de rythme de travail, la balance sera quasi nulle , justifie le directeur du site. Dès 2010, nos lignes fonctionneront sur un rythme de travail de 5 jours par semaine contre 7 aujourd'hui ». Globalement, GlaxoSmithKline entend ainsi conserver l'ensemble de son personnel permanent sur le site, soit 709 des 832 personnes. « Des coupes seront cependant à prévoir au niveau des emplois précaires », indique Guiseppe Carloni.

Plus de 70 M€ d'investissements depuis la reprise

Depuis l'acquisition du site de Notre-Dame de Bondeville par GSK en 2004, le groupe a investi un peu plus de 70 M€ dans des équipements industriels. Outre les 45 M€ pour la ligne Etna, 15 millions sont en cours d'investissements pour la rénovation des ateliers de chimie Nadroparine et Fondaparinux, et 10 millions pour les lignes de conditionnement. Les investissements sur le site permettent à GSK de renforcer sa compétitivité et sa productivité, d'adapter son outil industriel à l'évolution de l'environnement et aux exigences du marché notamment des pays émergents. 88 % de la production du site est exportée vers 90 pays.
À Notre-Dame de Bondeville, Juliette Badina

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles