Nous suivre Industrie Pharma

Focus : Dans le pipeline de... Sanofi Pasteur

NICOLAS VIUDEZ

Sujets relatifs :

, ,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pipeline de Sanofi Pasteur

Phase I

  • Herpes Simplex Virus Type 2 (Vaccin HSV-2)
  • Virus respiratoire syncytial
  • Vaccin pneumococcique conjugué

Phase II

  • Rabies VRVg (vaccin antirabique cultivé sur cellules Vero purifiées)
  • Tdap US (Tdap booster/DTP)
  • VIH (vecteur viral prime & vaccin booster)
  • RSV mAbs (virus respiratoire syncytial)

Phase III

  • Méningite ACYW conjugué
  • Vaccin pédiatrique pentavalent (DTP-Polio-Hib Japon)
  • Vaccin pédiatrique hexavalent Shan 6 (DTP-HepB-Polio-Hib)

Soumission

  • Fluzone QIV HD (vaccin grippal quadrivalent inactivé haute dose pour les plus de 65 ans)
Focus : Dans le pipeline de... Sanofi Pasteur

© Alexis Cheziere

La division vaccins de Sanofi peaufine sa stratégie pour élargir son offre… et tourner la page du Dengvaxia.

Sanofi Pasteur, division vaccins du groupe Sanofi, fournit plus d’un milliard de doses de vaccins par an dans le monde. Le laboratoire est présent en France avec ses sites emblématiques de Marcy-L’Étoile (Rhône) ou du Val-de-Reuil (Eure), qui représentent une partie des 10 000 employés dédiés à la production dans le monde, sur un effectif total de 15 000 employés.

Avec des vaccins qui ciblent 15 maladies virales ou bactériennes, Sanofi Pasteur dégage des résultats solides. Son chiffre d’affaires s’élève à 873 millions d’euros au premier trimestre 2019, en progression de 20,1 %. Pour maintenir cette bonne santé, Sanofi Pasteur veut tabler sur un pipeline varié, entre best-sellers et nouvelles cibles thérapeutiques.

Un vaccin plus dosé contre la grippe

Dans les vaccins les plus avancés, le Fluzone QIV HD, un vaccin quadrivalent inactivé à haute dose contre la grippe, destiné aux personnes de plus de 65 ans.

David Loew, vice-président exécutif de Sanofi Pasteur, rappelle le poids médico-économique de la grippe, responsable de plus de 10 000 décès par an et de 65 000 admissions aux urgences. « En augmentant le taux de vaccination contre la grippe, on peut aussi faire baisser le recours aux antibiotiques », souligne David Loew.

La vaccination contre la grippe représente un enjeu crucial pour Sanofi Pasteur avec des ventes qui ont atteint 1,7 milliard d’euros en 2018 sur les 5,1 milliards d’euros de ventes de la division vaccins. Avec ce nouveau produit, le laboratoire souhaite ainsi renforcer son leadership.

Un anticorps monoclonal contre le virus respiratoire syncytial

Autre produit sur lequel mise Sanofi Pasteur, l'anticorps monoclonal RSV Mabs, qui arrive en phase III. Ce vaccin a été développé avec Astrazeneca, qui en assurera la production. Il est indiqué contre le virus respiratoire syncytial (VRS), une nouvelle cible thérapeutique pour le laboratoire qui représente un besoin médical non satisfait. Le vaccin est destiné aux nourrissons pour stimuler leur système immunitaire sur une longue durée. Fort de ses résultats de phase IIb positifs, le candidat-médicament devrait arriver en phase III à l’automne avant un lancement prévu en 2023.

De quoi soutenir les perspectives de croissance positives sur la vaccination, Sanofi Pasteur vise ainsi le lancement de 6 nouveaux produits dans les cinq prochaines années. Et compte se lancer sur de nouvelles indications. « Nous avons priorisé 9 maladies et établi qu’une quinzaine sont trop difficiles à résoudre », détaille David Loew qui cite en exemple la rhinite, avec un virus qui connaît des mutations trop fréquentes pour rendre un vaccin efficace. Pour le reste, le vice-président exécutif garde le secret sur les développements en cours et il faudra attendre l’arrivée en essai clinique de phase I pour découvrir les nouvelles cibles thérapeutiques de la division.

Les leçons tirées de l'échec du Dengvaxia

En 2018, le vaccin contre la dengue de Sanofi a bénéficié d’une autorisation en Europe et sur le marché américain pour les patients ayant déjà été infectés par le virus. Une condition qui pose la question de la mise au point d’un test diagnostic comme préalable à la vaccination. « Il faut que l’on développe un test précis, qui va arriver pour 2021 », estime David Loew. Un test qui pose cependant un obstacle à une vaccination de masse. David Loew le reconnaît : « Nous n’avons pas suffisamment pris en compte l’accessibilité du vaccin et la capacité pour les pays concernés à réaliser de grandes campagnes de vaccination ».

Malgré l’arrivée du test et les autorisations sur les marchés européens et américain, le Dengvaxia devrait connaître des ventes plus modestes que prévues initialement, marquées par la bataille juridique avec les Philippines. L’échec du vaccin contre la dengue affecte durablement le site de Neuville-sur-Saône qui tourne au ralenti depuis, dans l'attente d'un nouveau vaccin sorti du pipeline de Sanofi Pasteur.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

AbCellera proposera des anticorps à Gilead

AbCellera proposera des anticorps à Gilead

Les deux laboratoires vont s'associer pour le traitement des maladies infectieuses. La biotech AbCellera annonce une collaboration avec Gilead dans la découverte d'anticorps thérapeutiques dans le traitement des maladies[…]

14/06/2019 | Actus Labo
MSD se renforce en oncologie

MSD se renforce en oncologie

Vect-Horus signe une nouvelle collaboration

Vect-Horus signe une nouvelle collaboration

Une nouvelle gouvernance originale pour Urgo

Une nouvelle gouvernance originale pour Urgo

Plus d'articles