Nous suivre Industrie Pharma

Finances : Sanofi-Aventis abaisse ses prévisions de croissance

Sujets relatifs :

,
Sanofi-Aventis a revu sévèrement à la baisse ses objectifs de croissance pour 2006. Son bénéfice net ne devrait augmenter que de 2 % par rapport aux 12 % annoncés précédemment, en raison de la concurrence d'un générique de son médicament vedette, l'anticoagulant Plavix (clopidogrel), commercialisé par le Canadien Apotex. Alors que son premier brevet ne devait expirer qu'en 2011, puis en 2014 et 2019 pour les trois autres brevets protégeant la molécule, Apotex avait lancé son générique, malgré l'action en justice qui l'oppose à Sanofi-Aventis. Mais jeudi dernier, le tribunal fédéral de New York a décidé de stopper sa commercialisation, en attendant le procès qui débutera en 2007 et devrait durer de trois mois à un an. Le juge a néanmoins ordonné à Sanofi et Bristol-Myers Squibb (BMS), son partenaire commercial sur le marché américain, de déposer une caution de 400 millions de dollars (312 M€) qu'Apotex touchera en cas de victoire. Une décision qui ne sauve pas pour autant le groupe français. Ce dernier a en effet averti qu'il était possible que « les ventes réalisées par Apotex aux États-Unis avant l'entrée en vigueur de l'injonction préliminaire constituent des quantités suffisamment importantes pour couvrir la quasi-totalité de ce marché d'ici fin 2006 ». Et le groupe n'est pas le seul touché: s'il a perdu près de 75 % des ventes sur ce médicament trois semaines après l'entrée du générique vendu 30 % moins cher, selon le pointage réalisé par le cabinet Verispan, BMS est lui aussi lourdement pénalisé (cf. encadré). Des analystes partagés L'avertissement du groupe français sur ses résultats a été différemment interprété selon les analystes. Selon le cabinet de courtage Oddo Securities, « de nombreux défis et incertitudes pèsent sur le groupe, comme le risque de sorties de génériques sur des médicaments vedettes ou le ralentissement plus brutal qu'attendu de la croissance des ventes de certains produits ». En effet, le premier médicament du groupe, l'anti-thrombotique Lovenox (énoxaparine), ainsi qu'Eloxatine (oxaliplatine), et Ambien (zolpidem) sont aussi sous la menace des génériqueurs. Selon Dresdner Kleinwort, plus optimiste, cet avertissement est à relativiser car « le fait qu'une injonction ait été accordée laisse entendre que le juge estime que Sanofi a une chance de gagner le procès ». Quant à Morgan Stanley, il prévoit une restructuration du groupe et donc « un redressement de sa rentabilité pour un montant de 300 à 400 M€». Une issue que redoute aussi la CFE-CGC Chimie-pharmacie pour les salariés de Sanofi-Aventis aux États-Unis. Le groupe compte sur son médicament anti-obésité Acomplia pour se relancer. Après avoir obtenu une AMM en Europe pour ce médicament, le feu vert des autorités américaines est attendu sous peu. Avec à la clé, un chiffre d'affaires qui pourrait être le double de celui de Plavix. Ce dernier, deuxième médicament le plus vendu au monde, représente 10 % du chiffre d'affaires total de Sanofi-Aventis. Ses ventes se sont élevées au premier semestre 2006 à 14,1 Mrds €. En marge de la tourmente américaine, le médicament vient d'obtenir une extension d'indication en Europe, dans le traitement de la forme la plus sévère de l'infarctus du myocarde. Une indication déjà obtenue aux États-Unis en août dernier.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles