Nous suivre Industrie Pharma

Finances : OPA de Sanofi-Synthélabo : Aventis contre-attaque

Sujets relatifs :

,
Aventis vient de déposer auprès de la cour d'appel de Paris un recours en annulation contre la décision de l'AMF (autorité des marché financiers, issue de la fusion de la Commission des opérations de bourse et du Conseil des marchés financiers) qui avait déclaré recevable l'offre publique de rachat lancée par Sanofi-Synthélabo. Ce recours comporte quatre points remettant en cause le respect par Sanofi-Synthélabo de la réglementation en la matière. Aventis fait ainsi valoir que l'offre de Sanofi-Synthélabo ne respecte pas le principe d'irrévocabilité de l'offre ni le principe d'égalité des actionnaires. Les deux derniers points du recours sont quant à eux dirigés contre l'AMF, Aventis estimant que l'instance n'a pas suffisamment exercé son contrôle sur le prix proposé par Sanofi-Synthélabo. Le dépôt de ce recours intervient alors que le conseil de surveillance d'Aventis, sans surprise, a rejeté l'offre de Sanofi-Synthélabo. La cour d'appel de Paris a décidé de différer la clôture de l'offre publique qui s'est ouverte le 17 février, au huitième jours d'ouverture de la bourse suivant l'arrêt de la Cour d'appel se prononçant sur le recours et ce dans le cas où cet arrêt confirmerait que cette offre est recevable. La Cour n'a cependant pas précisé quand elle rendrait sa décision. De son côté, malgré les mesures prises par Aventis, Sanofi-Synthélabo a réaffirmé sa confiance dans la réussite de l'opération, tablant sur une clôture de l'offre avant la fin juin prochain. Jean-Marc Podvin, porte-parole du laboratoire, a déclaré à l'AFP que « les points évoqués par Aventis ont à notre avis déjà été examinés par l'AMF avant que celle-ci se prononce sur la recevabilité ». Par ailleurs, Total et L'Oréal, actionnaires de Sanofi-Synthélabo respectivement à hauteur de 24,4 et 19,5 %, viennent tous deux d'approuver la tentative du laboratoire d'absorber son concurrent. Selon Thierry Desmarest, qui s'exprimait à l'occasion de la présentation des résultats financiers du groupe, « cette opération est créatrice de valeur et génèrera des synergies importantes ». Et si le groupe aura la possibilité de se désengager en novembre prochain de Sanofi-Synthélabo, date à laquelle le pacte d'actionnaires avec L'Oréal se termine, il ne compte pas le faire : « il n'y a pas d'urgence à se désengager : les prochaines années seront créatrices de valeur et nous comptons en profiter », selon le dirigeant. Du côté de L'Oréal, même son de cloche : « Nous allons conserver notre participation dans cette société. Nous voyons cette opération comme la suite logique de notre activité dans la pharmacie depuis plusieurs années », selon Lindsay Owen Jones, p-dg du leader mondial des cosmétiques.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles