Nous suivre Industrie Pharma

Finances : Lonza s'empare de deux divisions de Cambrex pour 460 M$

Sujets relatifs :

Le groupe reprend deux divisions de Cambrex liées à la bioproduction et fixe les termes de l'IPO de Polynt
Lonza prend de l'ampleur dans les services aux industries des sciences de la vie avec la reprise, pour 460 millions de dollars (365 M€), de deux divisions de l'Américain Cambrex, Research BioProducts et Biopharma. Le groupe suisse signe ainsi la plus importante acquisition de son histoire, tandis que Cambrex met fin aux interrogations sur son avenir. Ce dernier avait en effet annoncé en début d'année avoir engagé Bear Stearns pour étudier différentes alternatives stratégiques. En marge de la cession de ces deux divisions, Cambrex a également procédé à la vente de deux usines au fonds d'investissement ICIG (voir encadré). La division Research BioProducts de Lonza, qui affiche un chiffre d'affaires annuel de 150 M$ (119 M€) pour un Ebit de 26 M$ (20 M€), est spécialisée dans les produits et outils destinés à la recherche en biologie cellulaire, ainsi que dans la production de produits de thérapie cellulaire et les tests de détection microbienne. Elle permet à Lonza d'entrer sur un marché d'environ 15 à 20 Mrds $ (12 à 16 Mrds €)au niveau mondial, avec une croissance moyenne annuelle de 10 à 15 %. Ses activités dans les produits de thérapie cellulaire, disposant de deux unités, l'une à Veviers en Belgique et l'autre à Walkerville aux États-Unis, vont compléter la présence de Lonza dans la synthèse à façon de principes actifs de petite taille et de biomolécules. L'ex-division de Cambrex constituera une nouvelle entité indépendante au sein du groupe. Quant à la seconde division reprise au groupe américain Biopharma, elle a réalisé l'an dernier des ventes de 42 M$ (33,3 M€). Lonza reste néanmoins peu disert sur sa rentabilité, qui doit néanmoins ne pas être au mieux: son ex-propriétaire vient de se féliciter de s'être débarrassé de cette division « consommatrice de cash et de bénéfices ». De son côté, Lonza préfère mettre en avant le potentiel de ses actifs en cas de « retournement du marché ». Biopharma lui apporte en effet à peu de frais de nouvelles capacités de synthèse à façon de protéines thérapeutiques: à savoir ses deux sites de Baltimore et Hopkinton aux États-Unis, qui renforceront ses capacités de lots cliniques (phase II et III). Et ce, alors qu'il a déjà lancé l'extension de ses sites de Portsmouth au Royaume-Uni, Singapour et Visp en Suisse (CPH n°327).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Dans un avis publié le 28 février 2019, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) recommande de ne plus utiliser les produits à base d'argile comme le Smecta (diosmeticte) chez les[…]

11/03/2019 | PanoramaPanorama
Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Délais raccourcis pour les essais à design complexe et thérapie innovante

Délais raccourcis pour les essais à design complexe et thérapie innovante

Plus d'articles