Nous suivre Industrie Pharma

Façonnage : Delpharm racheté par son management

Sujets relatifs :

,
Façonnage : Delpharm racheté par son management

Xavier Castelli et Sébastien Aguettant reprennent avec d'autres cadres dirigeants le contrôle de 85 % de la société, à l'occasion de la sortie d'Activa Capital. Une acquisition d'usine est programmée cette année.
Le façonnier Delpharm tournera en juin prochain une nouvelle page de son histoire. Xavier Castelli, président, et Sébastien Aguettant, directeur général, associés à d'autres cadres de l'entreprise, s'apprêtent à en reprendre le contrôle. Ils sont en passe de racheter 84,8 % du capital, aux côtés d'Acto Mezzanine, qui en détiendra 15,2 %. Cette transaction, dont le montant est gardé secret, marque ainsi la sortie d'Activa Capital, qui était jusqu'alors propriétaire de 75 % de la société, reprise en 2004 aux laboratoires Aguettant, aux côtés des deux dirigeants (20 %). Les 5 % restants étaient encore aux mains de l'ancienne maison mère de Delpharm. « Cette opération nous permet de remettre Delpharm sur la base d'une gouvernance industrielle classique », confie Xavier Castelli. « Au cours de ces trois années passées en LBO avec Activa Capital, nous avons beaucoup progressé en gestion opérationnelle et ils nous ont aidés à mettre en place une structure apte à assurer notre croissance ». Le dirigeant estime qu'aujourd'hui Activa Capital souhaite logiquement récolter les fruits de son investissement et que c'est la bonne opportunité pour mettre Delpharm à l'abri. « Enchaîner les LBO, poursuit-il, cela signifie se concentrer sur l'augmentation de la valeur de l'entreprise, avec pour corollaire une dette toujours plus importante. Et arrive un moment où cette dette doit être remboursée ». D'autres options se sont présentées aux actionnaires du façonnier. « Durant le processus, mené à l'échelle internationale par la banque Rothschild, nous avons eu beaucoup de propositions. De la part de fonds d'investissements, mais aussi d'industriels », ajoute Xavier Castelli. Bayer Pharma a confié à Delpharm la distribution de ses médicaments en France Mais la direction de Delpharm a préféré en reprendre les rênes pour continuer l'aventure, plutôt que de vendre. « Notre développement s'est bien déroulé depuis 2004. Nous avons beaucoup progressé, notamment depuis la reprise à Schering du site de Lys-les-Lannois dans le Nord. Nous sommes aujourd'hui sur un marché en plein essor et dans ce jeu, nous entendons bien jouer un rôle important » assure Xavier Castelli. Avant de détailler les axes de croissance du groupe. « Nous allons tout d'abord continuer à investir dans nos sites existants, à un rythme d'environ 20 M€ sur les trois prochaines années ». Des investissements qui soutiendront notamment l'essor des activités de développement pharmaceutique, « réalisées très en amont avec les laboratoires, afin de mettre au goût du jour leurs molécules, ou pour préparer le lancement de génériques », continue-t-il. En marge du façonnage, Delpharm se développe dans la distribution de médicaments. « Avec la reprise du site de Schering, nous avons hérité du statut de dépositaire pharmaceutique, mais aussi d'infrastructures de distribution. C'est un domaine dans lequel les laboratoires cherchent depuis peu à faire des économies, comme ils le font déjà avec nous dans le façonnage », indique le dirigeant. « Ce n'était jusque là un souci que pour les génériqueurs, mais cela le devient aussi pour les laboratoires de recherche. D'ailleurs, à la suite du rachat de Schering par Bayer, ce dernier nous a confié la distribution de ses médicaments de prescription en France ». Une acquisition en Europe du Sud avant la fin 2007 En plus de la croissance organique, Delpharm devrait concrétiser avant la fin de l'année l'acquisition d'une nouvelle usine, en Europe du Sud. « Nous regardons en Espagne et en Italie, parce que le façonnage y est moins développé qu'en Europe du Nord. La pénétration des génériques y est encore faible, et il y a donc un fort potentiel de croissance ». Le groupe étudie ainsi plusieurs dossiers, sur lesquels Xavier Castelli ne veut pas donner plus de détails: « Tout ce que je peux dire, c'est que nous ne diluerons pas Delpharm. Ce n'est pas une course démesurée à la taille. On souhaite se développer sur des sites qui n'excèdent pas 300 personnes et qui produisent des médicaments de niches ». Cette acquisition devrait ainsi doter Delpharm de sa première usine hors de l'Hexagone. La société affiche un chiffre d'affaires de 93 M€, pour un Ebitda de 11,6 M€. C.M.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Proconseil : Libérez l'homme augmenté !

Proconseil : Libérez l'homme augmenté !

Les chroniques de Gilbert Lippmann - président de Proconseil L'émission Cash Investigation d'Elise Lucet : « Travail : ton univers impitoyable » nous a tous interpellés. Elle évoque notamment les[…]

01/12/2017 | Santé publiqueFILIÈRE
Pep-Therapy lève 1,2 M€

Pep-Therapy lève 1,2 M€

Roche rachète Viewics

Roche rachète Viewics

Oligonucléotides : partenariat entre Ribobio et GE Healthcare

Oligonucléotides : partenariat entre Ribobio et GE Healthcare

Plus d'articles