Nous suivre Industrie Pharma

ExxonMobil rejoue le lièvre et la tortue

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

,

Dernier parti, premier arrivé ? Il y a encore un an, ExxonMobil assurait qu'il n'avait pas l'intention d'investir en masse en Amérique du Nord dans les oléfines et polyoléfines. Un ton impassible malgré la révolution américaine des gaz de schistes qui entraîne depuis un peu plus d'un an une véritable fièvre de projets outre-Atlantique. Seulement voilà, les perspectives d'un gaz naturel à moindre coût ne cessent de se concrétiser. Les prix ont chuté de 20 % en un an, rapporte Reuters. De quoi finalement faire saliver le n°1 du gaz et le n°2 de la chimie sur le sol américain. ExxonMobil vient ainsi d'annoncer le renfort de ses capacités d'oléfines et de polyoléfines sur le territoire, avec la construction d'un vapocraqueur sur base éthane et de deux unités de polyéthylène. A l'instar de ses concurrents directs comme Dow, Shell ou encore Chevron Phillips, ExxonMobil construira des actifs flambant neufs. En outre, il a une idée très précise du site où investir, à l'inverse de certains qui n'ont pas encore arrêté leurs choix. ExxonMobil pourrait ainsi coiffer tout le monde au poteau en étant le premier à mettre en service un nouveau vapocraqueur aux États-Unis.

« Un vapocraqueur d'une capacité de 1,5 Mt/an » 

Ce projet de « plusieurs milliards de dollars », s'est contenté de dire le géant pétrochimique, sera implanté au Texas. A Baytown exactement, où ExxonMobil dispose d'un complexe pétrochimique intégré avec des capacités d'éthylène de 2,2 millions de tonnes par an. Le groupe y ajouterait un vapocraqueur d'une capacité de pas moins de 1,5 Mt/an. En parallèle, à quelques kilomètres, sur son site de polyoléfines de Mont Belvieu, seraient construites deux lignes additionnelles de polyéthylène d'une capacité chacune de 650 000 t/an, desservies par pipeline depuis le futur vapocraqueur. ExxonMobil s'est donné 10 mois pour prendre une décision définitive. Si tout est au vert, il prévoit de démarrer les constructions en mars prochain, avec une mise en service à l'horizon 2016. Les futurs vapocraqueurs annoncés par ses différents concurrents étaient jusqu'alors plutôt prévus pour des démarrages à l'horizon 2017.

Ce projet renforcerait considérablement les capacités d'éthylène d'ExxonMobil en Amérique du Nord. A fin 2011, elles s'établissaient à un total de 4,3 Mt/an entre ses sites de Beaumont et Baytown au Texas, et ceux de Baton Rouge, en Louisiane, et de Sarnia, en Ontario (Canada). Dans le monde le groupe recense des capacités totales de 8,8 Mt/an avec des productions d'oléfines en Asie (1,6 Mt/an répartis entre Singapour, le Japon et la Chine), au Moyen-Orient (1,6 Mt/an en Arabie Saoudite) et en Europe (1,3 Mt/an entre la Belgique, le Royaume-Uni et le site de Notre-Dame-de-Gravenchon, en Seine-Maritime). ExxonMobil dépasserait ainsi les 10 Mt/an par an de capacités d'éthylène. Soit, selon Platts, l'équivalent des capacités additionnelles annoncées pour les seuls États-Unis depuis un an et demi grâce aux promesses des gaz de schistes ! De quoi réjouir à l'évidence la chimie américaine qui a rarement été à pareille fête. D'ailleurs, Cal Dooley, n'a pas boudé son plaisir lors de l'annonce des projets d'ExxonMobil. Pour le président de l'American Chemistry Council, elle incarne « la preuve supplémentaire que les nouvelles ressources en gaz naturel domestique ont fait des États-Unis un haut lieu pour l'activité de l'industrie chimique ». En France et en Europe, pendant ce temps, on se demande ce qu'il y a encore au sous-sol...

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

[Édito] : À la recherche d’un leadership en bioproduction

[Édito] : À la recherche d’un leadership en bioproduction

Si l’on est loin de disposer d’un vaccin made in France pour maîtriser une bonne fois pour toutes le coronavirus, l’année 2020 va tout de même s’achever sur une note positive. Le Comité[…]

[Édito Covid-19] :  Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

[Édito Covid-19] : Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Plus d'articles