Nous suivre Industrie Pharma

Equipements : Bürkert veut fluidifier l'industrie 4.0

À INGELFINGEN, NICOLAS VIUDEZ

Sujets relatifs :

, ,
Equipements : Bürkert veut fluidifier l'industrie 4.0

Poste d'assemblage avec instructions de montage à l'écran.

© Bürkert

L'entreprise allemande, spécialiste des équipements liés aux fluides, se positionne dans l'industrie 4.0. Depuis son campus de Criesbach, qui associe développement, production et formation, Bürkert veut poursuivre sa croissance en proposant des solutions de plus en plus spécifiques et connectées pour se démarquer de la concurrence.

Courage, expérience, proximité, tels sont les mots clés - en anglais - déployés sur les kakemonos géants qui dominent le grand espace lumineux du Systemhaus de Criesbach, à Ingelfingen. Le site de Bürkert, inauguré en 2016 pour un coût de 30 millions d'euros, est situé à une grosse heure de route de Stuttgart ; il offre en vis-à-vis une imposante colline couverte de vignes du Baden-Wurtenberg. Le Systemhaus est le nom de l'unité du site dédiée au développement de solutions spécifiques de Bürkert, comprenant à la fois les étapes de R&D, le prototypage et la fabrication. Bernd Krieger, du département Ingénierie de Bürkert, cite ainsi un exemple de développement au sein de l'unité : « pour réaliser une endoscopie, les médecins injectent du CO2 dans l'abdomen, un système très précis permet de contrôler la pression du gaz. Sur demande de nos clients, nous avons travaillé sur un équipement plus léger et moins cher en passant du métal au plastique ».

 

Un site qui allie développement et production

 

Les Systemhaus sont au nombre de 5 dans le monde, pour permettre à Bürkert d'être au plus près de ses différents marchés : 3 en Allemagne, 1 aux États-Unis et 1 en Chine. Celui de Criesbach est accolé au bâtiment de production d'appareils de contrôle de flux, de pression ou de niveau, de filtration, d'analyse ou de dosage qui constitue la gamme de Bürkert. Le site de fabrication comporte un impressionnant volume de stockage, entièrement automatisé. De 18 mètres de hauteur et 30 m de longueur, l'espace dédié au stockage comprend 16 millions de pièces en stock, avec un total de 10 000 types différents. Sur chaque poste, les notices de montage sont mises à disposition des opérateurs de manière dématérialisée par SAP, via un écran qui affiche les instructions. « Chacun de nos équipements est par ailleurs testé avant d'être expédié », souligne Bernd Krieger. Des bancs d'essais sont ainsi développés sur mesure, en fonction des pièces à vérifier, pour tester automatiquement leur fonctionnement et leur résistance. La contamination est un enjeu majeur du site, les pièces destinées au médical subissent ainsi un nettoyage avant leur passage en salle propre. À proximité immédiate de la production, en plein coeur du site, Bürkert met également en avant sa politique de formation avec l'Academy, l'espace dédié aux apprentis, au nombre de 119, en juin 2017. Dans ce bâtiment du Campus, des équipements d'usine sont mis à disposition pour former les futurs employés du groupe. Lorsque l'on interroge ces ingénieurs en devenir sur pourquoi ils ont choisi Bürkert et comment ils ont connu la possibilité d'alterner études et apprentissage, deux d'entre eux répondent que leur père travaille déjà pour Bürkert, preuve de la place occupée par l'entreprise dans la ville d'Ingelfingen qui héberge également Gemü, un autre géant du secteur des équipements.

 

Offrir une vision globale sur l'industrie 4.0

 

Depuis son site-campus, Bürkert affiche des objectifs ambitieux, puisque l'entreprise souhaite développer « une vision holistique de l'industrie 4.0 », en favorisant les réseaux intelligents et la digitalisation du développement et des procédés de production. Bürkert compte ainsi mettre à profit son positionnement sur plusieurs secteurs industriels. « Aujourd'hui, l'industrie 4.0 est un thème crucial. Pas à pas, les changements envisagés deviennent une réalité et les débats qui entourent l'industrie 4.0 présentent l'opportunité de réévaluer les besoins du marché et de développer de nouveaux business modèles sur cette base », souligne Heribert Rohrbeck, p-dg de Bürkert. Une évolution qui se matérialise autour d'applications concrètes mises en avant par l'entreprise allemande, comme par exemple le remplissage d'ampoules en verre pour la cosmétique ou la pharma. « Nous sommes parvenus à réunir la production et le remplissage d'ampoules en verre en une seule machine », cite ainsi Fabian Mittnacht, ingénieur en système fluidique pour Bürkert. « Durant le process, l'ampoule est formée à partir du verre, remplie automatiquement, fermée et marquée avec les informations importantes avant d'être emballée. Chacune de ses étapes représente un challenge ! », développe Fabian Mittnacht. Le gaz doit ainsi être délivré au brûleur avec un ratio adéquat. Les paramètres du process et les données du dosage alimentent le système de contrôle documentation. L'équipement prend également en charge le marquage de l'ampoule en verre, par une imprimante jet d'encre. Le niveau d'encre dans l'appareil et des caractéristiques comme sa viscosité ou sa température peuvent être surveillées par le système développé par le fabricant. Cet équipement est ainsi conçu pour permettre une production à coûts réduits de lots de tailles et de produits différents. Au travers de cet exemple de réalisation, parmi d'autres, Bürkert entend convaincre une industrie pharma réputée conservatrice à l'évolution vers l'usine 4.0. Les économies réalisées et la simplification des procédés et des procédures de contrôle servent ainsi d'arguments de vente pour fluidifier le passage de l'industrie traditionnelle au 4.0.

BÜRKERT EN BREF

Bürkert est un des leaders mondiaux dans la fabrication d'équipements dédiés à la mesure, au contrôle et de systèmes de régulation des liquides et des gaz. Les produits de Bürkert sont utilisés dans des applications variées allant des brasseries aux laboratoires médicaux, à la bio-ingénierie et à l'aérospatial. Bürkert se déploie sur 4 segments : eau, gaz, hygiène et micro. L'entreprise possède un portfolio de 30 000 produits ; son siège se trouve à Ingelfingen dans le sud de l'Allemagne. Présent dans près de 36 pays, le fabricant emploie plus de 2 500 employés dans le monde. Bürkert dispose d'un site français, à Triembach-au-Val (Bas-Rhin) qui a fêté ses 50 ans d'implantation en juin dernier.

3 questions à Heribert Rohrbeck p-dg de Bürkert

Industrie Pharma : Quelle importance revêt le marché pharma pour Bürkert ? Heribert Rohrbeck : Le marché pharma est très important. Techniquement, c'est un véritable challenge pour nous de répondre aux besoins de l'industrie pharma. La pharma peut aussi être une source d'inspiration pour des applications transposables à d'autres domaines comme celui de l'agro-alimentaire. Il existe des passerelles en termes notamment de contrôle de la contamination ou sur les volumes en jeu. C'est un des points forts de Bürkert, nous avons cette vision d'ensemble sur 3 ou 4 marchés qui nous permet de transposer des applications d'un marché à l'autre, selon les besoins. Comment évoluent les demandes des industriels ? H.R. : Par le passé, le focus était porté sur le prix, le prix et encore le prix. Aujourd'hui, ce que nous essayons de faire, c'est de comprendre et de s'adapter aux besoins de nos clients. Nous avons, par exemple, développé une nouvelle gamme de produits, plus légers, en jouant sur leur composition. En réduisant le poids, cela veut dire qu'il y a aussi besoin de moins de temps pour un nettoyage en place et pour la stérilisation. On peut ainsi réduire le temps entre deux cycles, et au final, c'est un bénéfice conséquent pour le client. Un autre exemple concerne le marché de la biotechnologie, nous sommes spécialistes sur les micro-segments, qui consistent à faire en plus petit ce qu'on sait faire en grand, une expertise qui peut être utile pour les micro-fluides. Comment convaincre l'industrie pharma de basculer vers le 4.0 ? H.R. : Il faut des exemples concrets de réussite et cela prend du temps de convaincre le marché. L'industrie 4.0 se doit d'avoir de solides arguments pour lever les freins sur le marché. Cela passe aussi par la mise en avant de l'importance du suivi des données, du data-loging, des certificats, de ce qu'offre l'industrie 4.0 et qui n'était pas réalisable auparavant.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un système RFID pour gérer la documentation des vannes

Un système RFID pour gérer la documentation des vannes

Faciliter la gestion documentaire des vannes à membrane, tel est l’objectif du nouveau système Conexo de Gemü. Cette technologie est basée sur l’intégration de puces RFID sur les composants,[…]

Agilent Technologies s'empare de Lasergen

Agilent Technologies s'empare de Lasergen

Thermo Fisher Scientific restructure au Royaume-Uni

Thermo Fisher Scientific restructure au Royaume-Uni

PCI Pharma Services étend un laboratoire gallois

PCI Pharma Services étend un laboratoire gallois

Plus d'articles