Nous suivre Industrie Pharma

Enquête exclusive : 60 sites de chimie fine pharmaceutique en France

Sylvie Latieule
Enquête exclusive : 60 sites de chimie fine pharmaceutique en France

© © Axyntis

Les laboratoires pharmaceutiques ne sont plus les premiers employeurs dans le domaine de la chimie fine pharmaceutique en France. Et la tendance va se poursuivre avec le désengagement annoncé de Sanofi.

En France, la production de principes actifs et d’intermédiaires chimiques pour la pharmacie mobiliserait 9400 salariés repartis sur une soixantaine* de sites industriels, selon la dernière réactualisation (avril 2020) d’une enquête exclusive de la revue Industrie Pharma datant de 2013.  

Environ 47 % travaillent pour des laboratoires pharmaceutiques, en particulier pour les groupes pharmaceutiques nationaux que sont Sanofi, Servier, Guerbet ou Pierre Fabre qui produisent pour eux-mêmes et parfois pour des tiers. Ce sont aussi ces sociétés qui opèrent les plus gros sites de production. A titre d’exemple, chez Sanofi Chimie, trois sites sur sept emploient encore plus de 600 salariés.

Mais ce ratio va très prochainement tomber autour de 35 % alors que Sanofi a décidé d’externaliser l’essentiel de sa chimie fine dans une société indépendante, qui figurera parmi les leaders européens du secteur, avec un chiffre d’affaires annoncé autour de 1 milliard d’euros. Dans la corbeille, il doit placer Saint-Aubin-lès-Elbeuf et Vertolaye - le plus gros site de chimie fine de France avec quelque 800 collaborateurs - en plus de quatre autres usines européennes.

Lorsqu’ils n’appartiennent pas à des laboratoires pharmaceutiques, les salariés de la chimie fine pharmaceutique sont employés par des sociétés de sous-traitance ou CMO (Contract Manufacturing Organization), à l’image des Français Axyntis, Minakem, Novasep ou Seqens qui sont les plus gros acteurs du territoire, Sanofi Chimie mis à part. Néanmoins, ces acteurs sont aussi positionnés sur d’autres marchés que l’on qualifie de chimie fine de spécialités, comme les marchés de la cosmétique, de l’électronique ou des polymères techniques. Ces entreprises ont une forte connaissance des standards pharmaceutiques, car elles se sont souvent constituées sur la base de sites ayant appartenu à des laboratoires pharmaceutiques.  

Effectif en croissance pour les CDMO

Globalement, cet effectif de la chimie fine pharmaceutique est en croissance sur de nombreux sites industriels en particulier chez les CDMO, si l’on compare les données recueillies en 2013 lors d’une précédente enquête. Certains affichent même de très fortes hausses d’effectifs autour de +60 %, comme M2i Life Sciences, BCF Life Sciences ou Isaltis. En revanche, les laboratoires pharmaceutiques ont plutôt des effectifs orientés à la baisse : -16% pour Sanofi qui a perdu deux sites – Romainville et Neuville-sur-Saône malgré des redéploiements sur d’autres, désengagement de Merck (MSD) dans le massif central. 

Ces acteurs de la chimie fine pharmaceutique sont soumis à la lourde concurrence des acteurs asiatiques. Si l’on dénombre une soixantaine de sites de production en France, rien qu’en Chine il y en aurait plus d’un millier. Aujourd’hui on estime que 80% des matières actives et intermédiaires pharmaceutiques utilisées par la pharmacie américaine et européenne sont sourcées depuis l’Asie. L’Inde et la Chine se partageraient le marché dans une proportion 60/40. Il y a trente ans, seulement 20% de ces produits étaient importés. Ce qui n’est pas sans poser un problème de dépendance de l’Europe vis-à-vis de l’Inde et de la Chine ! Pourtant, la matière active ne représenterait guère plus de 5% du prix final d’un médicament !

Restructurations pour PCAS et Isochem en 2017

Enfin, s’il a la réputation d’être assez stable, le domaine de la chimie fine a toutefois enregistré quelques mouvements ces dernières années.  L’année 2017 avait été particulièrement fertile avec la repris de PCAS par Seqens a en 2017, le passage d’Isochem sous la coupe de l’américain PMC, ou encore la prise de commande de Diverchim par un ancien de Minakem, Pierre Charrier.

*estimation qui s’appuie sur les données d’une enquête annuelle « Spécial Usines chimiques », proposée par la publication InfoChimie.

Consulter la liste des 60 sites de production de chimie fine en France

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Façonnage : « Un secteur très dynamique et à forte valeur ajoutée »

Façonnage : « Un secteur très dynamique et à forte valeur ajoutée »

Avec une demande en forte progression, le marché du fill et finish continue d'attirer certains grands noms, mais aussi des PME du secteur de la santé. Exemple avec Indicia, une entreprise lyonnaise initialement[…]

Macron en visite chez Seqens pour promouvoir la relocalisation de principes actifs

Macron en visite chez Seqens pour promouvoir la relocalisation de principes actifs

Inauguration virtuelle pour un futur centre d’innovation texan de Fujifilm Diosynth

Inauguration virtuelle pour un futur centre d’innovation texan de Fujifilm Diosynth

CDMO : Sai Life Sciences inaugure un laboratoire de 7700 m² à Hyderabad

CDMO : Sai Life Sciences inaugure un laboratoire de 7700 m² à Hyderabad

Plus d'articles