Nous suivre Industrie Pharma

Eli Lilly étudie plusieurs options pour sa division Santé animale Elanco

Hélène Bour

Sujets relatifs :

, ,

Le géant américain a annoncé examiner plusieurs options quant à l'avenir de sa division santé animale Elanco, y compris une vente, une introduction en Bourse ou une fusion. Il indique qu'il fera une mise à jour à ce sujet, au plus tard à la mi-2018.

C'est le géant américain lui-même qui s'est chargé de l'annoncer. Alors que rien ne l'avait laissé entendre, Eli Lilly a indiqué envisager plusieurs options quant à l'avenir de sa division Santé animale Elanco. « Aujourd'hui, nous annonçons une revue stratégique de notre activité de santé animale Elanco », a ainsi déclaré David Ricks, p-dg de Lilly, au cours de la présentation des résultats trimestriels du groupe, le 24 octobre. « Nous avons augmenté la taille et le poids d'Elanco à travers des acquisitions et de la croissance organique, ce qui nous permet désormais d'examiner une palette d'options pour en maximiser la valeur future », a-t-il poursuivi. Une introduction en Bourse, une fusion, une vente ou même un maintien dans le groupe : telles sont les différentes options citées par Lilly concernant cette division, l'Américain promettant de faire le point au plus tard à la mi-2018 sur ses projets pour Elanco. « Il est temps pour nous de se poser la question de savoir si nous devrions envisager une introduction en Bourse, une vente ou une fusion, et nous voulions faire appel à des experts - avocats et banquiers - pour explorer cela », a indiqué David Ricks dans une interview avec le Financial Times. Le p-dg assure qu'aucune option n'est pour l'heure privilégiée, mais que Lilly voulait simplement l'annoncer pour obtenir des conseils de professionnels du secteur.

Cette annonce intervient moins de trois ans après que Lilly a racheté la division de santé animale de Novartis pour 5,4 milliards de dollars (CPH n°702), et dix mois après l'acquisition auprès de Boehringer Ingelheim de sa division Vaccins en santé animale aux États-Unis, nommée Vetmedica, pour 885 M$ (CPH n°786). Aidée de ces deux récentes acquisitions, Elanco se porte plutôt bien puisque cette division de Lilly est dans le top 5 des plus grandes entreprises dédiées à la santé animale, non loin de Zoetis, ex-division de Pfizer, de la division Santé animale de Merck et Co et de Boehringer Ingelheim, qui a fait récemment l'acquisition de Merial, division Santé animale de Sanofi. Selon nos confrères de Fierce Pharma, Elanco était en 2016 classée à la troisième place sur le podium des géants de la santé animale, derrière Zoetis et Merck et Co, mais l'acquisition de Merial par Boehringer pourrait changer la donne pour l'année 2017.

 

Une annonce qui s'inscrit dans une période de réduction des coûts

 

En 2016, Elanco a généré 3,16 Mrds $ de revenus, et a représenté environ 15 % des ventes totales de Lilly, bien que le fabricant de médicaments ne déclare pas de bénéfices pour la division. Celle-ci a généré un chiffre d'affaires de 2,29 Mrds $ au cours des 9 premiers mois 2017, soit un fléchissement de seulement 1 %. Les ventes ont atteint 740,6 M$ au troisième trimestre 2017, contre 706,4 au troisième trimestre 2016. Malgré tout, Lilly a averti que la concurrence devrait éroder les ventes de sa division Santé animale au quatrième trimestre, et a passé une provision de 406,5 millions de dollars sur le trimestre dernier, partiellement liée à un abaissement des projections de ventes du Posilac, le produit phare d'Elanco. Lilly envisage d'ailleurs diverses options dont une cession pour ce produit-ci, acquis auprès de Monsanto en 2008 (CPH n°434) et destiné à augmenter la production laitière des vaches, afin de permettre à Elanco de se focaliser sur d'autres produits. Quant à la cession d'Elanco, elle pourrait, si elle se concrétise, aider Lilly à rattraper ses concurrents dans ses aires thérapeutiques clés telles que l'endocrinologie et l'oncologie. Le groupe a engagé, en septembre, un vaste plan de réduction des coûts qui se traduira par la suppression de 3 500 emplois et la fermeture de plusieurs sites industriels aux États-Unis (CPH n°814), l'objectif étant d'économiser quelque 500 millions de dollars par an dès 2018.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

La reprise des sites Famar par Delpharm effective

La reprise des sites Famar par Delpharm effective

Les négociations entamées début octobre se sont concrétisées le 18 novembre. Les deux CDMO, Famar et Delpharm, ont annoncé l’acquisition par le groupe français Delpharm de cinq sites de[…]

19/11/2019 | Actus LaboCDMO
Nicox lève 12,5 millions d’euros

Nicox lève 12,5 millions d’euros

Fujifilm mise plus de 100 M€ sur la thérapie génique

Fujifilm mise plus de 100 M€ sur la thérapie génique

Roche met la main sur Promedior

Roche met la main sur Promedior

Plus d'articles