Nous suivre Industrie Pharma

Economie et stratégie : R&D française : un dynamisme globalement insuffisant

Sujets relatifs :

Economie et stratégie : R&D française : un dynamisme globalement insuffisant

L'EVOLUTION CONTRASTÉE DES BIOTECHNOLOGIES EN FRANCE Si les sociétés françaises de biotechnologies sont encore trop peu nombreuses par rapport à leurs concurrents européens, elles suivent des taux de croissance similaires.
Afin de mettre en lumière les grands enjeux du pays, Éric Besson, le Secrétaire d'État chargé de la prospective, a conduit un diagnostic stratégique de la France en 2025. Lors de la présentation de son travail de prospective, il a souligné le manque de dynamisme de l'investissement de R&D en France. Avec un indice DIRD/PIB (dépense intérieure de R&D par rapport au PIB du pays) de 2,1 %, soit 36 milliards d'euros, l'Hexagone se situe pourtant à un niveau assez élevé par rapport à ses concurrents européens. Mais, en valeur absolue, la DIRD dans les pays de l'Europe des 27 est globalement dépassée par celle de l'ensemble constitué par la Chine, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan et Singapour. L'écart entre les pays européens et les États-Unis s'est également accru durant la dernière décennie. Pour faire face à l'effort de recherche des États-Unis ou des pays asiatiques, l'Europe a mis en place l'EER : l'espace européen de la recherche. Ainsi, le programme-cadre (PCRD) répartit et alloue des fonds communautaires destinés à la recherche. En termes de nombre de demandes de brevets à l'office européen des brevets (OEB), on observe un recul de la position relative de la France. Son positionnement technologique reste assez fort dans certains domaines, notamment dans la branche pharmacie-cosmétique. Le pays occupe le cinquième rang mondial des pays déposants avec 7,2 % des dépôts (derrière les États-Unis, le Japon, l'Allemagne et la Grande-Bretagne) ; une bonne performance malgré un léger recul par rapport à 1993. Le bât blesse dans les domaines
Lancement du 7e appel à projets des pôles de compétitivités Le gouvernement français vient d'annoncer le lancement d'un septième appel à projets pour l'attribution d'aides au financement de projets de R&D présentés par les pôles de compétitivité. Après trois ans de fonctionnement, la politique nationale des pôles de compétitivité va entrer dans sa deuxième phase, pour une nouvelle période de trois ans. Le budget global affecté par l'État est de 1,5 milliard d'euros pour 2009-2011. Il est comparable à celui alloué entre 2006 et 2008. Une part importante de ces moyens est consacrée aux projets de R&D au travers du fonds unique interministériel (FUI) dédié aux pôles de compétitivité. Les six premiers appels à projets ont connu un vif succès : au total sur 1120 projets de R&D déposés, 535 projets ont été retenus pour bénéficier d'un financement de près de 688 M€ de l'État auxquels s'ajoutent 383 M€ des collectivités territoriales. Les dossiers du 7e appel à projets sont à déposer en ligne avant le 28novembre 2008 à 12H sur le site www.competitivite.gouv.fr.

émergents et portés par de plus jeunes entreprises. Dans le cas des biotechnologies, la part atteint 4 % en 2004 contre 5,3 % en 1993 (d'après l'Observatoire des sciences et des techniques - OST). Ce qui place la France au 18e rang mondial, très loin derrière l'Allemagne et les États-Unis (environ 11 %), et encore plus loin derrière la Suisse (18,2 %) et le Danemark (31,4 %), d'après les calculs d'Eurostat. Autre fait à noter : la part des biomédicaments dans les dépôts de brevets de médicaments au niveau international est en moyenne de 48 %. En France, elle ne représente que 39 %, selon l'INPI (Institut National de la Propriété Industrielle). Réorientation du CIR pour les PME innovantes En prenant en compte l'indicateur synthétique d'innovation publié par la Commission européenne, la France se situe loin devant les grands pays émergents, devant la moyenne de l'Europe des 25 mais bien en retrait des pays les plus innovants tels que les pays nordiques, le Japon, les États-Unis, l'Allemagne, etc. Ce manque de dynamisme se ressent sur le nombre de création d'entreprises innovantes. L'augmentation du nombre de PME dans les secteurs à fort degré d'innovation technologique est de seulement 9 % en 2007, contre 13 % pour l'ensemble des secteurs. Le chiffre d'affaires total des entreprises innovantes en France a augmenté de 26 % entre 2000 et 2006 avec de fortes disparités entre les secteurs : 63 % pour les services informatiques contre 3 % seulement pour les produits pharmaceutiques. Dans le but de redynamiser la R&D, notamment des PME, le Secrétaire d'État chargé de la prospective a exprimé vouloir « réorienter le Crédit d'Impôt Recherche vers les PME Innovantes ». Faisant ainsi des PME Innovantes un axe stratégique pour le développement économique de la France pour 2025. En effet, la formule actuelle du CIR, décidée par le gouvernement en 2007, bénéficie pour 80 % aux grandes entreprises. J.B.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Le gouvernement philippin a annoncé, le 1er mars, son intention d'engager des poursuites contre des responsables de Sanofi Pasteur pour « négligence grave ayant entraîné la mort » concernant le[…]

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Délais raccourcis pour les essais à design complexe et thérapie innovante

Délais raccourcis pour les essais à design complexe et thérapie innovante

Plus d'articles