Nous suivre Industrie Pharma

Échec du raid de Mylan sur Perrigo

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,

La dernière offre de Mylan sur Perrigo n'a pas abouti. Lancée en septembre, elle s'élevait à 27 Mrds $.

Le match opposant l'Américain Mylan à l'Irlandais Perrigo s'est achevé le 13 novembre. La victoire est revenue au groupe irlandais puisque Mylan n'a obtenu qu'environ 40 % des actions de Perrigo. Comme annoncé cet été, le laboratoire américain souhaitait obtenir au moins 50 % du capital du spécialiste irlandais des OTC pour prendre le contrôle de son conseil d'administration. L'OPA hostile, lancée le 14 septembre dernier, s'élevait à environ 27 milliards de dollars (25,2 Mrds €). Ce qui représentait 75 $ par action plus 2,3 actions de Mylan pour chaque titre de Perrigo. Le groupe américain a précisé qu'il allait restituer les actions des actionnaires qui avaient souscrit à l'offre. « Nous avons toujours affirmé que cette offre de Mylan représentait une mauvaise opération pour nos actionnaires, car elle sous-évalue significativement notre business model et nos futures perspectives de croissance », a expliqué Joseph Papa, le p-dg de Perrigo. Le laboratoire irlandais a indiqué qu'il allait lancer « immédiatement » un programme de rachat d'actions de 2 Mrds $, dont le quart devrait être concrétisé d'ici à la fin de l'année. De son côté, Robert Coury, le président de Mylan, a tenu à minimiser l'impact de cette défaite. « Comme nous l'avons toujours dit, Mylan voyait en Perrigo une opportunité unique et excitante, mais elle n'est pas la seule à être nécessaire au succès futur de notre société ». Il a tenu à rappeler que le groupe était « bien positionné pour mettre en place rapidement une nouvelle stratégie et des opportunités valorisantes pour l'entreprise, dont certaines ont déjà été identifiées ».

Cet échec met un terme à plusieurs mois de bataille entre les deux groupes. Le spécialiste américain des génériques est parti à l'offensive de son concurrent début avril, avec l'objectif initial d'acquérir 100 % du capital et non pas seulement 50 % comme avec sa dernière offre. La première proposition s'élevait à 28,9 Mrds $. Celle-ci a été rapidement rejetée par Perrigo, estimant qu'elle sous-évaluait le groupe. Mylan est revenu à la charge le 29 avril avec une offre d'environ 35,6 Mrds $. Un prix toujours trop faible aux yeux du conseil d'administration de Perrigo, qui a rejeté pour la seconde fois la proposition. Mylan avait fini par lancer une OPA hostile sur une portion moindre du capital. La fusion des deux groupes aurait permis de créer un géant pharmaceutique, occupant une position dominante à la fois sur le marché des génériques et des médicaments sans ordonnance. Le nouvel ensemble aurait pesé environ 15,3 Mrds $ de chiffre d'affaires proforma. S'il n'a pas réussi à fusionner avec Perrigo, Mylan aurait pu tout aussi bien passer sous pavillon israélien au cours des derniers mois. En effet, pendant qu'il tentait de racheter son concurrent irlandais, le groupe a été approché par l'Israélien Teva. Ce dernier était prêt à débourser 40 Mrds $ pour s'emparer du laboratoire américain, qui avait décliné l'offre. Teva avait tout de même réussi à prendre une participation de 4,6 % dans le capital de Mylan fin juin. Le groupe israélien s'était ensuite détourné de Mylan en juillet, pour jeter son dévolu sur les génériques d'Allergan.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Proconseil : Libérez l'homme augmenté !

Proconseil : Libérez l'homme augmenté !

Les chroniques de Gilbert Lippmann - président de Proconseil L'émission Cash Investigation d'Elise Lucet : « Travail : ton univers impitoyable » nous a tous interpellés. Elle évoque notamment les[…]

01/12/2017 | Santé publiqueFILIÈRE
PeptiDream collaborera avec Bayer

PeptiDream collaborera avec Bayer

API : Avista double ses capacités de production au Colorado

API : Avista double ses capacités de production au Colorado

Injectables : Fresenius Kabi investit 100 M$ en Caroline du Nord

Injectables : Fresenius Kabi investit 100 M$ en Caroline du Nord

Plus d'articles