Nous suivre Industrie Pharma

Dow resserre les rangs

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

,

La chimie américaine ne va pas si bien. Malgré la manne de projets générés par les gaz de schiste, les opérateurs outre-Atlantique n'en tirent pas encore pleinement les bénéfices. Si l'avenir semble reluisant, le présent l'est beaucoup moins. Les maux sont globalement les mêmes : ralentissement de la croissance en Chine et faiblesse continue du marché européen. Ce qui pèse sur les volumes et les prix, et plombent perspectives et visibilité. Coup sur coup la semaine dernière, deux des poids lourds américains, DuPont et Dow, ont annoncé des plans de restructuration majeurs pour parer à la dégradation de leurs ventes et bénéfices. Le premier n'a pas encore détaillé son projet qui vise à réduire de 1 500 salariés ses effectifs mondiaux, soit environ 2 % de ses employés actuels. Le second a dévoilé une vision plus précise de sa réorganisation, d'ailleurs bien plus conséquente. Dow supprimera 2 400 postes, soit près de 5 % de ses effectifs mondiaux, et fermera une vingtaine d'unités dans le monde ces deux prochaines années. « La réalité est que nous opérons dans un environnement de faible croissance à court-terme. Même si ces actions sont difficiles, elles démontrent notre détermination à gérer rigoureusement nos opérations, surtout en Europe », justifie Andrew Liveris, le p-dg. L'objectif est de réduire les coûts opérationnels de 500 millions de dollars (environ 390 M€) par an à partir de fin 2014. Le groupe prévoit également de réduire ses dépenses d'investissements en se détournant de ses projets non-prioritaires dans le contexte économique actuel. « Nous continuerons de financer des projets où la différenciation est récompensée même dans cet environnement et où les opportunités de marges d'expansion sont fondées, comme par exemple nos activités Dow AgroSciences et Dow Electronic Materials, et nos projets comme Sadara ou ceux dans le Golfe du Mexique », poursuit Andrew Liveris. Le report de projets non-prioritaires devrait rendre disponible 500 M$ de cash supplémentaires. Soit 1 Mrd $ de sauvés qui viendront s'ajouter au 1,5 Mrd $ d'économies entrevues au début du printemps, lorsque Dow avait lancé, déjà, un premier plan de restructuration qui devait mener à la suppression de 900 postes et à la fermeture de quatre usines.

"C'est principalement en Europe que Dow réduira la voilure de ses actifs"

Sur le plan industriel, sans surprise, c'est principalement en Europe que Dow réduira la voilure de ses actifs. A Tessenderlo (Belgique), il fermera une unité de polyéthylène haute densité. A Delfzjil (Pays Bas), il stoppera ses activités de borohydrure de sodium. Sa division Formulated Systems (mousses polyuréthanes et solutions époxy) se passera de ses unités de Ribaforada (Espagne) et de Birch Vale (Royaume-Uni). Celle de Solon dans l'Ohio (États-Unis) fermera également. Une autre unité américaine est condamnée, à Midland (Michigan), pour la production de spécialités pour les filtres à particules de moteurs diesel. Enfin Dow arrêtera de produire des résines époxy à Kina Ura, au Japon, et se retirera de la coentreprise Dow Kokam, aux côtés du Groupe Dassault et TK Advanced Battery, dans les batteries lithium-ions. D'autres unités plus petites, notamment dans le domaine des solvants oxygénés, sont sur la sellette.

A l'heure des publications de résultats du 3e trimestre et dans un contexte économique difficile, les signaux générés par des géants comme DuPont et Dow ne sont pas très encourageants. Mais à la seule exception d'AkzoNobel, en souffrance et qui a déjà prévu des coupes, les acteurs européens ne resserrent pas trop les rangs. Pour le moment.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

[Édito] : À la recherche d’un leadership en bioproduction

[Édito] : À la recherche d’un leadership en bioproduction

Si l’on est loin de disposer d’un vaccin made in France pour maîtriser une bonne fois pour toutes le coronavirus, l’année 2020 va tout de même s’achever sur une note positive. Le Comité[…]

[Édito Covid-19] :  Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

[Édito Covid-19] : Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Plus d'articles