Nous suivre Industrie Pharma

Diaxonhit réorganise sa recherche

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,

La société française remodèle ses activités de recherche. Elle prévoit d'arrêter deux programmes dans le domaine thérapeutique et dans le diagnostic de la maladie d'Alzheimer. Elle se recentrera sur les activités de diagnostic dans l'infectiologie, l'oncologie et la transplantation.

Pour Diaxonhit, l'année 2014 sera synonyme de changements. Le laboratoire francilien a décidé de revoir sa stratégie de R&D et de la recentrer vers le diagnostic de spécialité. Ce qui passera par l'arrêt de certains programmes, notamment dans le domaine thérapeutique. « Diaxonhit redéfinit ses priorités en termes de R&D afin de réallouer ses investissements vers les programmes les plus prometteurs », explique Loïc Maurel, président du directoire de la société. Le laboratoire n'a pas précisé si ces mesures entraîneront des réductions d'effectif. 39 salariés, sur les 105 que compte le laboratoire, sont employés dans les activités de recherche (données de mai 2013). Elles sont regroupées à Paris, où se situe le siège social. Au cours de l'année, Diaxonhit achèvera progressivement sa collaboration avec Allergan. Initiée en 2002 et renouvelée cinq fois, celle-ci vise l'identification et la synthèse de molécules thérapeutiques dans le domaine des maladies neurodégénératives, de la douleur et de l'ophtalmologie. Durant cette période, plusieurs dizaines de cibles biologiques ont été caractérisées et Diaxonhit a livré plusieurs familles de molécules à Allergan, qui prendra en charge le développement pré-clinique et clinique ainsi que la commercialisation. « Sur la base de ce portefeuille prometteur, les deux partenaires ont décidé de ne plus lancer de nouveaux programmes de recherche et d'exploiter au mieux les molécules existantes », d'après Diaxonhit.

En outre, le laboratoire français jettera l'éponge dans le domaine de la maladie d'Alzheimer. Il a décidé de ne pas poursuivre son programme AclarusDx, qui vise le développement de diagnostic dans cette aire thérapeutique. « Les coûts nécessaires à la poursuite de ce programme s'avèrent trop élevés face à un potentiel d'adoption très incertain dans le contexte actuel de la maladie », justifie-t-il. Face à de nombreux échecs de développement de traitements de la maladie d'Alzheimer (100 au cours des 13 dernières années), l'industrie pharmaceutique se désengagerait de plus en plus de cette indication, selon Diaxonhit.

En revanche, la société mettra l'accent sur ses programmes de diagnostic de spécialité. Ses activités de recherche se concentreront désormais sur les maladies infectieuses (avec le test pour la détection sérologique des infections chez les porteurs de prothèses Inoplex), le cancer (avec le test tissulaire pour le cancer de la thyroïde Dx15) et la transplantation (avec le test d'expression moléculaire Allomap). Elle a mis la main sur le test Inoplex fin 2012, suite à l'acquisition d'Ingen Biosciences. A l'époque, le laboratoire s'appelait Exonhit et a décidé, lors de l'intégration d'Ingen, de se renommer Diaxonhit. En dehors de son pipeline de produits en développement, le laboratoire commercialise le Tétanos Quick Stick, un test permettant d'identifier le statut immunitaire vis-à-vis du tétanos. Sa filiale Ingen vend également des tests du HLA (antigènes des leucocytes humains) et des tests d'immuno-analyse. En 2012, le chiffre d'affaires pro-forma du groupe s'est élevé à 28,6 millions d'euros. Diaonxhit est implanté à Paris, à Chilly-Mazarin (Essonne) et à Rockville (Maryland), aux États-Unis. Fondé en 1997, le laboratoire est coté à la Bourse de Paris depuis 2005.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles