Nous suivre Industrie Pharma

Deux visions contraires de l'officine

Sylvie Latieule, Rédactrice en chef

Sujets relatifs :

, ,

C'est un nouveau rapprochement d'envergure qui se profile dans la distribution de médicaments aux États-Unis. Le groupe Walgreens Boots Alliance, né de la fusion en 2014 de l'Américain Walgreens et de l'Européen Alliance Boots, vient de proposer 17,2 milliards de dollars pour le rachat de la chaîne de pharmacies américaine Rite Aid. Si tout se passe bien, l'opération devrait être finalisée au deuxième semestre 2016.

L'enjeu est de créer un géant de la distribution pharmaceutique, gérant un nombre impressionnant d'officines : 13 100 pour Walgreens Boots Alliance dans 11 pays et 4 600 pour Rite Aid rien qu'aux États-Unis. Sans compter les 370 centres de Walgreens Boots Alliance dans une vingtaine de pays. À titre d'exemple, le dépositaire Alloga France auquel nous consacrons un article dans notre dossier logistique est justement une entité du groupe Walgreens Boots Alliance. Au total, le nouvel ensemble pourrait peser plus de 100 milliards de dollars de chiffre d'affaires, Walgreens Boots Alliance apportant les trois quarts des revenus. Les synergies annoncées atteignent le milliard de dollars. L'enjeu de ce regroupement est de s'unir pour diminuer les coûts opérationnels et proposer des médicaments, des produits de bien-être, de beauté et des services à moindre coût dans des espaces qui ressemblent davantage à des supermarchés (ou drugstores) qu'à des officines. Le médicament est considéré comme un produit de consommation banal, même si des précautions sont prises pour la délivrance de médicaments de prescription.

Cette annonce est intéressante car elle est emblématique de la différence de culture qui prévaut entre le système nord-américain et le système européen où « le médicament est considéré comme un produit social qui requiert un environnement particulier pour être mis à la disposition du public », analyse Jean-Luc Delmas, président de l'Académie nationale de Pharmacie. En Europe, les chaînes de pharmacies sont peu ou pas développées. Et en France, elles n'existent pas. Il est même impossible qu'elles se développent car un pharmacien exploitant doit être le propriétaire de sa pharmacie à travers une participation majoritaire. Il peut tout au plus posséder des parts minoritaires dans trois autres officines, mais sans en être l'exploitant. De ce fait, il est impossible d'imaginer la construction de conglomérats sur la base des 22 000 officines du territoire français. De même que des chaînes étrangères n'ont pas la possibilité de racheter nos officines. « Nous considérons que les pharmaciens doivent rester indépendants. Le capital des pharmacies ne peut pas être ouvert. De même que le monopole sur les médicaments non remboursables ne peut pas être brisé », ajoute-t-il, faisant référence à la tentative avortée d'Édouard Leclerc de distribuer des médicaments ne nécessitant pas de prescription médicale dans ses parapharmacies.

Sur ce sujet du capital des officines, la France est l'un des pays les plus stricts d'Europe. Mais cela ne nuit pas pour autant à la compétitivité, puisqu'une officine sur deux appartient à un groupement pharmaceutique pour réaliser justement des économies d'échelles sur les achats de produits non remboursés. De ce fait, dans une vision de santé publique, Jean-Luc Delmas estime que le système français est le meilleur qui puisse exister. Pourquoi faudrait-il le troquer contre un système anglo-saxon si mercantile, sans réel bénéfice pour la santé ? Sur ce point, pharmaciens d'officine et gouvernement sont sur la même longueur d'onde. Une entente à cultiver.

 

En Europe, les chaînes de pharmacie sont peu ou pas développées.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Edito : SMR et ASMR sur la fin

Edito : SMR et ASMR sur la fin

« Préparer la réforme de l'évaluation des médicaments », c'est la 15e mesure du Conseil stratégique des industries de santé qui s'est tenu en juillet. Le sujet a son importance[…]

01/11/2018 | Edito Magazine
PLFSS, le feuilleton de l'automne

PLFSS, le feuilleton de l'automne

Auvergne-Rhône-Alpes : La filière pharmacie, fleuron territorial

Auvergne-Rhône-Alpes : La filière pharmacie, fleuron territorial

Peut mieux faire

Peut mieux faire

Plus d'articles