Nous suivre Industrie Pharma

Des projets de développement pour Stallergenes

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,
Des projets de développement pour Stallergenes

Le siège social de Stallergenes à Antony.

© Stallergenes

Le groupe français vient d'élargir son siège social situé à Antony (Hauts-de-Seine). Cette extension vient s'ajouter aux nombreux projets de développement du groupe, notamment à l'international.

Après l'ouverture de son site de production de pollens de graminées à Amilly (Loiret) en janvier dernier (CPH n°536), Stallergenes vient d'inaugurer l'extension de son siège social basé à Antony (Hauts-de-Seine). D'une surface de 3 700 m² pour une capacité de 200 personnes, la nouvelle partie du site est destinée au personnel administratif. « Nous créons des bureaux pour libérer de l'espace pour les laboratoires », explique Albert Saporta, p-dg de Stallergenes. L'espace dégagé au niveau du bâtiment principal sera en effet dédié aux activités de recherche et de développement. Initié en 2009, ce projet d'extension est le fruit d'un investissement de 8,5 millions d'euros. 60 postes devraient d'ores et déjà être créés en 2011. Outre les activités administratives et de R&D, le site d'Antony possède également un site de production d'acariens d'une capacité d'une tonne par an. Ce dernier devrait également faire l'objet d'une extension dont les travaux débuteront en 2012. L'activité de production sera normalement transférée sur le site d'Amilly dans les cinq ans à venir. Ce site pourra alors gérer les activités de production de Stalair, programme pharmaceutique comprenant des comprimés d'immunothérapie sublinguale. Il est composé, entre autres, des comprimés Oralair pour les allergies aux pollens de graminées et Actair contre la rhinite aux acariens.

 

 

Cette inauguration fut aussi l'occasion de faire le point sur les partenariats et perspectives d'évolution du groupe. Oralair est déjà lancé dans plusieurs pays européens, hormis la France, et sera commercialisé dans 11 pays d'ici fin 2011. Ce comprimé vient également d'obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM) en Australie. Concernant le lancement aux États-Unis, Albert Saporta indique que le « développement américain pourrait aboutir cette année » et que « des discussions sont actuellement en cours avec la FDA ». En revanche le lancement en France, initialement prévu pour la fin de l'année, est suspendu pour le moment, notamment à cause de problèmes de taux de remboursement et d'un contexte pharmaceutique secoué par l'affaire du Mediator. Le comprimé Actair devrait, quant à lui, être déposé cette année pour approbation auprès des autorités allemandes. La société biopharmaceutique française a également instauré un partenariat avec le laboratoire japonais Shionogi et Co en septembre 2010 pour le développement et la commercialisation d'Actair et d'un comprimé pour l'allergie au pollen de cèdre du Japon. « Le plan de développement clinique de ces deux produits commencera le mois prochain », a indiqué Isao Teshirogi, p-dg de Shionigi et Co, également présent lors de cette inauguration. Selon Albert Saporta, le comprimé Actair devrait obtenir une AMM au Japon à l'horizon 2015-2016 et celui contre l'allergie au pollen du cèdre du Japon en 2019-2020. Au niveau international, Stallergenes est déjà présent dans 10 pays. Il prévoit d'ouvrir quatre autres filiales, en Turquie et en Australie pour la fin de l'année et en Pologne et Russie pour 2012. Ces développements permettront de renforcer les ventes du groupe hors Europe, puisqu'il réalise actuellement 85 % de son chiffre d'affaires (216 M€) en Europe.

 

 

 

 

« Quatre filiales en cours de création »

 

Plusieurs lancements à l'international

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles