Nous suivre Industrie Pharma

Des prévisions « décevantes » pour BioMérieux

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,

La société française a enregistré des résultats plutôt satisfaisants en 2013, avec une hausse de 22,7 % de son bénéfice net. Mais elle devrait perdre de la vitesse en 2014, notamment en raison de variations de change défavorables.

BioMérieux a été sanctionné le 19 mars à la Bourse de Paris, après avoir publié son bilan financier 2013 et ses perspectives 2014. La valeur de l'action a perdu 4,83 %, à 77,27 euros. Le marché boursier a été déçu par les prévisions prudentes, malgré des résultats 2013 plutôt conformes aux attentes. La société s'est même payé le luxe d'enregistrer une croissance à deux chiffres de son bénéfice net, qui s'est élevé à 164,7 millions d'euros (+ 22,7 %). De son côté, l'Ebitda a légèrement régressé de 0,6 % et a atteint 353 M€. Le résultat opérationnel courant du groupe est resté relativement stable à 262 M€ (+ 0,8 %). « Les variations monétaires n'ont eu qu'un impact limité en 2013 sur le résultat opérationnel courant » a prévenu le groupe, qui explique avoir bénéficié des effets positifs des couvertures de change mises en place fin 2012. En revanche, les ventes, qui ont atteint 1,59 Mrd € (+ 1,2 %), ont été pénalisées par la volatilité des taux monétaires. « En 2013, l'évolution des devises a pesé à hauteur de 54 M€ sur la croissance des ventes en euros par rapport à 2012 », a détaillé la société. Le chiffre d'affaires des Applications cliniques, la division principale de BioMérieux, est resté inchangé et s'est établi à 1,25 Mrd €. Au sein de ce segment, toutes les activités ont vu leurs ventes progresser à l'exception de la Microbiologie, dont le chiffre d'affaires a reculé de 0,9 %, à 793 M€. La plus forte croissance a été observée pour l'activité Biologie moléculaire, avec des ventes de 78 M€ (+ 6,5 %), tirées par les performances de la filiale AES Laboratoire, spécialisée dans le contrôle microbiologique industriel et acquise en juillet 2011. La croissance fut aussi au rendez-vous du côté de la deuxième division, dédiée aux applications industrielles. Elle a affiché des ventes de 330 M€, en progression de 3,3 %.

 

L'impact d'un euro trop fort

 

Au niveau géographique, le chiffre d'affaires a reculé de 0,1 % en Europe (806 M€) et de 2,6 % en Amérique latine (131 M€). La croissance a, en revanche, été positive en Asie Pacifique (+ 4 %, 295 M€) et en Amérique du Nord (+ 1,1 %, 349 M€). Dans la plupart de ces régions, le groupe a subi l'impact d'un euro trop fort. Et cette tendance devrait se poursuivre cette année. « L'évolution de certaines devises (le dollar américain, le réal brésilien, la roupie indienne, le péso argentin et la livre turque en particulier) continuera d'affecter significativement le chiffre d'affaires du groupe en euros », a révélé BioMérieux. La société estime que les variations monétaires pourraient peser à hauteur d'environ 50 M€ sur la croissance de ses ventes en 2014. Alors qu'à devises et périmètres constants, elles devraient croître entre 3 et 5 %.

Concernant la rentabilité, le Français table sur un résultat opérationnel en baisse, compris entre 220 et 245 M€. Il sera surtout impacté par les variations de devises, qui pourraient avoir un impact négatif d'au moins 25 M€ en 2014. « Malgré un contexte monétaire volatile, nous poursuivrons notre feuille de route en 2014, qui sera ainsi une année de consolidation et d'investissement pour déployer nos solutions de biologie moléculaire après l'acquisition de BioFire, accroître notre présence sur le marché en croissance dynamique des applications industrielles, intensifier le lancement commercial de Vidas 3 et assurer la commercialisation de nos systèmes très innovants de microbiologie clinique », a tout de même rassuré Jean-Luc Belingard, le p-dg. Mais pas assez pour convaincre le marché boursier.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Servier tiré par l'international

Servier tiré par l'international

Le géant pharmaceutique français a annoncé de bons résultats pour l'exercice 2016/2017, et ce malgré une baisse des ventes en France. Pour l'exercice 2016-2017, le chiffre d'affaires de Servier[…]

05/03/2018 | ServierActualités
Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Feu vert de la FDA pour trois sites de production de Novasep

Feu vert de la FDA pour trois sites de production de Novasep

Le LFB triplera les capacités de son site d'Alès d'ici à 2017

Le LFB triplera les capacités de son site d'Alès d'ici à 2017

Plus d'articles