Nous suivre Industrie Pharma

Des portes coupe-feu dédiées aux locaux propres

Florence Martinache
Des portes coupe-feu dédiées  aux locaux propres

Les portes Dagfeu répondent aux exigences des salles propres.

© © Dagard

DAGARD A MIS AU POINT DES PORTES COUPE-FEU CONÇUES POUR LES « APPLICATIONS PROPRES ». JUSQU'ICI, CES ÉLÉMENTS ÉTAIENT FABRIQUÉS PAR DES FOURNISSEURS NON SPÉCIALISÉS DANS CE TYPE D'USAGE.

« Depuis déjà de nombreuses années, il y a une tendance assez lourde à utiliser de plus en plus de matériaux incombustibles dans les salles propres », observe Daniel Quinet, directeur marketing R&D chez Dagard. Qu'elles soient mues par leur propre souci de sécurité ou par les demandes des assurances, un nombre croissant de sociétés pharmaceutiques se sont tournées vers des matériaux incombustibles du type laine de roche pour remplacer les matériaux isolants comme le polyuréthane. Plus récemment, « une tendance forte à demander des performances de résistance au feu » s'est également dégagée, selon le spécialiste. C'est-à-dire qu'en plus de leur incombustibilité, les cloisons, plafonds, portes, doivent résister mécaniquement au feu pendant un temps donné afin de permettre l'évacuation sécurisée du personnel. « Il est en général demandé que le temps de résistance au feu des portes soit équivalent à celui des panneaux, ou au moins égal à la moitié », précise Daniel Quinet. Ce type de panneaux est développé depuis quelques années par Dagard, pour des durées de résistance au feu de 1, 2 ou 3 heures. Côté plafond, le fabricant a lancé plus récemment sa gamme pour des durées de résistance au feu de 30 minutes à 2 heures. Les portes, elles, restaient encore sous-traitées lorsqu'une qualité coupe-feu était requise par le client. Du moins jusqu'à tout récemment. La gamme de portes Dagfeu de Dagard fait son entrée sur le marché en octobre. « Nous n'avions pas une satisfaction totale, soit en termes de qualité et de finition pour l'adaptation aux exigences propres, soit en termes de réactivité des fournisseurs », justifie le directeur marketing R&D de Dagard. Après des essais de performance réalisés au laboratoire Efectis, la gamme a pu être commercialisée.

Des dimensions à la demande

 

Il s'agit de portes de services semi-isothermes destinées au passage du personnel et du petit matériel. Les dimensions standard sont de 2 ou 2,20 m de hauteur pour des largeurs de 80, 90 cm ou 1 m pour les portes à un vantail et de 1,60 m, 1,80 m ou 2 m pour les portes à deux vantaux. D'autres dimensions sont néanmoins possibles puisque les portes sont fabriquées à la demande. Ainsi, elles combinent les caractéristiques habituelles des portes coupe-feu et des portes de salle propre. « Notre vantail est constitué d'éléments résistants au feu, comme le plâtre, mais aussi d'éléments isolants thermiques comme de la laine de roche. C'est une combinaison de plusieurs couches de différents matériaux », détaille Daniel Quinet. Par ailleurs, les fixations de la porte sur le panneau sont rendues invisibles par différents systèmes : vis biaises semi-affleurantes, parcloses pour cacher les vis,... Les vantaux, d'une épaisseur de 54 mm, sont en outre totalement lisses sur les deux faces. L'un des côtés étant affleurant par rapport à la cloison tandis que l'autre est en retrait. Cette gamme de portes présente une particularité « difficile à trouver dans le commerce », d'après Daniel Quinet : il s'agit d'un oculus (de 60 cm sur 30), résistant au feu et affleurant. « C'était d'ailleurs l'un des principaux points d'achoppement avec nos fournisseurs : ils ne savaient pas faire ce type d'oculus », poursuit-il. Plusieurs éléments optionnels peuvent être ajoutés : un ferme-porte, une barre anti-panique ainsi qu'un système d'interlockage, formé de ventouses électromagnétiques semi-encastrées, pour bloquer les portes en position fermée lorsqu'elles remplissent une fonction de sas. Autre personnalisation possible, la mise en couleur. Les huisseries et vantaux en acier peuvent être peints par le fabricant à l'aide d'une poudre époxy cuite au four. En ce qui concerne la fixation, « comme nous avons des demandes variées, nous avons développé des portes qui peuvent se monter sur tous types de cloisons », explique Daniel Quinet. Ceci inclut les cloisons en béton traditionnel doublé par un panneau propre lorsqu'il s'agit d'un chantier de rénovation ou encore les cloisons en placoplatre, « matériau qui permet de réaliser des cloisons résistantes au feu tout en restant économiques ». Et pour tous ces supports, l'ensemble « porte Dagfeu et cloison » a été testé par Dagard afin de garantir la résistance au feu durant une heure. Pour l'instant, la gamme de portes Dagfeu n'est disponible que pour une durée de résistance au feu d'une heure. « Dans l'avenir, pour avoir une gamme plus large, nous développerons probablement des portes un peu plus légères qui répondent uniquement au critère pare-flammes pendant une demi-heure », projette le directeur marketing.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

L'IA pour détecter les anomalies

L'IA pour détecter les anomalies

Le nouveau module FactoryTalk Analytics LogixAI de Rockwell Automation utilise l'intelligence artificielle (IA) pour détecter les anomalies de la production et alerter les opérateurs afin qu'ils puissent en rechercher les[…]

Une station de comptage des colonies à grande capacité

Une station de comptage des colonies à grande capacité

Le Connex'lab, un pas de plus vers l'industrie du futur

Le Connex'lab, un pas de plus vers l'industrie du futur

Un sac de transfert à usage unique

Un sac de transfert à usage unique

Plus d'articles