Nous suivre Industrie Pharma

Des centaines de médicaments et quatre sites français de Sanofi sur la sellette

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,

D'après des informations publiées dans Le Canard Enchaîné, le groupe français étudierait un projet de vente d'un portefeuille de 200 médicaments matures. Le plan menacerait également quatre sites français.

Le climat social est loin de s'apaiser chez Sanofi. Moins de deux ans après avoir lancé un plan de restructuration d'envergure dans l'Hexagone, le laboratoire tricolore pourrait récidiver. Selon Le Canard Enchaîné du 9 juillet, Sanofi aurait présenté début mai à son comité d'investissements un projet baptisé « Phoenix ». Ce dernier viserait la cession de 200 médicaments matures, dont le célèbre anticoagulant Plavix (clopidogrel) qui est tombé dans le domaine public en 2008 mais qui a tout de même généré 1,86 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2013. Ces informations viennent confirmer les révélations de Reuters d'avril dernier, qui évoquait que Sanofi cherchait à vendre un portefeuille de médicaments matures pour 7 à 8 milliards de dollars. D'après Le Canard Enchaîné, le projet « Phoenix » menacerait également 6 sites industriels, dont 4 en France. Les usines de Compiègne (Oise), d'Amilly (Loiret), de Quetigny (Côte-d'Or) et le centre de distribution de Marly-la-Ville (Val-d'Oise) seraient notamment sur la sellette. Cela concernerait 2 600 emplois dans l'Hexagone, pour un profit de 6,3 Mrds €, toujours selon l'hebdomadaire satirique. Une rumeur qui fait grincer les dents des syndicats. « Si ce projet est mis en place, ce serait une catastrophe », s'est alarmé Thierry Bodin, représentant syndical CGT. « La direction veut uniquement faire de la rentabilité à court terme », s'est-il insurgé. Avant d'ajouter : « Il faut empêcher cette cession, ces médicaments matures ont fait la preuve de leur efficacité. Ils ont une rentabilité toujours importante et représentent entre 25 % et 30 % du chiffre d'affaires de Sanofi dans le monde ». D'après la CGT, le projet serait déjà très avancé et d'éventuels partenaires ou repreneurs ont déjà été contactés. Le Canard Enchaîné évoque d'ailleurs une cession éventuelle à Pfizer, Abbott et Otsuka ou à des fonds d'investissements américains. Du côté de la direction, le ton est plus mesuré. « Cela fait partie du processus normal de l'entreprise que de réfléchir à sa gamme de produits et de faire évoluer ses activités », a expliqué une porte-parole du groupe. Elle a cependant admis qu'« à ce jour, il y a des réflexions en cours en ce qui concerne les produits matures. Mais rien n'est décidé. Si ces études aboutissaient, elles seraient présentées en priorité aux partenaires sociaux », a-t-elle prévenu. « Il y a des dizaines de documents et d'études qui sont présentées au comité d'investissements sans qu'aucune suite ne soit donnée. Le comité d'investissements n'est pas un comité du conseil d'administration », a en outre précisé la porte-parole de Sanofi. Reste que la pilule devrait avoir du mal à passer du côté des salariés français du groupe. Selon les syndicats, le laboratoire tricolore aurait déjà supprimé 4 000 emplois en France au cours des cinq dernières années.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Maintenant 3x plus rapide avec le nouvel isolateur VarioSys

Publi-Rédactionnel

Maintenant 3x plus rapide avec le nouvel isolateur VarioSys

La nouvelle version de l'isolateur VarioSys (PSI-L 2.0) à de quoi séduire : catalyseurs intégrés, cartouches filtrantes (FiPa) à haute efficacité et système SKANFOG breveté. La[…]

08/07/2020 |
Covid-19 : L’Académie de médecine recommande la vitamine D

Covid-19 : L’Académie de médecine recommande la vitamine D

Servier tiré par l'international

Servier tiré par l'international

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Plus d'articles