Nous suivre Industrie Pharma

Dérivés du sang : CSL acquiert Talecris

Sujets relatifs :

,
Pour la bagatelle de 3,1 milliards de dollars (2,1 Mrds €), CSL a mis la main sur son rival américain Talecris Biotherapeutics.
Pour la bagatelle de 3,1 milliards de dollars (2,1 Mrds €), CSL a mis la main sur son rival américain Talecris Biotherapeutics. Le groupe australien renforce ainsi sa position sur le marché mondial des produits pharmaceutiques dérivés du sang, et notamment sur le marché américain, estimé à 15 Mrds $. En s'emparant de Talecris, numéro 3 local avec 1,2 Mrds $ de vente l'an dernier, CSL, avec 2,6 Mrds $ de chiffre d'affaires, confortera donc sa position de numéro 2. Il devrait porter sa part de marché américaine à 25 % et talonner désormais les 33 % du leader Baxter qui réalise 5 Mrds $ de ventes annuelles. À eux deux, ils devraient ainsi représenter près de 60 % du marché aux États-Unis. CSL espère également tirer de l'opération des synergies annuelles de 225 M$. Le groupe australien poursuit sa stratégie de croissance externe centrée sur le marché américain. CSL avait amorcé la manœuvre en 2000 avec l'acquisition du Suisse ZLB, lequel disposait d'un des rares sites européens de fractionnement approuvés par la FDA. Quatre ans plus tard, CSL reprenait Aventis Behring, la branche des protéines thérapeutiques d'Aventis (CPH n°238) , basée aux États-Unis. La même année, CSL confirmait le recentrage de ses activités sur le plasma en se séparant de sa petite division vétérinaire, cédée à Pfizer (CPH n°239) . En 2005, Bayer Plasma, la division de dérivés du sang dont Bayer cherchait à se séparer, ne tombait pas en revanche dans l'escarcelle de CSL mais dans celle des fonds d'investissements américains Cerberus Capital Management et Ampersand Ventures. L'opération donnait naissance à Talecris, désormais racheté par CSL. Talecris, recense aussi deux usines de production aux états-Unis. La croissance de CSL tirée par le Gardasil CSL vient de publier un résultat net de 701,8 millions de dollars australiens (412 M€), en augmentation de 30 %, et un chiffre d'affaires de 3,8 Mrds AUD (2,2 Mrds €), en augmentation de 15 %, pour son exercice annuel 2007-2008, clos au 30 juin dernier. Le groupe bénéficie notamment de la bonne croissance de ses vaccins. Sa division dédiée, CSL Biotherapies, a augmenté de 52 % en un an, à 481 M AUD. Une performance due aux ventes australiennes de Gardasil, son vaccin pour la prévention du cancer du col de l'utérus, qui a rapporté 227 M AUD. Licencié à MSD et Sanofi Pasteur pour les ventes dans le reste du monde, Gardasil a aussi généré 167 M AUD de royalties en un an pour CSL. J.C.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles