Nous suivre Industrie Pharma

Dépenses de santé/Médicaments : les laboratoires réclament "une réforme véritable"

Sujets relatifs :

,

Les Laboratoires internationaux de recherche (LIR), association regroupant les quatorze plus grands laboratoires, filiales des grands groupes pharmaceutiques dont Bayer, Novartis, Roche et Procter and Gamble, ont réclamé " une réforme véritable " du système de prise en charge des malades " plutôt qu'un plan de circonstance ", à l'annonce du " Plan médicament ", que la ministre de l'Emploi et de la Solidarité, Elisabeth Guigou, a présenté et dont l'objectif est de baisser la note des remboursements, qui s'élève à quelque 95 Mrds F (14,5 Mrds €) par an. La hausse de la consommation de médicaments en France " n'a rien d'exceptionnel,surtout au regard des besoins médicaux encore non couverts, de l'arrivée de médicaments apportant un progrès thérapeutique reconnu, et des nombreuses priorités de santé publique dont le médicament est la pierre angulaire ", a affirmé le LIR, qui ajoute que " taxer n'est pas réguler, et en l'absence des vraies réformes qui permettraient une appréhension globale de notre système de soins, la croissance des dépenses publiques de médicaments à ce rythme est inéluctable ". De son côté, la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM) a réaffirmé son attachement au " déremboursement " des médicaments au service médical rendu jugé insuffisant. " La baisse du taux de remboursement de ces médicaments (qui pourrait être suggérée par la gouvernement) n'est pas une solution, nous sommes favorables à leur déremboursement " a expliqué Pierre-Jean Lancry, directeur délégué aux risques. La position de la CNAM rejoint celle de la Mutualité Française (FNMF) qui propose de ne " plus rembourser " les 835 médicaments à service médical rendu insuffisant recensés par l'Agence française de sécurité sanitaire sur 4 490 produits. La CNAM a également déclaré " militer " pour que les médecins prescrivent en " dénomination commune internationale " (DCI), " ce qui facilitera le travail des pharmaciens et enlèvera un frein important à la prescription du générique ". Enfin, la Caisse a prôné " un tarif de préférence " pour les médicaments, soulignant qu'il n'y avait " aucune raison pour justifier des écarts de prix entre des médicaments d'une même classe thérapeutique ". " La mise en place de ce tarif de référence permettra aux consommateurs de ne pas être pénalisés par ces écarts " a précisé P.-J. Lancry.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles