Nous suivre Industrie Pharma

Dépenses de santé/La politique gouvernementale du médicament épinglée par la Cour des comptes

Sujets relatifs :

,

La Cour des comptes, dans son prérapport 2001 des comptes de la Sécurité sociale, critique la politique du médicament menée depuis 1998 dont les mesures, selon elle, " n'ont eu à ce jour qu'un faible impact sur les dépenses " et cela malgré des objectifs " ambitieux ". Consacré aux " dépenses de médicaments en ville ", le document, qui sera rendu public le 18 septembre, dresse un maigre bilan de la politique du médicament conduite depuis trois ans. Les magistrats citent une " régulation financière par le système conventionnel qui n'a pas freiné les dépenses ", un " objectif de doublement de la part de marché des génériques qui n'a pas été atteint " et le " peu d'effets de la réévaluation du service médical rendu " (SMR). Pour la " régulation financière ", la Cour note que " les médicaments responsables des plus fortes hausses sont paradoxalement les moins pénalisés " et souligne que les " remises incitent paradoxalement à augmenter les ventes, car le taux de prélèvement marginal diminue avec la croissance des ventes ". Parmi les remèdes préconisés, la Cour des comptes avance la révision plus fréquente des prix et demande afin de mieux cibler les médicaments coûteux. Les magistrats suggèrent ainsi un réexamen fréquent des prix " en fonction de l'arrivée de nouvelles molécules, de l'élargissement des indications et de la progression des volumes vendus " et la prise en compte pour les médicaments coûteux " du rapport entre leur coût et leur efficacité ". Le SMR, dont le rapport prône " une réévaluation périodique obligatoire " par classe ou par catégorie de médicaments à même visée thérapeutique, n'a en réalité porté que sur " l'aspect de l'efficacité ", relève la Cour, qui encourage le gouvernement à développer la formation initiale et continue sur la prescription ainsi qu'une information objective sur le bon usage du médicament, relevant que la formation et l'information des prescripteurs sont trop dépendantes de l'industrie et du réseau de ses 20 000 visiteurs médicaux. Montré du doigt comme l'un des principaux responsables du déficit de la branche maladie, le médicament, dont le taux de croissance annuel moyen de remboursements s'est accéléré de 11,1 % en 2000, représente un budget de 100 milliards de francs.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Nomination

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Bastien Pech de Laclause rejoint les équipes de Vauban Executive Search, cabinet de conseil en recrutement, par approche directe de référence. Il intervient sur des missions de recrutement et de conseil pour les acteurs de[…]

06/10/2021 | Ressources humaines
Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Plus d'articles