Nous suivre Industrie Pharma

Dépenses de santé : Génériques : 20 Mrds $ d'économies inexploitées aux États-Unis en 2004

Sujets relatifs :

,
Les dépenses des consommateurs américains en médicaments auraient pu être réduites potentiellement de 20 Mrds $ en 2004, si le recours aux génériques avait été plus important, selon une étude que vient de publier la société américaine Express Scripts, l'une des plus importantes compagnies nationales de gestion des soins (HMO ou Health Maintenance Organization). De plus, selon Steve Miller, vice-président Recherche d'Express Scripts, « ce montant est équivalent à celui engagé pour les soins de santé des personnes ne bénéficiant d'aucune couverture ». L'étude, qui s'est concentrée sur six classes thérapeutiques et sur un échantillon de 3 millions de personnes, révèle par ailleurs de grandes disparités dans le recours aux génériques entre les différents États. Parmi les bons élèves se trouvent le Massachussets, l'Orégon, le Nouveau Mexique, avec un taux de recours aux génériques de 56 %, alors que le New Jersey (41 %) et New-York (43 %) sont en bas du classement. Par classe thérapeutique, ce sont les anticholestérols pour lesquels les génériques sont les moins utilisés, avec un taux de pénétration de seulement 7 %, soit une économie potentielle de 5,1 Mrds $. Pour les traitements des maladies gastro-intestinales, le taux de substitution pourrait atteindre 95 %, contre 31 % actuellement, représentant 5,4 Mrds $ de dépenses pouvant être évitées. « Ces résultats ne sont que la partie émergée de l'iceberg des économies potentielles pouvant être réalisées en ayant recours de façon plus importante aux génériques, estime Steve Miller. Alors que de nouveaux génériques vont arriver sur le marché, et que l'utilisation des médicaments de prescription se renforce, les opportunités de réduire les dépenses de santé deviennent plus importantes ». Ainsi, en 2006, Zocor de Merck & Co., deuxième médicament le plus vendu aux États-Unis avec des ventes de 5,5 Mrds $, et Pravachol de Bristol-Myers Squibb (1,4 Mrd $) vont tomber dans le domaine public, tout comme l'antidépresseur Zoloft de Pfizer (3 Mrds $). Et en 2007, ce sera au tour de Novarsc (antagoniste des canaux calciques, 2,3 Mrds $), appartenant également à Pfizer, et de Coreg (béta-bloquant, 840 M$) de GlaxoSmithKline. C'est ainsi un marché potentiel de 50 Mrds $ qui va s'ouvrir aux génériques dans les cinq prochaines années. Le marché américain des génériques est le plus important au niveau mondial. Il s'est élevé l'an dernier à 18,1 Mrds $, soit environ 8,3 % du marché pharmaceutique domestique, selon IMS Health. Un nouveau coup de boutoir porté au prix des médicaments L'étude d'Express Scripts n'est pas la première du genre émanant d'une HMO. Ces organismes, dont les primes sont en augmentation constante depuis quelques années, expliquent en partie cette évolution, par le coût des médicaments de prescription. Une explication que réfutent les laboratoires pharmaceutiques, qui par l'intermédiaire de leur association, la PhRMA, soulignent la faible importance du coût des médicaments par rapport à l'ensemble des postes de dépenses de santé. Cette étude intervient également alors qu'une réforme du système américain de la propriété intellectuelle est en cours d'examen par le Congrès américain. Une nouvelle réglementation qui « se traduira par une hausse des dépenses de santé pour les Américains », selon la GPhA, association américaine des producteurs et distributeurs de génériques. L'une des conséquences de la “Patent Act of 2005”, selon l'association, sera en effet de réduire le nombre de procès liés à la contestation de la validité de brevets. Selon les données de la GPhA, les génériques représentent 53 % des prescriptions rédigées aux États-Unis, contre 12 % des dépenses en médicaments.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles