Nous suivre Industrie Pharma

De la médecine personnalisée à la santé globale

À LYON, ANNE-GAËLLE MOULUN

Pour sa 10e édition, le forum Biovision a mis l'accent sur la médecine personnalisée et son impact sur la santé globale. Les enjeux du financement de la médecine de demain, de l'innovation, ainsi que ses aspects éthiques étaient au coeur des débats.

Le forum international des sciences du vivant Biovision a fêté cette année son dixième anniversaire. Organisé par la Fondation pour l'Université de Lyon, il s'est tenu les 15 et 16 avril au Centre de Congrès de la Cité internationale de Lyon. Cette année, les intervenants se sont penchés sur la difficulté de concilier l'accès pour tous à la santé avec l'essor de la médecine personnalisée. Des conférences prospectives ont tenté d'apporter des pistes de réflexion pour résoudre ce casse-tête. « La France a mis en place des plateforme de génétique moléculaire pour détecter les anomalies moléculaires dans les cancers », annonce Agnès Buzyn, présidente de l'Institut national du cancer (InCA). En 2013, 75 000 patients ont bénéficié de ces tests, ce qui a permis de leur fournir des thérapies ciblées pour leur cancer et d'améliorer l'efficacité des traitements. Mais ces avancées ne sont pas encore accessibles à tous. « Une infime portion de la population mondiale a accès aux innovations médicales et les écarts se creusent », souligne Ole Petter, recteur de l'université d'Oslo. L'accès aux soins de base n'est pas garanti partout, dans un contexte de baisse des moyens disponibles. « L'aide publique au développement diminue de la part des pays donateurs », observe Philippe Douste-Blazy, président d'Unitaid, qui souligne la nécessité de « trouver de nouvelles sources de financement ». Son association réclame notamment une taxation des transactions financières, qui permettrait, si tous les pays la mettaient en place, de régler le problème de l'accès aux soins de base. « Plus un seul enfant dans le monde ne mourrait d'une maladie évitable et curable », souligne-t-il. Malheureusement, il note que « les pays qui instaurent cette taxe le font pour compléter leur propre budget et non en faveur de la santé ».

 

Rôle des industriels

 

Selon le Dr Robert Sebbag, vice-président pour l'accès aux soins à Sanofi, les industriels ont un rôle à jouer dans l'amélioration de l'accès à leurs médicaments. « Avec la globalisation de l'information, on n'accepte plus d'être moins bien soigné, sous prétexte qu'on vit au Kenya ou au Burkina Faso », pointe-t-il. Pour lui, « si on veut combler le fossé, il faut agir tous ensemble. L'industrie ne peut pas travailler seule. » Philippe Archinard, président de Lyonbiopôle, ajoute que « toutes les parties prenantes doivent être réunies, notamment les payeurs et les patients », pour élaborer la médecine de demain. Par ailleurs, « la santé et la médecine seules ne signifient plus grand-chose si on ne prend pas aussi en compte la nutrition, l'environnement et tous les facteurs qui peuvent avoir des conséquences sur la santé. Sans oublier la sécurité des professionnels de santé qui interviennent sur le terrain », estime Alain Mérieux, président de la Fondation pour l'université de Lyon. L'interdisciplinarité et l'internationalisation seraient donc quelques clés indispensables pour tenter de concilier médecine personnalisée et santé globale. Le prochain forum Biovision se tiendra en avril 2016 à Lyon, sur le thème de la prévention.

QUINZE LAURÉATS DISTINGUÉS POUR LEURS PROJETS INNOVANTS

Plus de 50 projets ou start-up, français et étrangers, ont été présentés lors des sessions « Catalyzers » et de la « Conférence investisseurs » de cette 10e édition de Biovision. Quinze d'entre eux ont été distingués. Le prix pour le projet le plus prometteur a été remis à Mohamed Abdelsalam de l'Université de Sao Paulo. Le 2015 Biovision Catalyzer Award, qui récompense les projets à fort potentiel d'innovation, a été attribué à Diabeloop. Deux prix spéciaux ont distingué Cartimage et le projet GitHealth de Novadis-covery. Les prix Investor Conference biotech et medtech ont été remis respectivement à Alizé Pharma et FineHeart, tandis que le prix spécial a récompensé Kallistem. Ces prix distinguent les approches porteuses d'innovation des entreprises et leur contribution aux avancées médicales et sociétales. Quatre prix ont également couronné des entreprises porteuses de croissance et d'innovation : Cerenis et Supersonic Imagine, qui ont réalisé les deux principales introductions en Bourse sur Euronext depuis l'an dernier, et Valneva et Diaxonhit, qui affichent la plus forte croissance de chiffre d'affaires sur les trois dernières années. Enfin, les gagnants de Lyon Start-up ont également été annoncés : le premier prix de la catégorie « projet à potentiel » a été remis à Prototyp et le second prix au projet IceStick. Dans la catégorie « entreprise à potentiel », le premier prix a été attribué à Watch Live et le deuxième à Chantiers Passerelles.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Le gouvernement américain injecte 354 M$ pour retrouver son indépendance sanitaire

Le gouvernement américain injecte 354 M$ pour retrouver son indépendance sanitaire

L’indépendance sanitaire est un sujet phare aux Etats-Unis. Elle entre dans le cadre de la stratégie America First du président Donald Trump. A ce titre, la société publique de fabrication de[…]

19/05/2020 | CoronavirusCovid-19
Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Plus d'articles