Nous suivre Industrie Pharma

Cure de jouvence pour la R&D de GSK

Cédric Ménard
Une page est tournée. C'est en substance le message qu'a délivré Jean-Pierre Garnier, président de GlaxoSmithKline (GSK), lors de la présentation du pipeline du groupe, la première organisée depuis 2001. Le dirigeant l'affirme avec conviction : « notre nouveau modèle de R&D fonctionne », et ses problèmes de productivité font partie du passé. Une réponse aux doutes sur la capacité de GSK à générer assez de nouveaux produits, alors qu'il dépense chaque heure 500 000 $ dans sa recherche.
Et de lever le voile sur un pipeline qui comporte 147 projets en clinique, dont 82 nouvelles entités chimiques (NCE), 45 extensions de produits et 20 vaccins. Depuis 2001, la R&D du groupe a porté de 23 à 44 le nombre de NCE en phase II ou III. Si ce portefeuille est bien garni quantitativement, la qualité est aussi là, selon le président de GSK : « nous disposons de 20 projets constituant des blockbusters potentiels ». Dont l'anticancéreux 572016 (en essais de phase III) pour lequel le groupe déposera un dossier en 2005. Une molécule qui vise le marché des cancers à tumeurs solides, estimé à 17 Mrds d'euros, et qui viendrait concurrencer Iressa (AstraZeneca) et Erbitux (Imclone). Dans le cardio-vasculaire, le 480848, premier composé ciblant directement la formation des plaques d'athérome, devrait faire l'objet d'un dépôt de dossier en 2008 avec un marché potentiel de 21 Mrds d'uros. GSK estime ainsi qu'il sera à même d'assurer sa croissance à moyen et long terme avec 16 dépôts de dossiers entre 2004 et fin 2005 et 36 entre 2006 et 2008, où GSK prévoit d'enregistrer « une croissance record dans le secteur » assure J.-P. Garnier. Selon Tadataka Yamada, président de la R&D, ces résultats découlent directement de la refonte de la R&D, avec 6 CEDDs (centres d'excellence en drug discovery), structures dédiées à une aire thérapeutique et calquées sur le modèle des "biotechs", qui font le lien entre la recherche et le développement. Mais GSK a aussi fait appel au "in-licensing" pour étoffer son portefeuille. Les trois NCE pour lesquels le groupe a obtenu une AMM en 2003 ne sont pas issues de sa recherche : Levitra (troubles de l'érection, avec Bayer), Bexxar (lymphome non-Hodgkinien, Corixa) et Lexiva (VIH, Vertex). Sur les 147 NCE du pipeline, environ 20 % font appel à ce procédé. « Il n'y aura pas de changement notable dans ce ratio », selon Jean-Pierre Garnier. Qui admet que l'in-licensing « nous a permis de faire face à une carence passagère en NCE », même si le groupe a obtenu cette année six extensions d'indications majeures (Lactimal dans les troubles bipolaires, Seretide/Advair dans la broncho-pneumopathie chronique obstructive...). Autre voie de développement, les produits biopharmaceutiques. Domaine dans lequel GSK veut se renforcer, avec l'ouverture prochaine d'un CEDD dédié à ce type de molécules. Si le directeur de la R&D considère qu'elles occuperont à terme une place équivalente à celle des molécules « de petite taille », cela prendra du temps : « Nous avons douze projets de cette catégorie, encore au stade de la recherche », précise le dirigeant. Reste à savoir si ces nombreux projets donneront naissance à un nombre suffisant de médicaments. Ce dont ne doute pas, contrairement à certains analystes, Tadataka Yamada : « même en appliquant un taux d'échec de 50 %, il nous restera suffisamment de produits pour assurer notre croissance ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19 : Novavax annonce 90 % d’efficacité pour son vaccin

Covid-19 : Novavax annonce 90 % d’efficacité pour son vaccin

La biotech devrait déposer des demandes d’autorisation au cours du troisième trimestre de cette année. La biotech américaine Novavax a publié les résultats de l’essai de phase III[…]

16/06/2021 | BiotechnologiesCoronavirus
CAR-T : Levée de fonds record à 75 M€ pour Mnemo Therapeutics

Biotech en France

CAR-T : Levée de fonds record à 75 M€ pour Mnemo Therapeutics

SGD Pharma bientôt dans le giron de PAI Partners

SGD Pharma bientôt dans le giron de PAI Partners

Logiciels : Siemens digitalise un site de BioNTech

Logiciels : Siemens digitalise un site de BioNTech