Nous suivre Industrie Pharma

Crise de confiance dans le médicament

Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

,

S'il n'y avait qu'un mot à retenir du discours d'Hervé Gisserot lors de la présentation de ses vœux à la presse, ce serait le mot confiance. Fraîchement élu à la présidence du Leem, Hervé Gisserot n'a pas dressé le traditionnel bilan du secteur pharmaceutique, ni esquissé de perspectives. Actualité oblige, il s'est longuement penché (sans la nommer) sur l'affaire « Diane 35 », cette nouvelle crise qui ébranle l'industrie pharmaceutique. Car les conséquences sont dévastatrices : une suspicion portée sur toute une catégorie de médicaments, à savoir les contraceptifs oraux, et par extension, un discrédit jeté sur les autorités de santé, les prescripteurs et les entreprises du médicament. Reconnaissant que les quatre décès occasionnés par cette fausse pilule sont des drames, il a évoqué la nécessité de toujours remettre les chiffres en perspectives, puisque ces décès se sont étalés sur 25 ans. Et de rappeler « nos médicaments sont des produits actifs, qui à ce titre sont aussi susceptibles de présenter des effets secondaires plus ou moins graves. ». En France, le citoyen accepte de prendre un risque lorsqu'il fume une cigarette ou prend sa voiture. Mais en matière de médicament, il se retrouve face à un paradoxe qu'il ne parvient pas à gérer, à savoir qu'un médicament censé soigner, puisse parfois entraîner la mort. Selon Hervé Gisserot, cette réalité est vécue bien plus sereinement dans de nombreux pays. « Pourquoi, en France plus qu'ailleurs, ce débat citoyen tourne-t-il toujours au procès d'intention ? » s'est interrogé le dirigeant. Pour répondre à cette question, il propose d'engager un dialogue avec l'ensemble des parties prenantes, le Leem, les pouvoirs publics, les médias et les associations de patients pour reconstruire un message de vérité et de responsabilité autour du médicament. « Le risque est inhérent à la nature de nos produits. Nous n'avons pas assez martelé ce message auprès des patients pour qu'ils en prennent conscience », consent le président, qui a plaidé pour une refondation des dispositifs d'information et de formation, orientée vers une meilleure connaissance du médicament.

Autre grand sujet pour la profession, celui de la compétitivité. Ces derniers mois, des analyses concordantes ont démontré que la pharmacie était à la croisée des chemins. Après une quasi-stagnation en 2011, la profession est entrée en récession en 2012 avec une diminution de son chiffre d'affaires remboursable en ville de 3,3 %. « Il s'agit d'un recul historique, imputable notamment au durcissement des politiques de régulation, » a estimé Hervé Gisserot. « Des mesures de régulation, encore supportables sur un marché en croissance, deviennent insupportables sur un marché en recul ». A cette dégringolade économique s'ajoute une perte d'influence à l'international, par exemple dans le domaine des essais cliniques. Aussi pour se maintenir au meilleur niveau, le président a réaffirmé l'urgence de mettre en place une politique publique cohérente, sur des bases pluriannuelles. Tout reste à faire, mais dans l'enthousiasme de ses nouvelles fonctions, Hervé Gisserot a réussi à détecter quelques signaux faibles, plutôt positifs, comme la relance du Conseil stratégique des industries de santé (CSIS) et du conseil stratégique de filière (CSF) annoncée par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Et de conclure : « Je forme le vœu que les prochains mois voient émerger un débat constructif et apaisé autour de ces questions et que le prochain CSIS nous offre le moyen de rebâtir, avec l'État, une approche commune de nos missions de santé publique ».

 

« Un médicament censé soigner peut parfois entraîner la mort »

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

[Édito Covid-19] :  Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

[Édito Covid-19] : Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

Le projet est aussi ambitieux et risqué que les premiers pas sur la lune. Pourtant, Covid Moonshot a les pieds sur terre et vise à trouver des antiviraux capables de lutter contre la pandémie de Covid-19. Il faut bien se[…]

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Une pharmacie toujours en mouvement

Une pharmacie toujours en mouvement

Plus d'articles