Nous suivre Industrie Pharma

Covid-19 : Takeda travaille sur un traitement

NICOLAS VIUDEZ

Sujets relatifs :

, ,
Covid-19 : Takeda travaille sur un traitement

© Takeda

Le laboratoire japonais souhaite développer un produit basé sur le plasma de patients guéris du coronavirus. Une voie prometteuse mais complexe et longue à mettre en œuvre.

Takeda se positionne sur la lutte contre le Covid-19. Le laboratoire japonais a annoncé travailler sur le développement d’une immunoglobuline, nommée TAK-888. Le principe du traitement repose sur la concentration d’anticorps spécifiques à Covid-19, présents dans le plasma collecté chez les patients guéris. En transférant ces anticorps chez un nouveau patient, TAK-888 pourrait renforcer le système immunitaire et l’aider à mieux répondre face à l’infection. Un mécanisme d’action qui a déjà fait ses preuves sur d’autres infections respiratoires. Ce type de traitement avait notamment été testé en traitement d’H1N1.

Comme de nombreux géants de la pharma, le laboratoire étudie aussi la possibilité d’orienter un de ses médicaments, déjà sur le marché, ou dans son pipeline, en traitement du Covid-19.

Concernant le calendrier, Takeda est en discussion avec les autorités réglementaires aux États-unis, en Asie et en Europe pour faire avancer un développement qui présente cependant de nombreux défis à relever.

Un traitement qui nécessite beaucoup de donneurs et des mois de production

Takeda devra déterminer le volume de plasma à collecter pour préparer une dose de traitement. Et arriver à trouver un nombre important de donneurs pour assurer une production efficace du traitement. La Chine avait ouvert la porte à l'utilisation du plasma dès mi-février, appelant les patients guéris du coronavirus à donner leur plasma. Mais cette population ne représente encore que quelques dizaines de milliers de personnes et chaque patient ne peut fournir qu'un nombre limité de doses (24 dons de plasma autorisés par an en France au maximum).

Le délai de production pourrait aussi retarder l'arrivée sur le marché. Pour une production traditionnelle d’immunoglobuline, il faut compter environ un an entre la collecte du plasma et l’administration au patient. Là encore, les délais pourraient être compressés face à l’urgence mais jusqu’à une certaine limite. Après chaque collecte, le plasma doit par exemple subir une quarantaine de 60 jours avant de pouvoir être utilisé. La phase de production incluant la purification et les différents tests réglementaires prendra aussi quelques mois supplémentaires.

Le traitement sur lequel travaille Takeda apparaît comme une solution sur le long-terme Son développement pourrait être accéléré par l’arrivée d’un vaccin, qui augmenterait le nombre d’immunisés à Covid-19… et de donneurs de plasma potentiels.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Genfit poursuit la phase III de l’Elafibranor

Genfit poursuit la phase III de l’Elafibranor

En raison de la crise du Covid-19, la biotech lilloise a fait le point sur ses activités cliniques. « En adéquation avec nos priorités et en conformité avec les recommandations émises par la FDA et[…]

01/04/2020 | Actus LaboNASH
Une visibilité jusqu’en 2021 pour Ose Immunotherapeutics

Une visibilité jusqu’en 2021 pour Ose Immunotherapeutics

Covid-19 : Un test de diagnostic rapide arrive en France

Covid-19 : Un test de diagnostic rapide arrive en France

Covid-19 : Autorisation d’urgence pour le test d’Abbott

Covid-19 : Autorisation d’urgence pour le test d’Abbott

Plus d'articles