Nous suivre Industrie Pharma

Covid-19 : Sanofi et GSK vont fournir 60 millions de doses de leur vaccin au Royaume-Uni

NICOLAS VIUDEZ

Sujets relatifs :

, ,
Covid-19 : Sanofi et GSK vont fournir 60 millions de doses de leur vaccin au Royaume-Uni

© Pexels

Les deux laboratoires précisent par ailleurs que des discussions sont en cours avec la Commission européenne, la France et l'Italie.

Encore une fois, le Royaume-Uni prend une longueur d'avance sur les autres pays européens. Le gouvernement britannique a trouvé une entente avec Sanofi et GSK concernant leur futur vaccin contre le Covid-19.

Sanofi et GSK s'engagent ainsi à fournir jusqu'à 60 millions de doses de leur vaccin. Le Royaume-Uni sécurise un accès supplémentaire à un futur vaccin. Pour les deux laboratoires, cette commande  "conforte les investissements substantiels que nous avons consentis pour accélérer le développement et augmenter notre capacité de production de ce vaccin", a déclaré Roger Connor, Président de GSK Vaccines, dans un communiqué

Le candidat-vaccin de Sanofi et GSK repose sur la technologie de protéine recombinante développée par Sanofi, associée à un adjuvant de GSK. Un produit encore à des stades précoces, puisqu'une étude de phase I/II est programmée pour septembre, avec une étude de phase III espérée avant le fin de 2020. Les deux laboratoires tablent sur une approbation potentielle dès le premier semestre de 2021.

Sanofi développe par ailleurs un autre projet de vaccin en partenariat avec Translate Bio, basé sur une technologie de vaccin à ARNm. Le laboratoire français espère débuter une phase I pour ce candidat-vaccin avant la fin de l'année 2020.

Le Royaume-Uni a déjà sécurisé l'accès à 4 vaccins potentiels

Le Royaume-Uni a multiplié les commandes concernant de futurs vaccins potentiels. Dès le mois de mai, le Royaume-Uni avait noué un contrat avec AstraZeneca, pour une commande de 100 millions de doses. En juillet, Pfizer et BioNTech avaient annoncé un accord portant sur 30 millions de doses de leur futur vaccin.  Le vaccin de la biotech française Valneva a également été retenu par le gouvernement britannique, pour un volume global de 100 millions de doses.

« Grâce à cet accord avec GSK et Sanofi, le groupe de travail sur les vaccins peut ajouter un autre type de vaccin aux trois types déjà sécurisés » a déclaré Kate Bingham, présidente du groupe de travail sur les vaccins du gouvernement britannique. Une stratégie qui vise à faire face à l'incertitude de parvenir à développer un vaccin efficace contre le Covid-19.

"Bien que cet accord soit une très bonne nouvelle, nous ne devons être ni complaisants ni trop optimistes. Nous n'obtiendrons peut-être jamais de vaccin et si nous en trouvons un, nous devons être préparés à ce que ce ne soit pas un vaccin qui empêche d'attraper le virus, mais plutôt un vaccin qui réduit les symptômes", a tempéré Kate Bingham.

Malgré ou à cause de l'incertitude liée aux différents développements, les commandes continuent d'affluer pour des vaccins encore à l'essai.

Un accord avec l'Europe dans les tuyaux ?

Pour l'Europe, Sanofi et GSK assurent ainsi dans un communiqué que "Des discussions actives sont en cours avec des organisations internationales, le gouvernement des États-Unis et la Commission européenne, avec l’Italie et la France". En début de semaine, Reuters annonçait que des discussions étaient en cours entre l'Europe et différents laboratoires, dont Sanofi et GSK, mais aussi J&J et Pfizer.

Jusqu'à présent, quatre pays européens (Italie, Pays-Bas, Allemagne et France) sont parvenus à un accord commun pour une commande portant sur 400 millions de doses du futur vaccin d'AstraZeneca.

Face à la multiplication des commandes à l'international, les pays européens se retrouvent ainsi sous la pression de devoir sécuriser l'accès à un futur vaccin contre le Covid-19, tout en négociant au mieux le coût de la commande pour proposer un prix abordable. Au risque de se faire doubler par d'autres pays.

Les États-Unis ont ainsi déboursé 1,6 Mrd de dollars pour s'assurer 100 millions de doses du futur vaccin de Novavax, avec un essai de phase III programmé pour l'automne. Une somme dépassée par l'accord noué avec Pfizer et BioNTech qui livreront 100 millions de doses sur le territoire américain, en échange d'un investissement chiffré à 1,95 Mrd $.

Des sommes qui montrent l'ampleur de la bataille que se livrent les États pour garantir l'accès au futur vaccin à leurs citoyens.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19 : Une nouvelle piste thérapeutique antivirale avec la combinaison remdesivir-diltiazem

Covid-19 : Une nouvelle piste thérapeutique antivirale avec la combinaison remdesivir-diltiazem

En repositionnant des médicaments contre le Covid-19, des chercheurs lyonnais du laboratoire VirPath au Centre international de recherche en infectiologie ont démontré dans des modèles in vitro d’infection,[…]

10/08/2020 | CoronavirusCovid-19
Covid-19 : Le Canada signe deux accords pour s’assurer un accès aux vaccins

Covid-19 : Le Canada signe deux accords pour s’assurer un accès aux vaccins

Covid-19 : Plus d’un milliard de dollars du gouvernement américain pour J&J

Covid-19 : Plus d’un milliard de dollars du gouvernement américain pour J&J

Covid-19 : Résultats de phase I positifs pour le vaccin de Novavax

Covid-19 : Résultats de phase I positifs pour le vaccin de Novavax

Plus d'articles