Nous suivre Industrie Pharma

Covid-19 : Quels sont les médicaments testés dans l'essai clinique Discovery ?

LA RÉDACTION D'INDUSTRIE PHARMA

Sujets relatifs :

, ,
Covid-19 : Quels sont les médicaments testés dans l'essai clinique Discovery ?

© Pexels

L'essai clinique européen Discovery suivra 3 200 patients touchés par le Covid-19 dont 800 en France. Quatre protocoles de traitement seront testés. Passage en revue des médicaments inclus dans cet essai.

Coordonné par l’Inserm, un essai clinique européen, visant à évaluer des traitements expérimentaux contre le Covid-19, a été lancé. Près de 3 200 patients touchés par des formes sévères de cette pathologie seront inclus dans l’étude, dont 800 Français. « Cinq hôpitaux français participeront au départ (Paris – hôpital Bichat-AP-HP, Lille, Nantes, Strasbourg, Lyon) puis nous ouvrirons d’autres centres pour arriver au moins à une vingtaine d’établissements participants », détaille Florence Ader, infectiologue à l'hôpital de la Croix-Rousse à Lyon et en charge de piloter cet essai clinique.

Concrètement, l’objectif de l’essai est de tester quatre protocoles thérapeutiques:  remdesivir, hydroxychloroquine, lopinavir et ritonavir et enfin lopinavir, ritonavir et interféron beta, qui seront comparés au protocole de soins standard. « La grande force de cet essai est son caractère « adaptatif ». Cela signifie que très rapidement les traitements expérimentaux inefficaces pourront être abandonnés et remplacés par d’autres molécules qui émergeront de la recherche », a expliqué Florence Ader.

Lors d'un point presse du 19 avril 2020, Florence Ader précisait que près de 700 patients avaient déjà été inclus, alors que l'étude en vise 800 sur le sol français. L'infectiologue a par ailleurs souligné «Si on utilise des médicaments qui ne sont pas conçus directement pour ce virus, il y a fort à parier que ces molécules ne soient pas des médicaments miracles ». Mais quels sont les médicaments qui sont mis à l'essai dans l'étude Discovery

Le remdesivir, initialement développé contre Ebola

Développé sous le nom GS-5734 par le laboratoire américain Gilead, le remdesivir est un antiviral à large spectre qui agit en inhibant une enzyme virale (l’ARN polymérase) ce qui ralentit la multiplication du virus. Initialement développé contre le virus Ebola, ce candidat-médicament n'avait pas réussi à faire la preuve de son efficacité mais avait démontré un profil de sécurité satisfaisant pour le patient. Il a par ailleurs montré des résultats satisfaisants sur modèle animal concernant d'autres coronavirus, SRAS et MERS, d'où la volonté de le tester sur Covid-19. 

Le remdesivir fait actuellement l’objet de deux études cliniques de phase III en indication contre le coronavirus, menées directement par le laboratoire américain et de plusieurs études indépendantes, deux en Chine et une aux Etats-Unis. En France, le médicament a eu le feu vert du Haut Conseil de la Santé Publique en traitement des formes graves de Covid-19. 

Mais, face à la demande exceptionnelle pour son remdesivir, fabriqué au départ uniquement pour fournir la recherche clinique, Gilead a annoncé restreindre l'accès pour les prescriptions à usage compassionnel, sauf pour les patients mineurs et les femmes enceintes. Ce type de dispensation permettait jusqu'alors l'utilisation du remdesivir à titre exceptionnel. Le laboratoire souhaite ainsi concentrer son approvisionnement sur les essais cliniques en cours et les demandes en attente.

Alors que le laboratoire utilise les stocks de remdesivir constitués lors de la dernière épidémie d'Ebola, Gilead assure travailler à augmenter ses capacités de production. L'objectif est de pouvoir répondre à la demande si le remsidivir devait montrer des preuves d'efficacité comme traitement des formes sévères de Covid-19.

L'hydroxychloroquine sous le feu des projecteurs

Médiatisé en France par les travaux du Pr Raoult, l'hydroxychloroquine agit sur le mécanisme d'entrée du virus dans la cellule ainsi que sur la prise en charge dans des vésicules, à l'intérieur des cellules. Comme le remdesivir, l'hydroxychloroquine a démontré une efficacité contre le coronavirus dans un modèle animal

Ce médicament déjà ancien est autorisé en utilisation de plusieurs indications, par exemple contre la polyarthrite rhumatoïde et le lupus érythémateux. Il est notamment commercialisé sous le nom de Plaquenil par Sanofi.

Face à l'intérêt pour la molécule, notamment poussé par le président américain Donald Trump, d'autres laboratoires ont d'ores et déjà annoncé être en capacité de fournir des millions de doses. Mylan va par ailleurs redémarré sa production aux États-Unis pour accompagner la demande. L’hydroxychloroquine ne doit pas être confondue avec la chloroquine, dont la structure chimique est similaire et qui fait également l’objet d’essais cliniques contre le Covid-19 dont les résultats sont encore discutés. Par ailleurs, Olivier Véran a annoncé, dans sa déclaration du 23 mars, que l'usage de l'hydroxychloroquine avait été autorisé, à l'hôpital, pour les patients atteints de formes graves de Covid-19.

Lopinavir / Ritonavir, un traitement contre le VIH

La combinaison Lopinavir / Ritonavir est un antirétroviral qui permet d’empêcher la reproduction du virus dans les cellules infectées. Cette combinaison de molécules a été initialement brevetée par Abbvie sous le nom de Kaletra. Le médicament a ainsi été approuvé en traitement contre le VIH en 2000 aux États-Unis. Selon le Financial Times, Abbvie a renoncé, lundi 23 mars, a ses droits sur cette combinaison, ouvrant la porte à l'utilisation de médicaments génériques de Lopinavir / Ritonavir, si ce dernier devrait montrer des preuves d'efficacité en traitement des formes sévères de Covid-19. 

Cette combinaison a fait l'objet d'une première étude clinique sur Covid-19, réalisée avec 199 patients et parue le 18 mars dans le New England Journal of Medicine. L'essai n'a pas permis de démontrer une efficacité du médicament.

Dans le cadre de l'essai européen Discovery, la combinaison sera testée avec l'interféron bêta, une protéine qui possède des propriétés antivirales. Lors d'une précédente épidémie de SARS en 2003, un type d'interféron avait notamment été utilisé au Canada dans une étude aux résultats prometteurs. 

 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19 : Moderna signe avec Rovi pour le conditionnement de son vaccin

Covid-19 : Moderna signe avec Rovi pour le conditionnement de son vaccin

Le conditionnement du futur vaccin de Moderna Therapeutics se fera sur le site de Rovi à Madrid, pour les marchés en dehors des États-Unis. Alors que le vaccin de Moderna Therapeutics contre le nouveau coronavirus[…]

11/07/2020 | Actus LaboCDMO
Sanofi s’associe à Kiadis Pharma

Sanofi s’associe à Kiadis Pharma

Accord à 425 M$ entre MSD et Foghorn Therapeutics

Accord à 425 M$ entre MSD et Foghorn Therapeutics

Dans les pipelines : AstraZeneca, MSD, Valbiotis

Dans les pipelines : AstraZeneca, MSD, Valbiotis

Plus d'articles