Nous suivre Industrie Pharma

Covid-19 : Pfizer, Gilead, Roche… Les labos font le point sur le vaccin et les traitements

NICOLAS VIUDEZ

Sujets relatifs :

, ,
Covid-19 : Pfizer, Gilead, Roche… Les labos font le point sur le vaccin et les traitements

© Pexels

A l’occasion d’une conférence de presse commune, les dirigeants de grands laboratoires ont communiqué sur les dernières avancées autour du futur vaccin et des traitements.

 

Les grands noms de la pharma étaient réunis pour une conférence de presse commune organisée par l’IFPMA, l’association mondiale des industriels de la pharmacie. L’occasion de passer en revue l'état d'avancement des projets de traitements et de vaccins. Et de délivrer un message commun : la nécessité de respecter le temps de l’évaluation, alors que la course au vaccin devient un enjeu politique.

Le point sur les annonces de Pfizer, Gilead et Roche.

Pfizer : un vaccin espéré pour fin octobre

En mars 2020, Pfizer a noué une collaboration avec la biotech allemande BioNTech pour développer un vaccin à ARNm contre le nouveau coronavirus. « Nous avons démarré un essai de phase III, fin juillet 2020. Il nous faudra environ 30 000 participants pour conclure ou non sur l’efficacité du vaccin », a précisé Albert Bourla, p-dg de Pfizer. « À l’heure actuelle, nous avons 23 000 patients déjà inclus et un nombre significatif d’entre eux a commencé à recevoir une seconde dose du vaccin ».

L’essai sur 30 000 participants comprendra un groupe de 15 000 personnes qui recevront le candidat-vaccin de Pfizer/BioNTech ainsi qu’un groupe placebo de 15 000 personnes.

Et le dirigeant se veut optimiste sur le calendrier : « Nous espérons avoir des résultats d’ici à fin octobre et pouvoir soumettre immédiatement une demande d’autorisation ».

Une durée d’action à préciser

Interrogé sur la durée d’efficacité du vaccin et son évaluation dans des délais aussi courts, Albert Bourla a précisé : « Pour l’heure, il est impossible de savoir si le vaccin sera efficace pour la vie, pour cinq ans ou pour un an. Nous n’aurons la réponse qu’en suivant les personnes vaccinées pendant deux ans, pour évaluer s’il y a une nécessité de les vacciner à nouveau. »

Des centaines de milliers de doses déjà fabriquées

Alors que les commandes de vaccins se multiplient et que la question de l’approvisionnement se pose, le dirigeant a assuré que des « centaines de milliers de doses attendent dans nos entrepôts que l’efficacité du produit soit démontrée ».

Enfin, Albert Bourla a réagi à la question de l’adhésion de la population au principe de la vaccination. « Je comprends qu’il y ait du scepticisme sur la vaccination. De nos jours, la science est tellement politisée que les gens se disent que l’autorisation pour un vaccin ou non est dépendante d’un éventuel gain politique. Je peux vous dire que nous ne subissons pas de pression politique (…), seul notre essai de phase III pourra nous dire si nous avons un vaccin sûr et efficace ».

Gilead bientôt prêt à suivre la demande pour son remdesivir

Le remdesivir du laboratoire Gilead a été le premier traitement approuvé contre le Covid-19. Daniel O’Day, le p-dg du groupe, a mis l’accent sur les essais en cours pour étudier le remdesivir en association avec d’autres produits et rappelé qu’un essai avait débuté concernant une version inhalable de l’antiviral, qui faciliterait son administration.

 « Plus de 2 millions de traitements disponibles à la fin de l’année »

 Le remdesivir a aussi soulevé de nombreuses questions liées à l’approvisionnement. Etant donné la complexité de la fabrication du vaccin, Gilead a rapidement été dépassé par la demande pour son antiviral.

« Dès le mois prochain, nous serons en mesure de répondre à la demande en temps réel », a rassuré le dirigeant. « Nous espérons avoir plus de 2 millions de traitements disponibles d’ici à la fin de l’année. Nous réalisons les investissements nécessaires pour augmenter encore davantage le nombre de traitements disponibles en 2021 ».

Interrogé sur la façon dont Gilead avait géré l’approvisionnement et la répartition vers les différents pays touchés, Daniel O’Day a plaidé la nécessité de fournir en priorité les pays dans lesquels l’épidémie était la plus active. 

Concernant l’accès au traitement, le p-dg a également précisé que le transfert de technologie vers les industriels du générique était désormais achevé. En mai 2020, le laboratoire américain annonçait avoir trouvé un accord pour faciliter la mise à disposition de son antiviral, sous la forme d’un médicament générique, dans 127 pays.

 Roche attend beaucoup de son partenariat avec Regeneron

 « Malheureusement l’Actemra (tocilizumab) n’a pas eu de résultats positifs et n’a pas aidé les patients sévèrement atteints, donc nous travaillons maintenant à le combiner à d’autres traitements », a rappelé Severin Schwan, p-dg de Roche. En avril 2020, le laboratoire suisse avait lancé l’évaluation de ce médicament, déjà autorisé en traitement contre la polyarthrite rhumatoïde.

« Beaucoup de personnes pensaient que l’Actemra pouvait être efficace en monothérapie et seul un essai robuste et bien mené a pu montré que ce n’était pas le cas », a souligné le p-dg de Roche. Un essai en association avec le remdesivir est ainsi programmé.

Prêt à produire un traitement à base d’anticorps

Le laboratoire suisse travaille également avec l'Américain Regeneron concernant un cocktail de deux anticorps, en traitement du Covid-19. Une collaboration qui porte notamment sur la fabrication du potentiel traitement. 

« Le facteur limitant numéro 1 est vraiment la production. Si le cocktail d’anticorps de Regeneron fonctionne, nous allons pouvoir multiplier notre production par 3 ou 4, mais si ce n’est pas le cas, nous chercherons d’autres collaborations pour mettre à disposition nos capacités de production », a souligné le dirigeant de Roche.

Voir aussi : Covid-19 : Un traitement antiviral se dessine avec le REGN-COV2

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

En bref : GenSight Biologics, Takeda

En bref : GenSight Biologics, Takeda

  GenSight Biologics récolte 25 M€ La biotech parisienne spécialisée dans les thérapies géniques a annoncé la réussite de son augmentation de capital de 25 millions d’euros[…]

Covid-19 : Roche signe avec Atea Pharmaceuticals pour 350 M$

Covid-19 : Roche signe avec Atea Pharmaceuticals pour 350 M$

Pierre Fabre va investir 4,5 M€ pour relocaliser à Gaillac des actifs produits en Allemagne

Pierre Fabre va investir 4,5 M€ pour relocaliser à Gaillac des actifs produits en Allemagne

Servier va investir 100 M€ dans le Daflon, à Bolbec

Servier va investir 100 M€ dans le Daflon, à Bolbec

Plus d'articles