Nous suivre Industrie Pharma

Covid-19 : Le plan de Gilead pour produire plus de remdesivir

NICOLAS VIUDEZ

Sujets relatifs :

, ,
Covid-19 : Le plan de Gilead pour produire plus de remdesivir

© Pexels

L’antiviral, actuellement en cours d’essais cliniques, est porteur d’espoir dans la lutte contre le nouveau coronavirus. Sa production, complexe, demeure cependant un frein pour garantir un accès à l'ensemble des patients. 

 

Moins médiatique que la chloroquine, le remdesivir de Gilead n’en demeure pas moins prometteur dans la lutte contre le Covid-19. L’antiviral, étudié au départ contre le virus Ebola, avant d’être pressenti en 2017 dans la lutte contre d’autres coronavirus, est désormais intégré à l’essai européen Discovery qui doit évaluer quatre traitements potentiels contre SARS-CoV2. 

Depuis janvier, le remdesivir fait aussi l’objet de nombreuses prescriptions à titre d’usage compassionnel, c’est-à-dire pour des malades en impasse thérapeutique. « Au total, depuis le début de la pandémie, ce sont plus de 1 700 patients qui ont déjà été traités dans le monde grâce à ces usages compassionnels individuels », chiffre Daniel O’Day, p-dg de Gilead. 

Un usage qui a pesé sur les stocks et contraint le laboratoire à limiter ce type de prescriptions aux enfants et aux femmes enceintes. « Notre stock actuel, c’est-à-dire les traitements prêts à être distribués ou ceux qui sont aux étapes finales de la production, s'élève à 1,5 million de doses individuelles. Selon la durée optimale de traitement, que nous sommes en train d’étudier dans les essais cliniques, cela pourrait permettre à plus de 140 000 patients d’être traités », souligne Daniel O’Day. 

Face à une demande en hausse pour un produit qui était prévu uniquement pour la recherche clinique, Gilead a tenu à faire le point sur sa production. Daniel O’Day a ainsi détaillé dans une lettre ouverte, le plan du laboratoire pour augmenter ses capacités à produire du remdesivir.

Un médicament compliqué à fabriquer

Le p-dg de Gilead exclut d’emblée tout retard à l’allumage « depuis le mois de janvier, nous avons accéléré la production du traitement ».  Selon le dirigeant, le goulot d'étranglement se situe davantage dans une production complexe de la matière active – une molécule à 27 atomes de carbone comprenant pas moins de 6 centres asymétriques. Elle nécessite plusieurs étapes de synthèses chimiques « dont certaines peuvent prendre plusieurs semaines », détaille Daniel O’Day.

Autre problème, les capacités mondiales pour la mise en forme du médicament, jugées insuffisantes. Le remdesivir est en effet administré sous forme injectable.  « Nous devons nous procurer des matières premières rares et avoir accès à des usines de fabrication en conditions stériles dont les capacités sont limitées au niveau mondial ». Ces tensions sur l’approvisionnement ont conduit le laboratoire à revoir ses plans.

Une production accélérée

Dans un premier temps, Gilead est parvenu à diviser par deux le temps de production, passé d’environ un an à six mois. Le laboratoire américain a également réaffecté certaines de ses usines sur la production du remdesivir, tout en élargissant le recours aux sous-traitants. « Nous nous sommes fixés un objectif ambitieux de produire plus de 500 000 traitements d'ici octobre et plus d'un million d'ici la fin de cette année. Pour atteindre ces objectifs, nous construisons un consortium géographiquement diversifié de fabricants de produits pharmaceutiques et chimiques, afin d'étendre la capacité mondiale de production de matières premières et de produit fini », ambitionne Daniel O’Day, le p-dg de Gilead.

Des chiffres conséquents mais qui paraissent encore insuffisants face à l'ampleur de l'épidémie. Avec des résultats cliniques qui devraient arriver dès ce mois-ci, la demande pour le remdesivir pourrait bien exploser. Et accroître la pression sur Gilead. Au travers de la capacité du laboratoire à fournir sa molécule, c’est aussi tout un modèle de production pharmaceutique mondialisé qui sera observé de près.

 

Le remdesivir est une molécule complexe à synthétiser avec pas moins de 6 centres chiraux.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19 : AveXis va produire un candidat-vaccin

Covid-19 : AveXis va produire un candidat-vaccin

La biotech produira les lots cliniques pour le compte du Mass. Eye and Ear, pour des essais prévus pour le deuxième semestre 2020. La filiale de Novartis spécialisée en thérapie génique, AveXis, a conclu[…]

02/06/2020 | VaccinsActus Labo
En bref : Inventiva, Poxel, Medincell

En bref : Inventiva, Poxel, Medincell

Hydroxychloroquine : Méthodologie, données... Ce qui est reproché à l'étude parue dans The Lancet

Hydroxychloroquine : Méthodologie, données... Ce qui est reproché à l'étude parue dans The Lancet

Dans les pipelines : Sanofi, BMS, Lilly

Dans les pipelines : Sanofi, BMS, Lilly

Plus d'articles