Nous suivre Industrie Pharma

Covid-19 : L’agence européenne du médicament va évaluer l’intérêt d’une troisième dose de vaccin

NICOLAS VIUDEZ

Sujets relatifs :

, ,
Covid-19 : L’agence européenne du médicament va évaluer l’intérêt d’une troisième dose de vaccin

© BioNTech

L’agence rendra son avis dans les prochaines semaines sur l’efficacité de cette mesure, destinée à renforcer la protection, déclinante au cours du temps, qu’offre le vaccin.

L’Agence européenne du médicament (EMA) va analyser l’intérêt d’avoir recours à une troisième dose du vaccin à ARNm de Pfizer et BioNTech.

L’EMA va étudier la possibilité d’une dose rappel qui surviendrait six mois après la deuxième dose, pour les individus de 16 ans et plus. Les données passées en revue comprendront notamment les résultats d’une étude clinique encore en cours portant sur 300 adultes en bonne santé.
 
Séparément, l’agence annonce également qu’elle mènera des travaux sur le bénéfice d’une troisième dose de vaccin à ARNm (de Pfizer/BioNTech ou Moderna) chez les personnes immunodéprimées, une population à risque face au Covid-19 et pour laquelle le schéma de vaccination à deux doses ne permet pas d’atteindre un niveau de protection suffisante.

Des agences très sollicitées

La possibilité d’avoir recours à une troisième dose a pris corps avec des données présentant une baisse de la protection du vaccin dans le temps, combinée à l’émergence de variants, comme le variant delta.
 
En France, la HAS (Haute Autorité de santé) s’est déjà prononcée en faveur d’une troisième dose, mais pour l’heure, uniquement pour les personnes de plus de 65 ans ainsi que les personnes à risque. La troisième dose devra être réalisée avec un vaccin à ARNm, dans un délai de six mois suivant la vaccination complète. Cette campagne de rappel devrait démarrer à l’automne, en même temps que la campagne de vaccination contre la grippe traditionnelle.
 
Le recours à cette troisième dose de rappel reste critiqué. L’OMS a souligné à plusieurs reprises l’importance pour les pays développés de ne pas monopoliser les doses disponibles pour des campagnes de rappel, alors qu’une grande partie de la population mondiale n’a pas encore eu accès à deux doses de vaccin.
 
Aux États-Unis, la FDA a annoncé qu’elle allait étudier l’intérêt d’une troisième dose pour la population générale lors d'une réunion programmée le 17 septembre, selon une méthodologie proche de celle de l'agence européenne. Un avis que n’a pas attendu Joe Biden pour se prononcer, fin août, pour une campagne de rappel. Cet empressement a suscité des remous au sein de la FDA, comme le précise le média spécialisé Endpoints, avec la démission de deux responsables de l’évaluation des vaccins.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19 : Un vaccin intranasal made in Tours

Covid-19 : Un vaccin intranasal made in Tours

Les équipes de l'université de Tours et de l'INRAE développent un vaccin avec un mode d'administration original, par voie nasale. Un actif encore en phase précoce, mais qui pourrait s'avérer[…]

30/11/2021 | R&DFUTUR
Covid-19 : Moderna dévoile sa stratégie contre le variant Omicron

Covid-19 : Moderna dévoile sa stratégie contre le variant Omicron

En bref : Theradiag, Pierre Fabre, Valneva

En bref : Theradiag, Pierre Fabre, Valneva

Covid-19 : GSK et Vir Biotechnology signent un accord avec les États-Unis

Covid-19 : GSK et Vir Biotechnology signent un accord avec les États-Unis

Plus d'articles