Nous suivre Industrie Pharma

Covid-19 : Efficacité, calendrier, prix, production… Ce que l’on sait sur le futur vaccin d’AstraZeneca

LA RÉDACTION D'INDUSTRIE PHARMA

Sujets relatifs :

, ,
Covid-19 : Efficacité, calendrier, prix, production… Ce que l’on sait sur le futur vaccin d’AstraZeneca

© Pexels

AstraZeneca va mettre à disposition 400 millions de doses de son futur vaccin pour l’Europe. Passage en revue des points à retenir sur ce vaccin potentiel.

400 millions de doses, c’est le nombre sécurisé par l’Alliance inclusive, menée par quatre pays européens (Allemagne, Pays-Bas, Italie et France), pour garantir aux européens l’accès à un vaccin contre le nouveau coronavirus. 

Des premières doses pourraient ainsi être disponibles dès la fin de l’année. Sous réserve que le vaccin, actuellement à l’essai, confirme son potentiel.

Efficacité, disponibilité, technologie : passage en revue des caractéristiques de l’AZD1222, le candidat-vaccin développé par AstraZeneca, en partenariat avec l’Université d’Oxford.

Une efficacité encore incertaine

Avant d’arriver sur le marché, le vaccin d’AstraZeneca devra passer par une série d’essais cliniques chez l’homme. Des essais aux résultats encore incertains. Le laboratoire le reconnaît franchement, « le vaccin pourrait ne pas fonctionner ».

Pour pouvoir déterminer l’efficacité de son vaccin, des essais cliniques de grande ampleur sont programmés.

Une étude de phase I/II est actuellement en cours pour s’assurer que l’administration du vaccin ne représente pas de danger. Plus de 1000 personnes ont déjà reçu une injection du candidat-vaccin. Mais la phase suivante est déjà anticipée. Cette étude de phase II/III prévoie ainsi de recruter 10 260 adultes et enfants au Royaume-Uni pour mieux déterminer l’efficacité du vaccin et définir un schéma d’administration. Une étude qui intégrera également des patients aux États-Unis et au Brésil et aura pour objectif d'atteindre les 30 000 patients au total.

Cette étude devra également préciser quelle est l’efficacité de la réponse immunitaire induite par le vaccin, en fonction de l’âge (personnes âgées et enfants).

Les résultats de ces essais devraient arriver dès septembre 2020, a annoncé Pascal Soriot, le p-dg d’AstraZeneca, interrogé par BFM TV. Mais le laboratoire a déjà prévu de démarrer la production de ce vaccin, avant même les résultats définitifs connus.

Une stratégie qui doit lui permettre de faire face à une demande massive au niveau mondial.

Des financements qui se multiplient

« Notre chaîne d'approvisionnement européenne devant bientôt démarrer la production, nous espérons rendre le vaccin disponible rapidement et largement », souligne Pascal Soriot.  Le laboratoire mobilise son réseau de production, aidé en cela par des financements d’ampleur pour accélérer le développement et la fabrication du vaccin. Le laboratoire a multiplié les partenariats pour garantir des débouchés à son vaccin.

Le laboratoire a ainsi signé  avec la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI), le Gavi the Vaccine Alliance ainsi que le Serum Institute of India (SII). D’un montant de 750 millions de dollars (663 M€), l'accord  signé avec le CEPI et le Gavi vise ainsi à soutenir l'approvisionnement et la distribution de 300 millions de doses du vaccin, avec une livraison commençant d'ici à la fin de l'année. L’accord avec le SII a pour objectif de proposer le vaccin à des pays en voie de développement.

À ces différents accords, s’est donc ajouté le partenariat avec l’Alliance inclusive, scellé ce week-end,  qui permettra de mettre à disposition 400 millions de doses du vaccin pour l’Europe, à prix coûtant.

Un vaccin à prix coûtant

Et le prix du futur vaccin d’AstraZeneca ne devrait pas faire de polémique. Le laboratoire s’est engagé à ne pas réaliser de profit sur son produit. Un choix que détaillait Olivier Nataf, le président d’AstraZeneca France, à Franceinfo. « On a une optique et un objectif d'accès au plus grand nombre, au plus bas prix. La dose de vaccin n'est vraiment pas très chère, environ 2 euros par dose ».

Un prix coûtant pour un vaccin qui repose sur une technologie innovante, encore inédite à grande échelle chez l’homme. Le vaccin d’AstraZeneca repose ainsi sur un vecteur adénoviral.

Un vaccin à vecteur viral

Initialement appelé ChAdOx1, le vaccin développé par l’Université d’Oxford, avant de bénéficier d’un partenariat avec AstraZeneca, est un vecteur viral initialement développé contre un autre coronavirus humain, le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV).

Ce vecteur viral introduit à l’intérieur de la cellule le code génétique qui va coder une protéine du nouveau coronavirus, la protéine appelée Spike (pour pointe). C’est cette protéine, inoffensive, qui va être reconnue par le système immunitaire de l’organisme comme un corps étranger.

L’organisme va alors produire des anticorps capables de neutraliser cette protéine Spike. Ces anticorps pourront par la suite détecter le nouveau coronavirus, en cas d’infection.

Voir aussi : Coronavirus : tout comprendre sur les vaccins en développement

Une production en Belgique et en Italie 

C'est une annonce qui a suivi de très près l'accord avec l'Alliance inclusive. AstraZeneca a détaillé sa stratégie pour produire les doses destinées à l'Europe. Pour cela, la laboratoire va faire appel au Français Novasep, spécialiste des vecteurs viraux, qui produira le vaccin sur son site belge de Seneffe.

Enfin, le géant américain Catalent sera, lui, chargé du conditionnement des futures doses, qui sera réalisé sur son site italien d'Anagni.

 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19 : Le Canada signe deux accords pour s’assurer un accès aux vaccins

Covid-19 : Le Canada signe deux accords pour s’assurer un accès aux vaccins

Le gouvernement canadien a annoncé la signature de contrats avec Pfizer, BioNTech et Moderna Therapeutics. Après les États-Unis, l’Union européenne et le Japon, c’est au tour du Canada sécuriser des[…]

07/08/2020 | CanadaActus Labo
Covid-19 : Plus d’un milliard de dollars du gouvernement américain pour J&J

Covid-19 : Plus d’un milliard de dollars du gouvernement américain pour J&J

Covid-19 : Résultats de phase I positifs pour le vaccin de Novavax

Covid-19 : Résultats de phase I positifs pour le vaccin de Novavax

Dépakine : Sanofi mis en examen pour homicides involontaires

Dépakine : Sanofi mis en examen pour homicides involontaires

Plus d'articles