Nous suivre Industrie Pharma

Covid-19 : Action, efficacité, prix... Ce que l'on sait sur le tocilizumab (RoActemra)

NICOLAS VIUDEZ

Sujets relatifs :

, ,
Covid-19 : Action, efficacité, prix... Ce que l'on sait sur le tocilizumab (RoActemra)

© Roche

Les résultats d'une étude de l'AP-HP ont mis en avant cet anticorps monoclonal commercialisé par le laboratoire Roche. Un médicament déjà utilisé sur d'autres maladies et qui représente un espoir supplémentaire dans la lutte contre le Covid-19. 

Alors que les annonces décevantes sur les traitements du Covid-19 s'accumulent, le tocilizumab pourrait-il enfin représenter un espoir ? Déjà indiqué pour traiter des maladies telles que la polyarthrite rhumatoïde, ce produit est commercialisé par le laboratoire suisse Roche, notamment sous le nom d'Actemra aux Etats-Unis et de RoActemra en France.

Passage en revue de son mode d'action, son efficacité, encore à l'étude, sans oublier le point le plus critique, son prix.

Comment fonctionne le tocilizumab ? 

Le tocilizumab est un anticorps monoclonal, administré sous forme injectable. Il agit en bloquant l'action de l'interleukine-6. Cette cytokine est impliquée dans le mécanisme de choc cytokinique, une réaction violente du système immunitaire face au virus, impliquée dans de nombreuses formes graves de la maladie.

En prévenant cette "tempête de cytokines", le tocilizumab pourrait agir dans une seconde phase de l'infection, lorsque le système immunitaire de l'organisme s'emballe et qu'une action anti-inflammatoire est nécessaire pour contrôler la progression du Covid-19. C'est sur ces formes graves que le tocilizumab est actuellement à l'essai.

Quelle efficacité pour le tocilizumab ? 

L'AP-HP a communiqué le 27 avril sur les résultats d'une étude clinique menée à Suresnes, à l'hôpital Foch.

Paru sur Medrxiv, donc encore non revue par des pairs, cet essai apporte cependant des signaux encourageants sur le recours au tocilizumab. L'étude a porté sur 30 patients, atteints de formes sévères de Covid-19 et dont la condition se dégradait rapidement.

Les résultats montrent que les patients traités au tocilizumab ont nécessité par la suite moins de recours à la ventilation mécanique et moins de passages en service de réanimation. Une étude avec un faible nombre de patients inclus et qui demande donc confirmation.

Et pour cela, plusieurs essais cliniques sont en cours. Roche a ainsi annoncé son ambition de mener un essai clinique sur 330 patients dans le monde, incluant les Etats-Unis. Une étude randomisée, menée en double aveugle et qui comprendrait par ailleurs un groupe témoin. De quoi apporter des éléments plus solides sur l'efficacité du tocilizumab. D'ici les résultats de cette étude, les conclusions d'autres essais indépendants devraient par ailleurs contribuer au débat.

Mais si le tocilizumab s'avérait efficace, la question de son accessibilité ne manquerait pas de se poser. Le médicament de Roche affiche ainsi des prix bien plus élevés que les autres traitements actuellement à l'essai.

Le prix du tocilizumab peut-il poser problème ? 

En France, le prix pour une injection de tocilizumab est de plus de 800 euros. Et la France est loin d'être la plus mal lotie sur cette tarification. Selon les données d'une étude parue dans le Journal of Virus Eradication, le prix du tocilizumab varie de 510 $ (469 €) au Pakistan à 3383 $ (3110 €) sur le sol américain.

Selon cette même étude, le coût de production du tocilizumab est impossible à estimer pour l'heure. A titre de comparaison, le coût de production minimal du remdesivir de Gilead, un autre traitement testé sur le Covid-19, a été évalué à 0,93 $ par jour de traitement. 

Mais ce tarif onéreux pourrait-il être revu à la baisse ? Quelques pistes peuvent inciter à l'optimisme.

La première concerne le coût de développement. Avec un produit déjà indiqué dans la polyarthrite rhumatoïde, Roche pourrait se contenter de vouloir simplement rentrer dans ses frais avec pour objectif de rembourser les coûts de son étude clinique. Avec un nombre de patients qui se compterait en millions, le positionnement du tocilizumab sur le Covid-19 pourrait être par ailleurs rapidement rentabilisé, même avec un prix de vente bien inférieur à celui affiché.

Depuis le début de l'épidémie, les laboratoires ont également multiplié les annonces pour ne pas être accusés de tirer bénéfice de la crise actuelle. Ces dernières semaines, Abbvie a ainsi renoncé à ses droits concernant le Kaletra et plusieurs laboratoires (Novartis, Sanofi) ont annoncé des dons d'hydroxychloroquine.

Dans ce contexte, Roche pourrait être tenté de faire profil bas et de renoncer à une partie de ses bénéfices sur le RoActemra/Actemra. Un scénario qui relève pour l'heure de l'hypothèse car le laboratoire suisse n'a pas encore communiqué sur le futur prix de vente de son produit, ni comment il comptait le rendre accessible au plus grand nombre. Roche a cependant annoncé augmenter ses capacités de production en tocilizumab.

Les prochains résultats cliniques de ce produit seront observés de près, dans un contexte où les espoirs de traitement du Covid-19 sont encore rares.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19 : Sanofi et GSK réservent 200 millions de doses de leur vaccin pour les pays à faible revenu

Covid-19 : Sanofi et GSK réservent 200 millions de doses de leur vaccin pour les pays à faible revenu

Les deux laboratoires se sont associés au Gavi pour assurer une distribution équitable de leur vaccin potentiel.   Le Français et son homologue britannique, qui développent conjointement un candidat-vaccin contre[…]

29/10/2020 | SanofiActus Labo
Covid-19 : AstraZeneca et J&J reprennent leurs essais cliniques

Covid-19 : AstraZeneca et J&J reprennent leurs essais cliniques

Covid-19 : Takeda va distribuer le vaccin de Moderna au Japon

Covid-19 : Takeda va distribuer le vaccin de Moderna au Japon

Covid-19 : Les États-Unis prêts à payer 1 250 $ par dose pour le traitement de Lilly

Covid-19 : Les États-Unis prêts à payer 1 250 $ par dose pour le traitement de Lilly

Plus d'articles