Nous suivre Industrie Pharma

Cosmétique/L'Oréal confiant pour 2001 malgré les incertitudes aux Etats-Unis

Sujets relatifs :

,

Lindsay Owen-Jones, p-dg de L'Oréal, s'est déclaré " confiant " pour les résultats attendus de l'exercice 2001 malgré les incertitudes sur la conjoncture américaine, après une année de bénéfices records en 2000. Le groupe a également publié un chiffre d'affaires en progression de 12,7 %, à 3,4 milliards d'euros, pour le premier trimestre de l'année. Le chiffre d'affaires de la branche Cosmétique a progressé de 12,9 % à données consolidées, et de 11,7 %, hors effets monétaires. Les ventes de la branche Dermatologie n'ont progressé que de 7,2 % à données consolidées, soit 4 % hors effets monétaires.Lindsay Owen-Jones, commentant les résultats annuels du groupe, a déclaré " aborder cette année 2001 avec une confiance renforcée, parce qu'il me semble que L'Oréal est mieux armé pour affronter les incertitudes conjoncturelles découlant notamment du ralentissement en cours aux Etats-Unis ". " Notre industrie a bien résisté, mais les cosmétiques, moins sensibles que d'autres produits de grande consommation, ne sont pas le bon thermomètre pour mesurer la conjoncture ", a notamment expliqué L. Owen-Jones. " Je suis plutôt content lorsque les consommateurs achètent moins de voitures. Cela me convient bien ", a-t-il ajouté. L. Owen-Jones a souligné que le bon résultat de 2000, en croissance à deux chiffres pour la seizième année consécutive, " est le dernier d'une longue série ". " Il doit quelque chose à la conjoncture, mais rien au hasard ", a-t-il affirmé. L'Oréal a désormais mondialisé douze marques, à travers de nouveaux relais de croissance en Corée du Sud, au Brésil, en Russie, et surtout au Japon, où Maybelline (cosmétiques de consommation de masse) occupe la première place dans la grande diffusion. " Nous avons suivi dans ce domaine une stratégie patiente et agressive ", a commenté L. Owen-Jones. Le p-dg du groupe continue à " travailler " le marché chinois où, a-t-il réaffirmé, il souhaiterait " mettre dans les mains de toutes les chinoises un bâton de rouge à lèvre, au lieu d'un livre rouge ", malgré la complexité du réseau de distribution chinois, dominé par des intermédiaires en cascades. Après les nombreuses acquisitions de 2000, notamment en Argentine (Miss Ylang), aux Etats-Unis (Matrix, produits pour salons de coiffure, Carson et Soft Sheen, produits ethniques) et au Japon, le p-dg de L'Oréal a laissé entendre qu'il comptait lever le pied en 2001, tout en " rêvant à une nouvelle marque au Japon ".

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles