Nous suivre Industrie Pharma

Contrefaçon : Pfizer applique la technologie RFID au Viagra

Sujets relatifs :

,
Réalisant une première dans l'industrie pharmaceutique, Pfizer vient de commencer les livraisons des premières boîtes de Viagra (citrate de sildénafil) utilisant la technologie d'étiquetage RFID (radio frequency identification).
Cette mesure a pour principal objectif la lutte contre la contrefaçon dans laquelle le groupe a investi plusieurs millions de dollars. Pfizer, qui a fait appel pour ce projet à la solution RFID de la société française Tagsys, mise en place au sein du site de production d'Amboise (Indre-et-Loire), n'applique pour l'instant cette technologie que pour le marché américain, le plus sensible en termes économiques. Car au-delà de la contrefaçon, la RFID sera aussi un moyen pour Pfizer de limiter les importations parallèles de Viagra, notamment en provenance du Canada, où les prix des médicaments sont moins élevés qu'aux États-Unis. Un canal d'approvisionnement contre lequel l'industrie pharmaceutique américaine lutte depuis plusieurs années. Les étiquettes RFID, qui permettent l'identification de l'emballage par son code EPC (electronic product code), ne remplaceront pas les codes barres, qui seront maintenus sur les conditionnements de Viagra, au cas où la lecture RFID ne fonctionnerait pas. De plus, Pfizer reconnaît que, pour le moment, il ne pourra pas tirer parti de la possibilité offerte par la technologie RFID de suivre chaque lot tout au long de la chaîne d'approvisionnement (track and trace). Ce qui nécessite que tous les acteurs soient équipés en lecteurs et qu'ils acceptent de partager les données sur les mouvements des produits. « Cela prendra plusieurs années avant que la technologie RFID devienne une pratique répandue dans l'industrie pharmaceutique », souligne Pfizer, notamment en raison de son coût, mais également parce qu'il sera nécessaire pour cela que le secteur développe des standards pour son utilisation optimale. Selon la FDA, les ventes de médicaments contrefaits représentent environ 10 % du marché pharmaceutique mondial, qui s'est élevé à 550 milliards de dollars en 2004 d'après IMS Health. Ce phénomène est beaucoup plus présent dans les pays pauvres que dans les pays industrialisés. Selon l'OMS, 60 % des cas avérés de contrefaçon sont détectés dans les premiers, avec un taux de contrefaçon qui s'élève à 25 % en termes de ventes.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles