Nous suivre Industrie Pharma

Conjoncture:Stratégies différentes sur la scène pharmaceutique internationale

Sujets relatifs :

Alors que le marché pharmaceutique russe cherche à devenir autosuffisant et à se défaire de l'emprise des multinationales, l'Inde cherche à se positionner sur la scène internationale et à multiplier les accords.
Alors que le marché pharmaceutique russe cherche à devenir autosuffisant et à se défaire de l'emprise des multinationales, l'Inde cherche à se positionner sur la scène internationale et à multiplier les accords. Dans le cadre de sa veille sur les marchés émergents, Alcimed a analysé la dynamique actuellement à l'œuvre dans l'industrie pharmaceutique russe et indienne, notamment dans le secteur des vaccins humains. Estimés à 170 millions de dollars (109 M?) en 2007 en Russie, et de 350 à 400 M$ en Inde (d'après BioSpectrum India, chiffres 2005), ces marchés des vaccins affichent un fort potentiel de croissance. « De l'ordre de 5 à 10 % par an », d'après les consultants d'Alcimed. Qui ajoutent qu'« un certain nombre d'acteurs publics et privés assurent la croissance des marchés indien et russe et que les big pharmas ne jouent qu'un rôle secondaire dans ces pays ». La Russie devient autosuffisante La Russie cherche à se bâtir une industrie nationale du vaccin. Pour y parvenir, elle a créé en 2003 le consortium Mikrogen. Il permet de mettre en commun les ressources financières et les sites de production autour d'une seule structure. Elle regroupe 14 entités d'État actives dans le domaine des produits pharmaceutiques dont les trois fabricants de vaccins Virion, Immunopreparat et Biomed. Mikrogen assure d'ores et déjà 70 % des approvisionnements du marché local en vaccins humains contre l'Hépatite B, le DTP (Diphtérie, Tétanos, Pertussis), la rage ou la grippe. Entre autres objectifs : répondre aux besoins du pays afin de ne plus avoir de comptes à rendre aux multinationales du médicament. « Les traces du passé soviétique sont encore présentes et laissent présager un avenir plutôt basé sur le protectionnisme que sur l'ouverture et le partage de connaissances », souligne Olivier Fedrigo, responsable du bureau Lyonnais chez Alcimed. Des accords de partenariat au niveau international existent pourtant. Notamment celui Votre titre ici
Le marché mondial des vaccins Le marché des vaccins ne pèse que 2 % des ventes de l'industrie pharmaceutique mondiale. « C'est un secteur en pleine mutation qui aborde une phase de développement très importante avec un taux de croissance de l'ordre de 15 %, soit deux fois plus que celui de la pharmacie », souligne Eric Halioua, expert en sciences de la vie du cabinet de conseil en stratégie Arthur D. Little. Il devrait générer environ 26 Mrds $ en 2011, contre 15,6 Mrds $ actuellement. Sanofi Pasteur, GlaxoSmith- Kline, Merck et Wyeth se partagent environ 80 % du marché mondial.

entre GSK et Biomed pour la fabrication de vaccins ou celui entre Mikrogen et l'OMS sur le développement de nouveaux candidats contre la grippe. Dans les prochaines années, la Russie sera appelée à devenir l'un des acteurs incontournables sur le marché mondial du vaccin humain. Car, « après s'être assuré l'autosuffisance sur son propre territoire et avoir prouvé sa crédibilité au niveau local, la Russie aura la volonté de rayonner au niveau international par l'exportation de ses produits », conclut Martin Fougerolle, consultant chez Alcimed. L'Inde cherche à créer de nouveaux partenariats
à l'international
De son côté, le marché indien du médicament cherche à redynamiser son industrie et à s'affranchir de son image de génériqueur pour se positionner sur la scène internationale aux côtés des big pharmas. Les signes de mutations sont déjà visibles. Les autorités indiennes via le DCGI (Drug Controller General of India) ont récemment suspendu les licences de productions de quatre des plus anciennes unités de production publiques de vaccins: le Pasteur Institute of India à Tamil Nadu, Haffkine Bio-Pharmaceutical Corporation à Mumbai, BCG Vaccines à Tamil Nadu et le Central Research Institute (CRI) à Himachal Pradesh. Ces entités étaient non conformes aux normes GMP. « Leur suspension était un mal nécessaire pour redorer l'image de ce secteur et renforcer l'attractivité des acteurs indiens auprès des entreprises internationales », commente Olivier Fedrigo. L'Inde dispose d'outils de production et de plateformes de recherche compétentes (Dr. Reddy's ou Lupin) que les acteurs internationaux sélectionnent souvent pour tester de nouveaux médicaments et de nouveaux vaccins. D'autre part, des acteurs publics (Serum Institute of India) et privés (Bharat Biotech, Panacea Biotech et Shantha Biotech), positionnés sur les vaccins, se démarquent par leur dynamisme et la qualité de leur production. Ils restent cependant en quête de partenariats internationaux. La prise de participation en 2006 de 60 % du capital de Shantha Biotech par l'entité française Merieux Alliance s'inscrit dans cette démarche. J.B.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Le gouvernement philippin a annoncé, le 1er mars, son intention d'engager des poursuites contre des responsables de Sanofi Pasteur pour « négligence grave ayant entraîné la mort » concernant le[…]

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Le Leem liste des mesures pour des médicaments prioritaires

Le Leem liste des mesures pour des médicaments prioritaires

Plus d'articles