Nous suivre Industrie Pharma

Conjoncture : Merck & Co. lance un vaste plan de restructuration

Sujets relatifs :

,
Le groupe pharmaceutique américain Merck & Co vient de lancer la première étape d'un vaste plan de restructuration. Ces mesures doivent lui permettre de réaliser des économies comprises entre 3,5 et 4 milliards de dollars (2,9 et 3,3 milliards d'euros), avant impôts, entre 2006 et 2010. L'essentiel de ces économies, soit 2 Mrds $ (1,7 Mrd h), proviendra de la mise en place « d'un nouveau système de production », qui fera notamment appel à des sous-traitants pour la fabrication de certains produits, laissant à la compagnie le soin d'élaborer elle-même ses produits clés. Merck & Co a notamment prévu de développer « une nouvelle approche pour la commercialisation des produits issus du pipeline ». Pour les étapes suivantes de la restructuration, le dirigeant a évoqué des mesures relatives à la R&D, au marketing et à la vente, sans donner plus de précisions. Ainsi, 7000 emplois seront supprimés dans le monde (11 % des effectifs du groupe) d'ici à fin 2008. « Environ la moitié des réductions de postes devra être réalisée aux États-Unis et le reste dans d'autres pays », a précisé Richard Clark, le nouveau p-dg de Merck depuis mai dernier. Le groupe compte également fermer ou vendre cinq de ses sites de production dans le monde sur un total de 31, et « réduire l'activité dans un certain nombre d'autres sites ». Le laboratoire entend aussi fermer un centre de recherche fondamentale et deux centres de développement pré-clinique de médicaments. Les sites identifiés devraient être fermés d'ici à fin 2008. Le coût de ces mesures de restructuration est compris dans une fourchette de 1,8 à 2,2 Mrds $ d'ici 2008. Le groupe a également indiqué qu'il réduirait cette année son budget consacré aux investissements à 1,4 Mrd $ au lieu des 1,5 Mrd $ initialement envisagés et que celui-ci atteindrait 1,3 Mrd $ en 2006. Des expirations de brevets coûteuses En plus de ses déboires actuels relatifs au Vioxx qui représentait, avant son retrait en 2004, 11 % du chiffre d'affaires de la compagnie, Merck & Co va perdre plusieurs brevets d'importance dans les prochaines années. Les brevets du plus important médicament du groupe, Zocor (simvastatine, hypercholestérolémie), expireront ainsi dans le courant de l'année prochaine aux États-Unis. L'an passé, ce produit a généré à lui seul 22,7 % du chiffre d'affaires de la compagnie. Même situation pour le Fosamax (alendronate, ostéoporose), seconde plus grosse source de revenus de Merck. Le brevet de ce dernier, qui protégeait une forme à libération prolongée jusqu'en 2018, a été invalidé en février dernier dans le cadre d'une procédure opposant Merck à l'Israélien Teva. Fosamax pourrait ainsi être génériqué dès février 2008. Une perte de monopole qui entraînera de lourdes pertes financières que ne pourront pas compenser les futures mises sur le marché des quatre vaccins de Merck actuellement en phase III. Le titre du groupe a perdu plus de 70 % de sa valeur à la Bourse de New York sur les cinq dernières années. Le groupe du New Jersey emploie environ 63000 personnes dans le monde. Il a enregistré sur les douze derniers mois un chiffre d'affaires de 22 Mrds $ (18,6 Mrds €).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Nomination

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Bastien Pech de Laclause rejoint les équipes de Vauban Executive Search, cabinet de conseil en recrutement, par approche directe de référence. Il intervient sur des missions de recrutement et de conseil pour les acteurs de[…]

06/10/2021 | Ressources humaines
Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Plus d'articles