Nous suivre Industrie Pharma

Conjoncture : France: première cartographie de l'emploi dans les biotechnologies

Sujets relatifs :

,
Les entreprises du médicament (Leem) viennent de présenter les résultats d'une étude intitulée « Biotechnologies: emploi, compétence et formation ». Menée en partenariat avec le comité Adebiotech et le Club Alpha, l'étude a été réalisée sur la base d'interviews d'une douzaine de personnes (p-dg d'entreprises de biotechnologies, responsables de recherche et de production et investisseurs). Selon Marc de Garidel, président du comité Biotechnologies du Leem, cette étude « permet pour la première fois d'avoir une idée du nombre de personnes travaillant dans les biotechnologies en France ». Un chiffre évalué à 20000 personnes, « big pharma » et start-up comprises, dont 55 % travaillent dans les premières. « Ces effectifs sont plus importants que ce que l'on croyait », précise Emmanuelle Garassino, responsable de l'Observatoire des métiers, de l'emploi et de la formation. Autre conclusion, ces effectifs devraient rester stables: « les perspectives d'emploi, à cinq ans, vont dans le sens d'un maintien du nombre de personnes employées par ce secteur dans les proportions actuelles ». Une situation que le Leem explique par un phénomène double de créations d'emplois venant équilibrer les disparitions de certaines start-up. Selon Marc de Garidel, cette stabilité serait plutôt spécifique à la France, les États-Unis et le Royaume-Uni voyant plutôt leurs effectifs augmenter. Par ailleurs, c'est la région parisienne qui concentre la majorité des effectifs devant les régions Rhône-Alpes et Aquitaine. L'étude fait également ressortir différents points. Alors que les formations actuelles en biotechnologies (500 programmes de formation initiale) sont jugées adaptées, ressort le besoin de renforcer les compétences pour « les métiers traditionnels » (biostatistiques, mathématiques, pharmacologie…) et de former les salariés « aux cultures business et médicament ». Pour les start-up apparaît également « un besoin particulier de compétences seniors ». De manière plus générale, l'objectif est de « mailler clinique, sciences du vivant, sciences de l'ingénieur pour faire évoluer la démarche fondamentale de R&D et optimiser le passage à l'industrialisation ». Dans ce cadre, le Leem a annoncé qu'il allait mettre en œuvre un projet pilote de cursus en Ile-de-France avec une faculté de médecine, de pharmacie, de sciences et une école d'ingénieurs. En matière de bioproduction, le besoin d'une importante technicité « requiert une évolution des pratiques et des métiers ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles