Nous suivre Industrie Pharma

Code du travail et BPF : il faut du bon sens d'abord et avant tout !

La rédaction

Sujets relatifs :

, ,

Tout chef d'entreprise, et DRH, savent à quel point le management des Hommes, est l'acte le plus prenant et difficile, source de grandes satisfactions mais aussi de difficultés lors de changements, d'évolutions et donc d'adaptations nécessaires à la vie de l'entreprise.

Ce management qui ne devrait reposer, pour le responsable, que sur le dicton « là où est l'amour du métier est l'amour des humains » est hélas « encadré » par une réglementation fixée par un Code du travail de plus en plus pléthorique et complexe. Le code français a triplé de volume depuis 7 à 8 ans, alors qu'à titre d'exemple, le Code du travail suisse s'est entre-temps simplifié !

J'ai toujours trouvé étonnant que des jugements rendus par des Prud'hommes, soient déboutés par des Cours d'appel, elles-mêmes déboutées par des Cours de cassation. Et si notre code a, à ce point, augmenté de volume, c'est certes par des lois supplémentaires, mais aussi par les innombrables arrêtés de ces dites cours. J'entends souvent dire par les juges qu'ils ne font pas les lois, mais les font appliquer. Certes, mais c'est, hypocrisie, parce qu'ils oublient d'évoquer leurs propres « interprétations » qui n'hésitent pas à se contredire d'une Cour à l'autre.

Il en va de même, et j'ose cette similitude, avec les règlementations régissant les BPF, source de sécurité, de reproductibilité et donc de sérénité. Mais comme en France, nous tenons à être les « premiers de la classe » en la matière, les services AQ se torturent l'esprit sur des sujets que le seul bon sens pourrait résoudre et mettent en oeuvre des procédures de plus en plus pléthoriques et complexes là aussi. J'ai souvenir, il y a une petite dizaine d'années, d'un laboratoire du top 5 mondial, se mettant en conformité pour être agréé FDA. Deux ans de travail et mise en oeuvre des procédures adéquates. Trois ans plus tard, nous leur faisions remarquer que certaines procédures initiales françaises étaient en totale contradiction avec les procédures « américaines » et inversement. En d'autres termes, certaines d'entre elles n'étaient pas appliquées, sinon la production s'arrêtait ! Deux années supplémentaires pour harmoniser l'ensemble, en procédant à une simplification drastique et en insufflant une bonne dose de bon sens.

Mais « chasser le naturel, il revient au galop ». Certains responsables AQ n'imaginent même pas qu'aujourd'hui, les services de production, en parfaite conscience et honnêteté professionnelle, ne déclarent pas toutes les déviations mineures au risque de ne plus pouvoir produire. À la lecture de ce que je viens d'écrire, je présume une levée de contestations offusquées. Et pourtant ! Simplifions, allégeons, mettons du bon sens dans nos réflexions et partageons, AQ et Production, nos mises en oeuvre pour le bien de tous et de tout.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Une équipe du CNRS et de l'Inserm a développé un gel facilitant la culture cellulaire des neurones. Une découverte qui pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche, jusqu'à présent[…]

09/07/2018 | NeurologieCellules souches
La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Plus d'articles