Nous suivre Industrie Pharma

Chute du bénéfice pour Sanofi en 2012

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,
Chute du bénéfice pour Sanofi en 2012

Ventes de Sanofi par activités, en % du CA 2012

© Source : Sanofi

Le groupe français a fait face à plusieurs pertes de brevets l'an dernier. Si les ventes ont réussi à légèrement progresser, le bénéfice net a, lui, diminué.

L'année 2012 fut mitigée pour Sanofi. Pris dans la fameuse falaise de tombée de brevets, le laboratoire tricolore a pourtant réussi à redresser ses ventes, qui se sont élevées à 34,95 milliards d'euros (+ 4,7 %). La concurrence des génériques, notamment liée à la perte d'exclusivité du Plavix (clopidogrel) et d'Avapro (irbesartan) aux États-Unis, a tout de même impacté le chiffre d'affaires à hauteur de 1,34 Mrd €. Cela s'est aussi ressenti sur le bénéfice net qui s'est effondré de 7 %, à 8,18 Mrds €. Et ces pertes de brevets devraient encore toucher le groupe au cours du premier semestre 2013, avec un impact d'environ 800 M€ prévu sur le résultat net des activités (à taux de change constant). Après cela, le groupe pourra souffler et même renouer avec la croissance dès le 2e trimestre. « La falaise des brevets est derrière nous maintenant. Nous entrons dans une ère de croissance », rassure d'ailleurs Chris Viehbacher, p-dg de Sanofi. Selon lui, le chiffre d'affaires de produits du groupe exposés à la compétition des génériques ne serait plus que de 3 % contre 30 % du total du chiffre d'affaires de Sanofi, il y a encore 4 ans. Néanmoins, les perspectives pour 2013 ne sont pas très ambitieuses. Le bénéfice net par action devrait rester stable ou reculer de 5 %. Le taux moyen de croissance du chiffre d'affaires devrait, lui, avoisiner les 5 % sur la période 2012-2015. Le groupe devra s'appuyer une nouvelle fois sur ses plateformes de croissance (marchés émergents, diabètes, vaccins, santé grand public, santé animale, Genzyme, produits innovants) pour tirer les ventes en 2013. L'an dernier, ces activités stratégiques ont représenté 67,4 % du chiffre d'affaires total. La division dédiée au diabète a progressé de 23,4 %, à 5,78 Mrds €. L'antidiabétique Lantus (insuline glargine) a permis de soutenir les ventes de cette division, avec un chiffre d'affaires de 4,96 Mrds € (+26,7 %). Il se hisse d'ailleurs à la première place des ventes de produits de Sanofi. Genzyme, devenu filiale du groupe français début 2011 (CPH n°540), a généré 1,78 Mrd € de ventes, soit une progression de 16,9 % (à taux de change constants). Elle regroupe désormais les produits destinés aux maladies rares et à la sclérose en plaque. La division Santé grand public a dégagé des ventes de 3,01 Mrds € (+12,8 %). Le chiffre d'affaires a été porté par les marchés émergents, où la croissance ressort, à taux de change constants, à 19,9 % (1,48 Mrd €). Au final, la branche Produits pharmaceutiques (diabète, oncologie, Genzyme, santé grand public, génériques et autres produits) affiche un chiffre d'affaires de 28,87 Mrds € (+3,5 %). Les deux autres branches du groupe dédiées aux vaccins et à la santé animale ont, elles, progressé de 12,3 % (3,9 Mrds €) et de 7,3 % (2,18 Mrds €).

Au niveau géographique, la majorité des ventes a été enregistrée sur les marchés émergents, avec un chiffre d'affaires de 11,14 Mrds € (+ 8,3 % à taux de change constants). Avec 10,87 Mrds € de ventes (+ 0,7 %), le marché américain arrive à la deuxième position. La croissance quasi nulle est notamment due à la perte de brevets de plusieurs produits importants outre-Atlantique. Mais la situation est bien plus délicate en Europe de l'Ouest, avec des ventes qui reculent de 9,3 %, à 8,33 Mrds €. La concurrence des génériques et les mesures d'austérité sont notamment responsables de ce retrait. Enfin, Chris Viehbacher a aussi mis l'accent sur l'innovation lors de la présentation du bilan annuel. « Pour lutter contre cette falaise de brevets, il faut investir en R&D », affirme-t-il. Sanofi, qui a récemment mis à jour son pipeline en développement, compte actuellement 11 programmes en phase III. En 2012, le groupe a obtenu 9 approbations réglementaires. Et il attend encore plusieurs résultats de phase III et décisions des autorités sanitaires pour 2013. Sur la période 2012-2015, il pourrait ainsi lancer jusqu'à 18 produits potentiels, dont 7 en 2013.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles