Nous suivre Industrie Pharma

Chimie fine : Un nouveau partenaire financier pour AET Group

Sujets relatifs :

La société est rejointe par Naxicap pour accélérer son développement. Elle veut doubler ses ventes à l'horizon 2010-2011 pour les porter à 80 M€.
AET Group vient d'annoncer l'entrée dans son capital d'un nouvel investisseur, Naxicap Partners, filiale de Natixis Private Equity. Interrogé par Chimie Pharma Hebdo, le président du groupe français, Olivier Barrillon, n'a pas souhaité préciser quel montant avait été investi par Naxicap. L'arrivée de Naxicap devrait néanmoins permettre à AET Group d'atteindre l'un de ses principaux objectifs stratégiques: acquérir un site de chimie fine pharmaceutique, comme nous l'avait déjà indiqué le dirigeant en octobre 2006 (CPH n° 357). AET espérait finaliser une telle transaction au deuxième semestre 2007, mais n'a finalement pas pu transformer l'essai: « Nous étions sur deux dossiers. Le premier en Espagne, pour lequel nous avons perdu l'affaire sur le fil au profit d'un groupe local, raconte Olivier Barrillon, pour le second, en Italie, on nous demandait un prix avec des multiples totalement déconnectés de la réalité. Dans ce pays, les capitaux risqueurs découvrent le secteur de la chimie fine et se basent sur des critères qui ne correspondent pas à ceux de notre métier ». Mais le dirigeant n'a pas dit son dernier mot. « Nous sommes en ce moment sur une troisième piste, indique-t-il, nous cherchons un site FDA hors de France, car nous avons fait le plein de ce dont nous avions besoin dans l'Hexagone. Nous espérons boucler ce dossier dans les dix-huit prochains mois, et dans cette optique, l'arrivée de Naxicap Partners à nos côtés nous permettra de regarder des dossiers de plus grande ampleur ». Olivier Barrillon précise que seront privilégiés les sites ne faisant pas partie de grands groupes. Raison invoquée, les difficultés qu'a rencontré AET dans la reprise du site de Kodak à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), même si la situation se normalise désormais. Chalon doit ainsi faire l'objet en 2008 de deux importants développements. « Au premier semestre, nous allons y installer un groupe de réacteurs ainsi que des filtres. Et au second, ce sera au tour de notre réacteur de synthèse en continu Raptor, avec lequel nous avons produit les premiers lots industriels cette année sur notre site niçois », indique le dirigeant. Objectif: doubler les ventes à 80M€ dès 2010-2011 2007 aura pour le reste été un bon crû pour AET Group, estime Olivier Barrillon. « Nous devrions terminer l'exercice sur un chiffre d'affaires d'environ 37 M€ pro forma, contre 25 M€ en 2006. Notre division ingénierie a fait une très bonne année, meilleure que la chimie fine. Pour 2008, nous sommes vraiment confiants. Notre carnet de commandes est bien rempli et nous devrions dépasser la barre des 40 M€ de chiffre d'affaires ». La technologie Raptor rencontre notamment un grand succès, si l'on en croit O. Barrillon: « Nous n'arrêtons pas de signer des accords de partenariats. Aujourd'hui, nous avons plus d'une douzaine d'accords de développement que ce soit avec des grands de la chimie, de la pharmacie ou des arômes et parfums. Et côté rentabilité, nous sommes au-dessus des 10 % de marge d'Ebitda. À plus long terme, l'entreprise vise des ventes de 80 M€ dès 2010-2011. Cette taille me paraît la bonne pour AET Group, les histoires des grandes consolidations, je n'y crois pas trop pour les sociétés comme la nôtre qui visent des marchés de niche où la technologie est le facteur clé de réussite ». Un objectif qui passera par une montée en puissance de Naxicap dans le capital du groupe, indique le p-dg. Cela se fera probablement quand une cible intéressante se présentera, nécessitant des moyens financiers adéquats. « Je ne crains pas d'être minoritaire dans un groupe plus stable, avance l'entrepreneur, une fois atteint notre taille critique, nous aurons du travail pour améliorer encore notre rentabilité ». Le pari d'allier ingénierie et chimie au sein d'une même entreprise, leitmotiv d'AET, semble pour l'instant démontrer son intérêt. C.M.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Roche partenaire de l'Institut Gustave Roussy

Roche partenaire de l'Institut Gustave Roussy

Le groupe suisse vient de s'engager dans un partenariat avec l'Institut de cancérologie Gustave Roussy, à Villejuif (Val-de-Marne), et plus particulièrement avec son Service innovations thérapeutiques précoces (SITEP). L'objectif est d'accélérer[…]

Projets et réalisations : SiGNa double  ses capacités de recherche et d'analyse

Projets et réalisations : SiGNa double ses capacités de recherche et d'analyse

Restructurations : Henkel ferme deux sites industriels en France

Restructurations : Henkel ferme deux sites industriels en France

Les Laboratoires Sérobiologiques visent le doublement de la production

Les Laboratoires Sérobiologiques visent le doublement de la production

Plus d'articles