Nous suivre Industrie Pharma

Chimie fine/SNPE poursuit son rééquilibrage vers la chimie fine destinée aux sciences de la vie

Sujets relatifs :

,

En 1999, SNPE a dégagé un résultat d'exploitation de 312 MF (+29 %) et un bénéfice net de 171 MF, en progression de 80 % sur 1998 pour un chiffre d'affaires de 5 534 MF (+6 %). Pour la première fois les activités de chimie fine (2 814 MF, 51 % du CA) ont dépassé les "Matériaux énergétiques" qui s'adressent aux marchés de la défense et de l'espace (2 709 MF, 49 % du CA) et cela en dépit d'une facturation exceptionnelle de 326 MF dans ce secteur liée au développement d'Ariane 5. Un élément qui a entraîné une forte augmentation (96 MF contre 24) du résultat courant de l'activité "matériaux énergétiques", qui reste cependant deux fois moins rentable que l'activité Chimie fine (171 MF de résultat courant en 1999 contre 162 en 1998). Le rééquilibrage en faveur de la chimie fine devrait se poursuivre cette année où le chiffre d'affaires, selon le président-directeur général du groupe Jean Faure, devrait se situer entre 5,5 et 5,8 Mrds F, dont 60 à 65 % en chimie fine, et le résultat net entre 170 et 190 MF. Cette stabilité relative n'est pas une marque d'immobilisme, mais la résultante d'importantes opérations d'investissement et de désinvestissement. C'est ainsi qu'en 1999, SNPE est sorti de Livbag, son joint-venture avec AutoLiv, le leader mondial des coussins gonflables pour l'automobile, une activité aval où SNPE ne souhaitait pas rester à partir du moment où son partenaire s'était intégré en amont en rachetant une société américaine également productrice de matériaux énergétiques, dont SNPE restera cependant fournisseur aussi bien à AutoLiv qu'à l'ensemble des acteurs du marché. Cette déconsolidation a entraîné l'an dernier une baisse de CA de 592 MF pour SNPE qui a été plus que compensée (607 MF de CA supplémentaire) par la facturation exceptionnelle liée au développement d'Ariane 5 et les acquisitions réalisées en cours d'année de l'unité de phosgénation de Pont-de-Claix, des entreprises américaines MPS (Multipeptide Systems) et VanDeMark, spécialisée dans la phosgénation, ainsi que de la mise en place du joint-venture Shanghaï Chemicals, également dans la phosgénation. Cette année, la déconsolidation de l'activité Chasse, où SNPE garde cependant 40 % du capital de son joint-venture Sofisport aux côtés de son partenaire Basalt, lui coûtera 400 MF de CA qui devront être compensés par les ventes générées suite aux démarrages de nouveaux ateliers : l'unité cGMP d'Isochem à Toulouse (+100 MF), les ateliers de Pithiviers, de Saint-Médard et de LaPorte, Texas, (également +100 MF) ainsi que par l'intégration des acquisitions de 1999 comme MPS, VanDeMark, Shanghaï Chemicals et DMC, une société de placage par explosifs. Un investissement dans la construction d'un deuxième puits de coulée pour les propulseurs à propergol solide d'Ariane 5 chez Regulus (40 % SNPE/60 % Fiat Avio) à Kourou est également prévu pour faire face à l'accélération du rythme des lancements ; en revanche la construction d'une troisième cellule de malaxage de la charge n'interviendra pas avant quelques années, à moins qu'un procédé semi-continu ne soit développé entre-temps. Enfin, Celerg, joint-venture 50/50 avec Aérospatiale Matra dans la propulsion des missiles de croisière participe activement aux discussions avec les autres constructeurs européens (Royal Ordnance, British Aerospace et l'allemand Dasa) en vue d'une fusion pour créer un grand acteur européen dans ce secteur. Cette gestion active du portefeuille s'inscrit dans une stratégie de croissance donnant la priorité à la rentabilité et au développement international vers les USA et la Chine, tout en maintenant un certain équilibre entre les matériaux énergétiques et la chimie fine. " Notre objectif, commente J. Faure, est l'entrée dans le top 5 des spécialistes de la chimie fine pour les sciences de la vie où la division Chimie fine réalise déjà près de la moitié de ses ventes : 1 335 MF sur 2 843 MF). " Un club qui comprend évidemment Lonza (CA 99 "Fine Chemicals & Specialties" : 1,6 Mrd FS, résultat opérationnel : 297 MFS) " dont la stratégie est la plus proche de la nôtre " précise Bernard Rivière, directeur général du groupe, DSM (CA 99 : 1,1 Mrd € pour "Fine Chemicals + Anti-infectives + Specialty Intermediates"), Clariant-BTP (CA 99 pro forma : 1,6 Mrd FS pour la division "Life sciences & electronic materials") et peut être le futur Degussa-Hüls-SKW Trostberg. Autrement dit, il reste encore du chemin à faire au groupe français pour y entrer, mais la voie est tracée. La constance de l'effort de R&D (569 MF, +8 % en 99) et les investissements de ces deux dernières années (673 MF pour l'outil de production et 498 MF d'acquisitions pour 99 contre, respectivement, 551 MF et 63 MF en 98) devraient accélérer la croissance du groupe. Même si un endettement en forte progression (1 880 MF en fin d'exercice 99, contre 1 480 en 98) constitue le prix à payer pour cette stratégie. " Et qui rend improbable toute nouvelle acquisition importante pour cette année " précise J. Faure.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles