Nous suivre Industrie Pharma

Chimie fine/PCAS veut doubler de taille dans les trois ans et faire partie des dix premiers acteurs mondiaux

Sujets relatifs :

, ,

Après avoir doublé une première fois de taille en quatre ans (entre 1995 et 1999 le chiffre d'affaires de PCAS est passé de 314 à 733,8 MF - 111 ,9 M€ - et le résultat a presque quadruplé), la société PCAS se fixe à nouveau un objectif de croissance très ambitieux, un doublement du CA dans les trois ans à venir. Afin " de rejoindre les dix premiers acteurs mondiaux de la chimie fine " a précisé Jean-Pierre Stéphan, le président du groupe qui a également confirmé que la croissance du CA serait " à deux chiffres pour l'exercice 2000 ". Au premier semestre, grâce notamment à l'acquisition de Pharmacie Centrale de France (PCF) intervenue au second semestre 1999, PCAS a enregistré un taux de croissance de 36,2 % de son CA consolidé à 71,9 M€, ainsi qu'une progression de 12 % du résultat d'exploitation consolidé à 8,3 M€. Sur ses principaux marchés : la synthèse pharmaceutique (36 % du CA), la parfumerie (17 %), la photochimie (29 %), la chimie industrielle (10 %) les services analytiques (4,7 %) ainsi que dans les activités de formulation pharmaceutique à façon et de chimie minérale fine de PCF (9,6 M€ de CA au premier semestre 2000, dont environ 15 % dans la galénique) PCAS dispose d'importantes réserves de croissance interne. Mais pour atteindre son objectif, le groupe devra aussi procéder avant 2003 à des acquisitions significatives, représentant de 30 à 60 M€ de CA annuel selon que la croissance interne sera de 15 ou 10 % par an. " C'est du côté de la chimie pharmaceutique que nos besoins sont les plus urgents, ne serait-ce que pour sécuriser nos productions existantes de matières actives " a expliqué J.-P. Stéphan. Il envisage également des développements significatifs dans la formulation pharmaceutique à façon, où PCAS pourrait rapidement décupler son activité, notamment grâce aux génériques où les sociétés pharmaceutiques sont particulièrement intéressées par une offre globale allant de la matière active au comprimé. Une forte croissance est également attendue dès 2001 dans les matières actives cosmétiques, dont la progression devrait être nettement plus forte que celle de la parfumerie. Après la pause relative de 1999 (8,7 M€), l'année en cours est marquée par une reprise des investissements (11,5 M€), avec des augmentations de capacités sur tous les sites tandis que l'an prochain sera marqué par le doublement de l'unité de SBS à Mourenx, un projet représentant à lui seul environ 10 MF.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles