Nous suivre Industrie Pharma

Chimie fine : MSD investit pour sauvegarder son usine française

Sujets relatifs :

,
Le laboratoire va investir 15 M€ près du Puy-en-Velay. Il prépare la fin de vie de sa principale production, losartan.
Après une première enveloppe de 85 millions d'euros dans la production secondaire à Riom (CPH n°382) en avril, Merck Sharp & Dohme va investir 15 M€ dans son autre usine française, celle de La Vallée. Situé dans le bassin du Puy-en-Velay, à Saint-Germain-Laprade (Haute-Loire), ce site de synthèse de principes actifs va voir ses capacités augmentées. Deux de ses quatre lignes de production vont bénéficier de modifications leur permettant de produire plusieurs principes actifs au lieu d'un seul jusqu'alors. La Vallée en produit sept, dont l'antihypertenseur losartan (Cozaar) pour le monde entier. Les modifications du site devraient être opérationnelles en 2008, afin de préparer la synthèse de l'oméprazole (Prilosec), traitement de l'acidité gastrique, destiné au marché américain de l'automédication. Un produit qui fait l'objet d'un partenariat avec AstraZeneca. Les travaux de modifications des installations vont débuter dans les prochains jours. Si cet investissement ne permet pas de création d'emploi, il assurera néamoins la survie du site. La synthèse de losartan représente en effet environ 60 % des volumes de l'usine, et ses différents brevets devraient commencer à tomber dans le domaine public entre septembre 2009 et 2010. En marge de l'oméprazole, d'autres synthèses de principes actifs devraient être progressivement initiées à La Vallée. Mais pour le moment, on ne connaît pas leur liste. À l'occasion de cette annonce, John Markels, vice-président des Opérations EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) de Merck Manufacturing Division, a tenu un discours plus que flatteur sur la compétitivité de la France. « L'industrie pharmaceutique bénéficie de conditions très favorables en France et dans cette région. Ces conditions ont été déterminantes dans la décision de renforcer le site de La Vallée: des résultats et un professionnalisme d'équipe solides, des infrastructures de qualité, un état d'esprit tourné en permanence vers le progrès et le soutien constant des autorités locales, régionales et nationales, et en particulier du ministre Laurent Wauquiez, porte-parole du gouvernement », a-t-il affirmé. Merck & Co. relève ses prévisions pour 2007 Au niveau mondial, le laboratoire américain poursuit son redressement, après les turbulences qu'il a rencontré suite au retrait du marché de Vioxx (rofecoxib). Le groupe vient de relever ses prévisions pour 2007 et table désormais sur un bénéfice par action (BPA) de 3,08 à 3,14 $ hors exceptionnels — principalement les coûts associés à sa restructuration en cours — contre 3,00-3,10 $ précédemment. Les analystes prévoient actuellement un peu moins, avec un BPA de 3,07 $. Le groupe a également indiqué être en mesure d'atteindre son objectif d'une croissance annuelle à deux chiffres du BPA hors exceptionnels sur la période 2005-2010. Au troisième trimestre 2007, son bénéfice net a grimpé de 62 % sur un an, à 1,52 milliard de dollars (1,07 Mrd €), ou 70 cents par action. Une forte hausse du bénéfice qui tient en partie à une progression de 12 % du chiffre d'affaires, à 6,1 Mrds $ (4,29Mrds €), mais surtout à une comparaison favorable d'une année sur l'autre. Merck avait dû inscrire dans ses comptes du troisième trimestre 2006 une provision de près de 600 M$ (422,5 M€) liée aux procès en cours contre son médicament Vioxx. Au cours du trimestre sous revue, Merck a inscrit plusieurs éléments exceptionnels: une provision de 70 M$ (48,9 M€) pour les coûts de défense dans les procès contre le Vioxx, une charge de 325 M$ (226,9 M€) liée à l'intégration de NovaCardia, une charge de 129 M$ (90 M€) pour la restructuration en cours et un gain de 100 M$ (69,8 M€) lié à des victoires en justice sur des affaires de brevets. Côté ventes, Merck a enregistré une hausse à deux chiffres de cinq de ses médicaments: Singulair (asthme et allergies), Januvia (diabète), Varivax (varicelle), Vytorin (cholestérol) et Zetia (cholestérol). Les ventes de Singulair ont notamment atteint le milliard de dollars, soit le sixième du chiffre d'affaires de Merck. Les ventes combinées de Vytorin et Zetia ont totalisé 1,3 Mrd $ (0,91 M€). Les ventes de vaccins chez Merck se sont élevées à 1,2 Mrd $ (0,84 Mrd €), soit plus du double de l'an dernier (555 M$, 390,9 M€). Gardasil, premier vaccin contre le cancer de l'utérus lancé en 2006, a généré 418 M$ (294,4 M€) de ventes dans les 86 pays où il est homologué, contre 358 M$ au deuxième trimestre 2007. C.M.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles