Nous suivre Industrie Pharma

Chimie fine : Matrix rachète 60 % du Chinois Mchem

Sujets relatifs :

,
La société indienne Matrix Laboratories poursuit sa croissance externe à l'international avec la concrétisation du rachat de 60 % du capital de l'entreprise chinoise Mchem, avec qui elle avait déjà signé une alliance en mars dernier.
Cette nouvelle opération devrait tout d'abord permettre à Matrix d'accéder au marché chinois des antirétroviraux génériques destinés au traitement du Sida.
Le groupe Mchem, qui dispose de six filiales, fournit en effet des antirétroviraux au gouvernement chinois, ainsi qu'à la Fondation Clinton pour le marché domestique. Mchem est également présent dans les génériques dédiés au traitement des maladies cardio-vasculaires et du système nerveux central, ainsi que des cancers. Sans oublier les biogénériques: le laboratoire chinois produit l'érythropoïétine, l'hormone de croissance, les interférons-a (2A et 2B), ou encore l'énoxaparine. De plus, Matrix renforce ainsi sa position dans la production d'intermédiaires, de principes actifs et de formes finies, et par là même son intégration en amont.
Mchem, basé à Xiamen (sur la côte orientale chinoise), a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 35 M$ (29,1 M€) et travaille dans la chimie fine pour le compte de génériqueurs américains, italiens, espagnols, sud-africains et japonais. Le laboratoire indien n'en finit pas d'étendre son réseau international dans ce domaine, après le rachat la semaine dernière de 43 % dans la compagnie suisse Explora (CPH n°312), et l'accord signé en juin dernier avec Codexis. Une co-entreprise avec le Sud-africain Aspen Pharmacare Par ailleurs, Matrix vient de former avec le génériqueur sud-africain Aspen Pharmacare une co-entreprise, Astrix Laboratories, dédiée à la production de principes actifs. Détenue à parité par les deux sociétés, Astrix sera issu de l'association d'une filiale d'Aspen, Fine Chemicals Corp. - principal producteur sud-africain de principes actifs - et d'une usine de production appartenant à Matrix, située à Hyberabad (Inde). La création d'Astrix permettra à Aspen de renforcer son intégration en amont de la production de formes finies de génériques, activité conduite au sein de son usine de Port Elizabeth. Tout en continuant à servir ses clients actuels, le site d'Hyberabad, conforme à la fois aux normes américaines et à celles de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), sera ainsi le principal fournisseur d'antirétroviraux en vrac d'Aspen. Matrix et Aspen Pharmacare estiment qu'Astrix devrait dégager un chiffre d'affaires de 40 M$ lors de sa première année d'activité. Rappelons qu'Aspen est le plus important fournisseur d'antirétroviraux du gouvernement sud-africain. Il a notamment obtenu fin juillet une licence de Merck Sharpe & Dohme (filiale de Merck & Co.), l'autorisant à produire et à commercialiser une version générique de Sustiva (enfavirenz). L'alliance avec Aspen intervient aussi alors que Matrix s'est également associée à son compatriote Strides Arcolab dans les antirétroviraux, après avoir renoncé à une fusion avec ce dernier (CPH n°312). Rappelons que Matrix Laboratories avait fait son entrée sur le marché européen des génériques en juin dernier avec le rachat du laboratoire belge DocPharma, pour 214 M€. Une opération qui lui permet de disposer d'une présence directe sur les marchés nationaux présentant les plus fortes croissances. La nouvelle entité affiche un chiffre d'affaires de 265 M$ (218,1 M€), contre 148 M$ (123€) pour Matrix seul. La répartition géographique de l'activité de ce dernier en a été radicalement changée: suite à cette opération, l'Europe devient son premier marché (48 % des ventes, contre 25 % précédemment), devant l'Inde (26 % contre 37 %), et les États-Unis (17 % contre 12 %).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles