Nous suivre Industrie Pharma

Chimie fine : Erbitux : Merck préfère la sous-traitance à la construction d'une unité en Allemagne

Sujets relatifs :

,
Le groupe allemand Merck vient d'annoncer qu'il renonçait à son projet de construction d'unité de production biopharmaceutique, destinée à assurer la synthèse de ses anticorps thérapeutiques Erbitux (cetuximab) et EMD 72000. Le groupe allemand préfère en effet avoir recours à la sous-traitance pour la synthèse de ces deux anticancéreux, alors qu'il avait annoncé en début d'année qu'il étudiait la possibilité d'investir 300 M ¤ dans cette unité, qui devait être accueillie par le site allemand de Iena (Thuringe). Selon la compagnie, cette solution offre d'avantage de flexibilité, d'autant que le p-dg de Merck, Bernard Scheuble, a précisé que les accords de production à façon signés avec Boehringer Ingelheim et ImClone lui permettront de faire face à ses besoins commerciaux à moyen terme en Erbitux. Mais la flexibilité n'est pas la seule raison qui a poussé le groupe à renoncer à la construction d'une unité à Iena : « notre décision est également basée sur les incertitudes politiques nées de la réforme du système de santé allemand, qui affecteraient les produits d'origine biologique », selon Bernard Scheuble en raison notamment de l'impossibilité pour les industriels de fixer librement le prix des produits innovants. Le groupe veut ainsi signifier expressément au gouvernement allemand que sans une politique favorable à l'industrie pharmaceutique, ses investissements dans le pays seront remis en cause. Dans le cas présent, ce sont 260 emplois et 20 postes de stagiaires qui ne seront pas créés par le groupe. Ce dernier avait pourtant reçu du Länder de Thuringe une aide financière au projet représentant 30 % de son coût total, si le projet avait abouti. Rappelons que Merck a reçu la semaine dernière un avis positif du comité consultatif des autorités sanitaires suisses, SwissMedic, pour l'autorisation de mise sur le marché d'Erbitux (cetuximab) dans le traitement du cancer colorectal, en association avec l'irinotecan. Le traitement, sous licence de l'américain ImClone pour les marchés situés hors des Etats-Unis (Europe, Japon, Asie-Pacifique, Amérique latine) devrait recevoir une AMM définitive avant la mi-décembre, selon le groupe. La Suisse devrait ainsi être le premier pays à accorder une AMM à ce produit. Merck estime que les ventes annuelles d'Erbitux pourraient atteindre entre 250 et 500 millions d'euros hors des Etats-Unis. Son lancement sur le marché européen est prévu avant la mi-2004. Aux Etats-Unis, c'est Bristol-Myers Squibb qui est associé à ImClone pour le développement et la commercialisation de cet anticancéreux. De son côté, l'EMD 72000, anticorps thérapeutique dirigé contre l'EGFR (epidermal growth factor receptor), tout comme Erbitux, est actuellement en phase II des essais cliniques. Sa commercialisation n'est pas prévue avant 2007, selon Merck.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Nomination

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Bastien Pech de Laclause rejoint les équipes de Vauban Executive Search, cabinet de conseil en recrutement, par approche directe de référence. Il intervient sur des missions de recrutement et de conseil pour les acteurs de[…]

06/10/2021 | Ressources humaines
Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Plus d'articles